En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Éolien : une étude annonce une possible augmentation de la force du vent

Energie  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

« Un retournement de tendance du potentiel éolien terrestre a été observé en 2010 », explique le CEA (Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives) précisant que « sa corrélation à des mécanismes climatiques bien identifiés laisse entrevoir la possibilité d'optimiser la production éolienne ». Le CEA, qui se base sur une étude internationale à laquelle a participé son Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (LSCE), annonce un probable retour de vents plus forts.

Influence des oscillations océaniques

La production éolienne « est (…) pénalisée depuis les années 1980 par une réduction de la vitesse moyenne du vent de surface, appelée "accalmie éolienne globale" », explique le CEA. Mais cette situation touche à sa fin. « En s'appuyant sur des données provenant de stations éoliennes du monde entier, les chercheurs montrent que la tendance s'est inversée en 2010 », constate le centre de recherche, précisant que « les vitesses des vents sont revenues au niveau de 1980 en huit ans à peine ».

Concrètement, le potentiel éolien a progressé de 17 % dans le monde et de 2,5 % aux États-Unis entre 2010 et 2017. « Si la tendance actuelle persiste à moyen terme, la production éolienne augmentera mécaniquement de 3 % par décennie. »

Comment expliquer ces variations ? Elles sont liées « aux forces motrices associées à la variabilité décennale des circulations océaniques et atmosphériques, à grande échelle ». L'oscillation décennale du Pacifique, l'oscillation de l'Atlantique Nord et l'indice de l'Atlantique Nord tropical « expliquent dans une large mesure, à la fois l'accalmie éolienne globale, et l'inversion de tendance récente ».

Réactions4 réactions à cet article

 

Au-delà de l'éolien terrestre, qu'en est-il du second souffle de la marine marchande à voile ? Ce regain du potentiel éolien peut-il favorablement influer sur sa renaissance ?

Pégase | 23 novembre 2019 à 21h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est bidon.

Quid | 25 novembre 2019 à 09h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quand on injecte de l'énergie dans un système turbulent, il le devient encore plus. Dans le cas du système atmosphérique, avec l'augmentation des gaz à effet de serre, ça veut certes dire plus de vent, mais encore plus imprévisible et violent : pas bon du tout pour l'éolien. Les +3% sont donc tout sauf certains ! On sent la récup' par le lobby, qui se cramponne à tout ce qui remue... Et de toute façon, tant qu'on ne prendra pas en compte dans le coût réel de l'éolien les systèmes de back-up en l'absence de vent et de renforcement des réseaux pour absorber des productions instables, les calculs seront honteusement biaisés.

dmg | 25 novembre 2019 à 13h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Calculs d'autant plus biaisés qu'il n'a jamais été effectué d'ACV (analyse du cycle de vie objective) et d'impact sur l'environnement dignes de confiance.
Pour la production d'électricité, il s'agit peut-être du procédé le plus nocif pour l'environnement et certainement pas le plus vert.

Quid | 25 novembre 2019 à 16h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

A lire aussi