En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Éolien en mer : le Gouvernement simplifie le contentieux et la participation du public

Energie  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

« La France se flatte du deuxième domaine maritime au monde, mais nous sommes extrêmement en retard pour le développement de l'énergie éolienne en mer. » C'est ainsi que la ministre chargée de l'industrie, Agnès Pannier-Runacher, a justifié une série de dispositions de simplification des procédures sur l'éolien en mer introduites dans le projet de loi pour l'accélération et la simplification de l'action publique (Asap). Ce texte doit être voté en première lecture par l'Assemblée nationale mardi 6 octobre.

Ces dispositions ont été introduites par un amendement gouvernemental adopté en commission par les députés le 15 septembre. Elles portent sur les procédures de participation du public, d'une part, et sur les règles contentieuses, d'autre part. « Les phases administratives de la procédure de mise en concurrence pourront commencer concomitamment au début du débat public. La prise en compte de ce débat n'en souffrira pas, car les décisions du Gouvernement interviendront postérieurement. Dans un objectif de cohérence, de planification et de transparence, les débats publics de plusieurs projets pourront être mutualisés », a expliqué Mme Pannier-Runacher. Selon un amendement des députés LReM voté en séance publique le 30 septembre, la faculté de démarrer la procédure de mise en concurrence en parallèle du processus de participation du public ne pourra porter que sur les étapes générales de cette procédure, « notamment les modalités administratives, comme par exemple la sélection des candidats admis à participer au dialogue concurrentiel ».

Concernant le contentieux, le projet de loi confie au Conseil d'État la compétence en premier et dernier ressort pour connaître des litiges relatifs à l'éolien en mer. « L'ampleur des projets d'installations éoliennes en mer, de plusieurs centaines de mégawatts et plusieurs milliards d'euros, le justifie », a expliqué la ministre. Selon cette dernière, la suppression d'un niveau de recours permettra de gagner deux ans sur les calendriers de développement des projets. Le Gouvernement a tiré un bilan positif des premiers retours d'expérience de la réforme résultant du décret du 8 janvier 2016. Ce texte avait attribué à la cour administrative de Nantes la compétence pour connaître en premier et dernier ressort des litiges relatifs aux installations de production d'énergies marines renouvelables (EMR) et à leurs ouvrages connexes.

Réactions2 réactions à cet article

 

Votre titre est incomplet… ç'aurait dû être "et limite la participation du public". Parce que c'est bien de ça qu'il s'agit : il faut installer ces moulins coûteux et inutiles contre vents et marées (c'est le cas de le dire), et contourner quelque opposition que ce soit. Juste pour satisfaire des lobbys financiers, au détriment des Français. C'est odieux.

dmg | 06 octobre 2020 à 12h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ces mesures complètent l'arsenal juridique mis en place par ce gouvernement pour écarter le public des décisions , en matière d'éoliennes mais aussi dans nombre d'autres domaines :celui de la gestion de l'eau par exemple .

sirius | 06 octobre 2020 à 16h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager