En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Éolien offshore : les câbles sous-marins ne perturbent pas les homards

Biodiversité  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Éolien offshore : les câbles sous-marins ne perturbent pas les homards

Les pêcheurs peuvent être rassurés. Le comportement des juvéniles de homard européen n'est pas affecté par un champ magnétique similaire à celui de câbles électriques sous-marins retrouvés dans un parc éolien offshore. C'est le principal résultat d'une étude menée par l'Ifremer et France Énergie Marine, en collaboration avec Mappem Geophysics, une PME bretonne, et l'Institute of Marine Research de Norvège.

En 2019, ces acteurs ont lancé plusieurs études pour identifier les niveaux de champs magnétiques créés par le câble d'export de courant. Ils ont testé ces niveaux de champs sur le développement du homard européen, une espèce des fonds marins à fort enjeu économique et écologique. Il avait déjà été démontré que des espèces voisines (langouste, écrevisse) étaient sensibles aux modifications du champ magnétique. Plusieurs suivis scientifiques avaient également montré que le homard européen fréquente assidûment les corridors des raccordements électriques de plusieurs projets d'énergies marines renouvelables, car les tabliers de protection en béton des câbles constituent pour eux des abris.

Premier résultat de cette étude : aucune mortalité n'a été constatée chez les juvéniles durant l'expérimentation. Second résultat : l'analyse des enregistrements vidéo indique que les animaux ne sont ni attirés ni repoussés par le champ magnétique et surtout, que leur comportement exploratoire pour trouver un abri, et donc se protéger des prédateurs, n'est pas modifié par l'intensité de champ magnétique testée.

Ces résultats viennent d'être publiés dans le numéro 220 de la revue scientifique Aquatic Toxicology. Ils s'inscrivent plus largement dans le projet de R&D collaboratif SPECIES (2016-2020). Celui-ci vise à améliorer les connaissances sur les interactions potentielles entre les câbles de raccordement électrique des projets d'énergies marines renouvelables et les organismes vivant sur les fonds marins.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager