Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Éolien offshore : les cinq leviers que propose la filière pour atteindre 50 GW en 2050

La FEE et le SER estiment qu'il est possible d'installer 50 GW d'éolien le long du littoral français. Pour y parvenir, les deux fédérations professionnelles formulent cinq propositions. Un programme à mettre en place au plus vite, insistent-elles.

Energie  |    |  Philippe Collet

Les énergies renouvelables « sont indispensables pour décarboner le mix énergétique et garantir la sécurité d'approvisionnement en France », rappellent France Énergie éolienne (FEE) et le Syndicat des énergies renouvelables (SER), reprenant là une des principales conclusions de l'étude « Futurs énergétiques 2050 » publiée, en octobre, par RTE. Les deux fédérations professionnelles ajoutent que l'éolien en mer « est un moteur essentiel » de cette transition énergétique. Leur objectif : atteindre 18 gigawatts (GW) de capacité éolienne en 2038 et 50 GW d'ici à 2050. Cette cible est « réaliste et souhaitable », expliquent la FEE et le SER, à l'occasion de la publication d'un travail d'analyse qui propose la marche à suivre pour y parvenir.

Les chiffres proposés par les deux syndicats s'appuient notamment sur l'évaluation de la Commission européenne, qui estime que l'Europe peut atteindre 300 GW d'éolien offshore d'ici à 2050. De son côté, le Comité interministériel de la mer (Cimer) français considère que 49 à 57 GW peuvent être répartis sur les 3 500 km de côtes françaises. Quant à RTE, son scénario le plus ambitieux en termes d'éolien en mer vise 62 GW à l'horizon 2050.

S'atteler dès maintenant à la tâche

Reste à concrétiser ce potentiel. Pour cela, les deux acteurs formulent cinq propositions concrètes « qu'il convient de rapidement mettre en place ».

La première : élaborer, en 2022, une planification spatiale du déploiement de l'éolien en mer pour anticiper au plus vite l'installation des parcs. Cette planification serait « pilotée par l'État en associant l'ensemble des acteurs du monde maritime ». Ce zonage devrait concerner 2,8 % de la zone maritime, et cela pour un « usage non exclusif ».

Il faut, en deux, fixer dès maintenant une première cible de 18 GW pour 2035. Il s'agit ici de « la trajectoire de développement de l'éolien en mer projetée par au moins 5 des 6 scénarios de RTE ». Concrètement, les deux acteurs attendent de l'État qu'il révise à la hausse les objectifs de la seconde période de la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) pour la période 2024 à 2028. Actuellement, ce document stratégique vise une capacité installée en 2028 de 5,2 GW, voire 5,5 GW. La FEE et le SER proposent que 2 GW soient attribués chaque année jusqu'en 2028, puis 2,5 GW par an jusqu'en 2050.

 
Il convient de décloisonner les projets de parcs en mer pour que chaque expérience bénéficie aux suivantes  
FEE et SER
 

La troisième recommandation est un changement d'échelle des projets et de la concertation. « Il convient de décloisonner les projets de parcs en mer pour que chaque expérience bénéficie aux suivantes », proposent les deux fédérations, suggérant d'« [organiser] des débats publics sur un "programme" éolien en mer à horizon dix ans pour chacune des quatre façades maritimes ».

Les infrastructures doivent aussi suivre le rythme. Pour cela, il convient de penser en amont l'écosystème autour des parcs éoliens en mer. Ce travail, qui doit être conduit avec RTE, doit permettre d'« optimiser les coûts et les usages, à commencer par le développement du réseau électrique associé et des ports ». Bien sûr, les ports français doivent aussi être associés à ces travaux pour capitaliser sur les investissements déjà engagés.

Enfin, le cadre économique et règlementaire doit être adapté. Au programme : clarification du cadre juridique pour favoriser les projets à plus grande distance des côtes (au-delà des 12 milles nautiques, soit environ 22 kilomètres) ; encadrement du délai des étapes des projets éoliens en mer (études de levée des risques, dialogue concurrentiel, instruction, recours, etc.) ; et maintien du complément de rémunération.

Réactions3 réactions à cet article

 

Le lobby éolien non content de saccager nos sites terrestres , attaque le littoral .

sirius | 06 décembre 2021 à 11h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

les énergies renouvelables se développent en France sans garde-fous. "Il n’y a pas de surveillance. Et puis, il y a cette course aux énergies renouvelables, qui a un aspect louable. L’État, pour soutenir le développement de ces énergies vertes, garantit le cours de l’électricité. Et c’est nous qui payons en fin de compte. Sur votre facture d’électricité, en bas de page, il y a une taxe spécifique pour le développement des énergies éoliennes. Depuis la mise en place de cette taxe il y a 20 ans, son taux a augmenté de 650%.
Devinez ou est passé tout ce fric>?
En France, la réflexion sur la place des énergies renouvelables est menée d’une manière doctrinaire, c’est pensé dans les cabinets, dans les ministères, et on se moque un peu des gens qui vivent dans les territoires. Les écolos des villes adorent les éoliennes, alors que les écolos des champs…

ouragan | 06 décembre 2021 à 12h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le nucléaire (à base d'uranium) est mort il faut trouver autre chose, mais cet article est bien maladroit, cinq leviers ?Pourquoi pas 12 ?Ce qu'il faut c'est libérer les énergies (sic) afin d'avancer vers autre chose ..

Darwin | 06 décembre 2021 à 12h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Hydrogène : stockez l'énergie verte produite sur votre territoire VDN GROUP
Accompagnement juridique à toutes les étapes des projets EnR Cabinet Valentin Renoux - Avocat