Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'éolien au Mont Saint-Michel n'est pas du goût de l'Unesco

Energie  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com

Le Comité du patrimoine mondial de l'Unesco a demandé à la France de suspendre les projets de parcs éoliens qui pourraient avoir un impact visuel sur la baie du Mont-Saint-Michel, selon l'AFP. Mais le site ne serait pas menacé d'un retrait de la liste du Patrimoine mondial sur lequel il figure depuis 1979.

Cette remarque concerne à la fois les parcs en projet et les parcs déjà autorisés. Pour l'instant, seul le parc des Argouges (Manche) situé à 19km du Mont-Saint-Michel a vu son permis de construire accordé par le Préfet de la Manche le 27 novembre 2007. Les trois éoliennes d'une hauteur de 100 mètres et d'une puissance totale de 6,6 mégawatts seront situées le long de l'autoroute A 84 mais selon le Syndicat des Energies Renouvelables, elles "ne seront pas visibles depuis le Mont-Saint-Michel''. Une dizaine de projets dont un offshore sont également envisagés mais le syndicat expliquait en septembre 2009 qu'''un seul sera perceptible depuis la terrasse du Mont-Saint-Michel''. Il s'agit du projet de 6 éoliennes de Baguer-Pican (Ille-et-Vilaine) situé à 17 km du site.

En attendant de possibles suspensions, les associations opposées à l'installation de parcs éoliens dans la baie du Mont Saint-Michel à l'instar de la Fédération Environnement Durable se sont félicitées de cette demande.

Le Comité du patrimoine mondial de l'Unesco se réunit à Paris du 19 au 29 juin pour étudier 37 sites candidats à l'inscription sur la Liste du patrimoine mondial.

Réactions11 réactions à cet article

 

Bandes de **** .... on devrait construire 3 EPR à la place

DSK4EVER | 25 juin 2011 à 21h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On ne peut que se féliciter de cette prise de position de l' UNESCO.
Même les plus acharnés des promoteurs éoliens devraient admettre que certains sites relèvent du sacré ou , pour un esprit laïc de la valeur culturelle absolue , donc intangible.
Certes ce type de réflexion est incompréhensible à ceux qui restent étrangers à tout ce qui ne relève pas du pragmatisme , ou parfois de l' affairisme.

sirius | 26 juin 2011 à 16h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La vraie question à se poser est la suivante:
Lorsqu'on pousse le bouton de l'interrupteur, la lampe s'allume et l'énergie vient d'ou? Ce n'est pas de la magie. Au mont Athos vous avez des panneaux photovoltaiques. Dans les refuges de haute montagne, il y a aussi des panneaux photovoltaiques et parfois des petites éoliennes. Sauf erreur le Mont St Michel (endroit que j'adore) ne fonctionne pas qu'a la bougie donc ou est le problème d'avoir des machines permettant d'assurer la production électrique avec 0 pollution. Nous ne sommes plus à l'age du Bronze.

arthur duchemin | 27 juin 2011 à 10h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L’éolien, c’est bien, c’est beau, et ça peut rapporter gros !!! (Partie 1)

Le PDG de GDF Suez, Gérard Mestrallet, a mis en garde mardi à Montréal contre la séduction excessive qu'exercent sur l'opinion publique les énergies renouvelables, en soulignant notamment le prix élevé de l'éolien.
"Ce sont des énergies intermittentes qui vont nécessiter de grandes capacités de réserve, qui vont reposer sur le gaz naturel en raison de la facilité d'utilisation des turbines à gaz", a-t-il expliqué au Forum économique international des Amériques.
Il a illustré son propos par l'exemple d'une île ayant besoin de 1.000 mégawatts pour ses habitants et ses industries.

"L'île veut être verte. Donc elle construit 1.000 mégawatts d'éoliennes. C'est très bien, surtout quand il y a du vent, c'est à dire 30% du temps. Mais comme les consommateurs veulent de l'électricité tout le temps, il faut construire à côte de ces éoliennes 1.000 mégawatts de turbines à gaz qu'on peut mettre en route comme des mobylettes quand il n'y a pas de vent et les éteindre quand il y a du vent".

Tireman | 27 juin 2011 à 10h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L’éolien, c’est bien, c’est beau, et ça peut rapporter gros !!! (Partie 2)

"Résultat des courses: on va payer trois fois. D'abord parce qu'il faut construire deux systèmes, 2.000 mégawatts, alors que l'île n'a besoin que de 1.000. Deuxièmement il faudra subventionner les éoliennes et troisièmement, les turbines à gaz vont fonctionner seulement 70% du temps et donc le coût en capital du mégawatheure va être augmenté à due concurrence".

