Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Éolien en mer : le public rejette la zone proposée par l'État pour le parc d'Oléron

Les citoyens consultés pour identifier une zone préférentielle d'implantation du futur parc éolien au large de l'île d'Oléron souhaitent que la priorité soit donnée à la biodiversité. La zone proposée par l'État essuie donc un rejet presque unanime.

Energie  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com
Éolien en mer : le public rejette la zone proposée par l'État pour le parc d'Oléron

Après le « débat EOS », en janvier dernier, une nouvelle consultation pour un projet éolien en mer s'est terminée sans réponse à donner aux attentes de l'État. Le débat public « Éoliennes en mer de Nouvelle-Aquitaine » concernant le projet d'installation d'un parc au large de l'île d'Oléron (Charente-Maritime) s'est conclu sans recommander de zones d'implantation préférentielles. « Aucun consentement, même sous de sévères conditions touchant l'environnement et la pêche, n'est envisageable dans la zone d'étude initiale de 300 kilomètres carrés, voire dans la zone élargie, et inenvisageable dans la zone du parc naturel marin (de l'estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis) », rapporte la commission particulière du débat.

Évoqué une première fois en novembre 2016, avant d'être décidé pour de bon en décembre 2020, le projet vise, pour rappel, à construire un parc d'au moins 35 à 70 éoliennes posées, de 260 mètres de haut, entre 10 et 30 kilomètres au sud-ouest de l'île. La puissance de ce premier site, qui devrait occuper une superficie d'environ 120 km2, oscillerait entre 500 mégawatts (MW) et un gigawatt (GW), une fois mis en service d'ici à 2030. L'État envisage, en outre, d'installer un second parc, d'une capacité de 1 GW, à proximité. La consultation publique, mise en place par la Commission nationale du débat public (CNDP), le 30 septembre 2021, avait ainsi pour but, d'une part, d'identifier une zone préférentielle d'implantation du premier parc, au sein d'une zone d'étude proposée de 300 km2, élargie ensuite à 743 km2, et, d'autre part, de juger la pertinence d'un second parc.

La protection de l'environnement avant tout

   
Superficie des différentes zones protégées de la zone maritime comprenant le périmètre d'implantation du parc éolien d'Oléron. © CNDP
 
   
Le périmètre pré-identifié se situe au sein de deux zones classées : le parc naturel marin de l'estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis et une zone de protection spéciale (ZPS) associée au réseau européen Natura 2000. Ce positionnement, problématique du point de vue environnemental, constitue l'une des principales raisons du « rejet presque unanime » de la zone proposée par l'État. Les quelque 16 000 personnes consultées jusqu'au 28 février dernier – le plus large public pour un tel débat – « n'ont, ni compris, ni admis que la maîtrise d'ouvrage puisse seulement oser proposer une localisation dans un espace dont la richesse et la fragilité sont reconnues par sa classification en zone Natura 2000 », atteste Chantal Jouanno, présidente de la CNDP, dans son bilan du débat. Cette dernière souligne, par ailleurs, la « faiblesse des études environnementales disponibles sur la zone proposée », s'agissant de l'effet potentiel d'un tel projet sur la biodiversité locale.

« Il apparaît inconcevable que la zone d'étude pour l'implantation d'éoliennes se situe au moins au-dessous d'une trentaine de kilomètres du littoral d'Oléron, notamment au regard de l'extrême richesse des biotopes en zone littorale (comprenant notamment le puffin des Baléares, espèce en danger critique d'extinction), et du paysage », ajoute la commission particulière du débat dans son rapport. Un sentiment partagé par Dominique Chevillon, vice-président de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) : « il est complètement incohérent de vouloir, d'un côté, protéger cette zone pour sa richesse écologique et, de l'autre, y construire de telles infrastructures. »

Vers une implantation encore plus au large ?

 
Il est complètement incohérent de vouloir d'un côté protéger cette zone pour sa richesse écologique, et de l'autre y construire de telles infrastructures  
Dominique Chevillon, LPO
 
Par conséquent, pour les citoyens consultés, la condition de faisabilité du projet consiste en son « glissement plus loin en mer ». La majorité des participants au débat recommande aux pouvoirs publics d'éviter le parc naturel marin, voire de sortir complètement de la zone Natura 2000, et de déclasser une partie de la zone militaire d'exclusion afin d'augmenter la zone potentielle d'implantation en dehors des zones protégées. « L'État doit se prononcer sur l'intangibilité géographique de ces zones d'exclusion ou sur leur aptitude à pouvoir être adaptées à des projets éoliens », préconise la commission. Pour la LPO, cette absolue priorité donnée à l'environnement « laisse espérer que s'ouvre une nouvelle ère dans la gouvernance de ces projets éoliens, avec une meilleure prise en compte des enjeux et des attentes sociétales en matière de protection de la biodiversité ».

Pour accompagner ces recommandations, la majorité des habitants de l'île d'Oléron et de l'île de Ré (située au nord de cette dernière) sont favorables à un scénario alternatif : installer des éoliennes flottantes « très au large », c'est-à-dire à plus de 50 km du littoral. Cette option a cependant des inconvénients. Les coûts des technologies et du raccordement seront assurément plus élevés pour un parc flottant que les trois milliards d'euros budgétés pour le projet en l'état. La maîtrise d'ouvrage, comprenant les ministères de la Transition écologique et de la Mer, a désormais jusqu'au 28 juillet 2022 pour rendre sa décision et enclencher, ou non, la procédure d'appel d'offres proprement dite. Si tel est le cas, le projet devrait être attribué avant la fin de l'année.

Réactions2 réactions à cet article

 

Les résidents du bord de mer, et d'autres, seraient contre les éoliennes en mer sur ce secteur, vous attendiez vous à autre chose? Nous avons de très nombreux retraités, beaucoup de résidences secondaires ou de vacances qui ont toujours voulu conserver l'image première du paysage. Les puffin des Baléares est une opportunité dans le débat. Les éoliennes sont nombreuses en Charente Maritime mais elles sont acceptées loin des côtes , donc pas là où résident de nombreux acteurs de la vie politique et économique de ce département même si certains y sont à la retraite après avoir participé à des gouvernements qui souhaitaient développer les E. R. , mais pas chez nous! Le conseil général a voté un moratoire sur les implantations, mais il en est resté là!
Par contre il y a réellement opposition entre la protection des espaces et l'implantation d'éoliennes.
Si demain chaque région devait avoir son autonomie énergétique, certains seraient conduits à modifier leur point de vue. Nous n'en sommes pas très éloignés.

jmf | 03 mai 2022 à 09h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'éolien en France est une absolue ineptie qui ne sert qu'à enrichir la finance aux dépens des citoyens (lecture conseillée : "l'écologie bananière", de Pierre Dumont). Que le public s'y oppose montre qu'on commence à s'en apercevoir. Problème : le cadre législatif mis en place par le précédent gouvernement dans ce domaine permet de s'asseoir sereinement sur l'avis du dit-public... On verra jusqu'où ils sont prêts à mépriser l'expression démocratique...

dmg | 03 mai 2022 à 14h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Eolien : évaluez la faisabilité de votre projet VDN GROUP