Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Éolien flottant : un démonstrateur d'Eolink à quatre mâts sera mis en service au large du Croisic en 2024

Energie  |    |  Félix Gouty
Éolien flottant : un démonstrateur d'Eolink à quatre mâts sera mis en service au large du Croisic en 2024

La prochaine remplaçante de Floatgen, l'éolienne flottante pilote installée au large du Croisic (Loire-Atlantique), a reçu son financement – et, avec lui, son feu vert. Un second prototype de la technologie éolienne flottante de la start-up brestoise, Eolink, prendra la place de la pionnière Floatgen, en 2024, sur le site d'essais en mer multitechnologies (SEM-REV) de l'École centrale de Nantes, à vingt kilomètres des côtes.

Soutenu à hauteur de 14,9 millions d'euros par l'Agence de la transition écologique (Ademe) dans le cadre du plan France 2030, le démonstrateur d'Eolink sera d'une capacité de 5 mégawatts (MW), au lieu de 2 MW pour l'éolienne Floatgen. La technologie Eolink s'appuie sur une structure pyramidale : le rotor et les pales sont montés sur quatre mâts, qui reposent sur un flotteur semi-submergé. L'entreprise Valorem s'occupera de l'assemblage de l'éolienne pyramidale sur son flotteur, fabriqué par les Chantiers de l'Atlantique, puis de sa maintenance. Centrale Nantes se chargera de son installation. Pour rappel, un premier prototype, de 2 MW, a déjà été installé au large de Saint-Anne-du-Portzic (Finistère), en 2018.

Le pari de la technologie Eolink est de « diminuer le coût de l'électricité, grâce notamment à la réduction de 30 % de la masse d'acier du flotteur ». Cette réduction est rendue possible grâce à la structure pyramidale à quatre mâts, plus légère de 40 % par rapport à une éolienne à mât unique. « Grâce à une plus grande distance entre les pales et les mâts, l'architecture Eolink permet de concevoir des pales plus flexibles, ne risquant plus d'entrer en collision avec la tour, explique la jeune pousse brestoise. L'économie de masse ainsi réalisée permet d'allonger la base des pales. Le gain en productible est de 6 % en conservant la génératrice de la solution de référence, jusqu'à 11 % si le couple est augmenté. »

À terme, Eolink mise ainsi sur un prix de l'électricité produite d'environ 35 euros le mégawattheure, pour une éolienne pyramidale de 15 à 20 MW, soit une baisse de 20 à 25 % en comparaison à des éoliennes flottantes conventionnelles.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]