"Donc je pense qu'il faut bien réfléchir avant de vouloir s'engager trop massivement dans des productions intermittentes de renouvelables", a conclu Gérard Mestrallet.
Lefigaro.fr avec AFP le 08/06/2011

Tireman | 27 juin 2011 à 10h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le Mont St Michel ?
Mais pas que :

AUDE: Névian
Condamnation de la Compagnie du Vent.
Le juge ordonne la démolition de quatre éoliennes du parc de Névian

Tribunal de Grande Instance de Montpellier, 4 février 2010. Pour la première fois en droit français, le juge dit que l'installation d'un parc éolien important, en surplomb d'un domaine viticole, constitue pour les propriétaires un trouble anormal de voisinage par la dégradation du paysage, par les nuisances auditives et la dépréciation foncière qui en résultent. Dans cette affaire, il a reconnu le trouble anormal de voisinage et a ordonné la démolition de quatre éoliennes et condamné la Compagnie du Vent à verser une somme avoisinant les 500 000 euros, au titre des dommages intérêts et de la moins value estimée de la propriété
Rappelons ici que la Compagnie du Vent a déjà eu des problèmes avec son site d'éoliennes industrielles de Névian (et ceux de Sigean, Port-la-Nouvelle et Roquetaillade, autres communes audoises) : elle ne voulait pas payer les cotisations de taxe foncière sur les propriétés bâties.

Quotidien du Midi, l’Indépendant du 06/03/2010

Tireman | 27 juin 2011 à 10h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Eolien off shore : Une électricité " salée "

Des arbitrages ont lieu actuellement au sein du gouvernement concernant l'éolien offshore.
Les 6.000 Mégawatts prévus par le Grenelle de l'Environnement subventionnés par les consommateurs d'électricité, correspondraient à une facture supplémentaire de 20 à 40 milliards d'euros à ajouter aux 40 milliards en cours pour les 19.000 Mégawatts de l'éolien terrestre.
Le gouvernement tente de réduire ce programme qui entrainerait mécaniquement une augmentation du tarif de l'électricité des consommateurs de 30% à 40%.
Alors que 3 millions de ménages en situation précaire ne peuvent déjà plus régler leur facture d'électricité, la Fédération Environnement Durable (FED) estime que subventionner l'éolien avec de l'argent des consommateurs est immoral et socialement dangereux.
Les 12.000 à 15.000 éoliennes géantes importées du Danemark d'Allemagne et prochainement de Chine, créent des emplois dans ces pays avec de l'argent des ménages français.

Tireman | 27 juin 2011 à 10h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est toujours les mêmes débats ! Le Mont St Michel n'a qu'à retourner à la bougie et au feu, ca donnera un côté rustique au lieu ! Je conçois qu'on ne souhaite pas toucher au patrimoine paysager mais que proposez-vous pour alimenter la région en énergie ?

vous préférez sûrement les énormes pylônes électriques ??? C'est vraiment n'importe quoi !!

Caroline | 27 juin 2011 à 10h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ Caroline, bonjour.
Pour info :
Le Mont St Michel est alimenté en électricité par câbles enterrés.
La région est déjà allimenté.
La hauteur moyenne des pylônes THT est d’une trentaine de mètres.
La hauteur des éoliennes en projet est de 100 à 180 m pour le terrestre, environ 160 m (émergé) pour le offshore.
En final, l’utilisation de l’éolien ne supprime pas les pylônes de transport de l’électricité produite, du moins, quand elle est produite…
Bonne journée.

Tireman | 27 juin 2011 à 12h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je crois savoir qu'il n'y a pas si longtemps des moulins étaient alignés depuis Cancale jusqu'à Roz-sur-Couesnon ainsi que de Pontorson à Beauvoir...il en reste d'ailleurs encore quelques uns, ce devait-être joli. Je suis en revanche certain qu'à Argouges, bien à l'intérieur des terres ces éoliennes ne dérangeront aucun photographe, pas même Yann Artus. Il me semble que la terrasse située au Mont que vous évoquez se nomme la plateforme de l'ouest ?

montois | 30 juin 2011 à 10h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

tout à fait d'accord avec DSK4EVER

maelle | 30 juin 2011 à 15h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Energie-legal : cabinet d'avocats dédié exclusivement à l'énergie Energie-legal