Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Éolien : Sea Shepherd porte plainte devant la Commission européenne contre le parc marin de Saint-Brieuc

Energie  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com

Toujours en construction, le futur parc éolien au large de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) n'a pas encore fait tourner sa première pale. Ce mardi 8 février, l'ONG Sea Shepherd a annoncé déposer une plainte devant la Commission européenne afin de « remédier aux manquements du chantier éolien de Saint-Brieuc aux règles applicables au rejet de substances polluantes en mer, à la planification de l'espace marin, ainsi que les règles applicables aux espèces et aux habitats protégés ».

Cette plainte, partagée par l'association Gardez les caps, vise plus particulièrement, d'une part, un manquement envers la directive européenne du 7 septembre 2005 concernant la pollution causée par les navires, et les sanctions qu'elle prévoit. Sea Shepherd fait référence à la fuite d'hydrocarbures de juin 2021, provenant du navire chargé du forage, Aeolus, et qui fait déjà l'objet d'une plainte. L'ONG cible, d'autre part, le zonage du parc au milieu d'un site Natura 2000 et l'obtention « illégale » des 59 dérogations de destruction d'espèces accordées à l'opérateur Ailes marines, filiale de l'industriel espagnol Iberdrola. Cette question fait également déjà l'objet d'une plainte devant le Conseil d'État, datée du 7 janvier dernier.

« Le site de la baie de Saint-Brieuc a été arbitrairement désigné par l'État français "zone propice" non modifiable pour de l'éolien industriel, sans aucune évaluation environnementale préalable, ni enquête publique, énonce Sea Shepherd. Mal zoné dès l'origine, le projet éolien de la baie de Saint-Brieuc est dans une impasse environnementale. » L'ONG pointe, en outre, la réalisation de « seulement trois fondations d'éoliennes » en six mois de chantier (causant, qui plus est, une pollution sonore et sédimentaire) sur la trentaine annoncée par l'opérateur, pour 62 éoliennes posées prévues à terme.

Réactions2 réactions à cet article

 

La faute initiale incombe avant tout au gouvernement pour avoir déclaré la zone d'implantation propice sans réelle évaluation environnementale. La responsabilité des responsables politiques ayant validé ce zonage, au mépris de toute considération environnementale, est pleine et entière et la société Ailes marines serait bien inspirée d'aller la rechercher.
Il faut en effet que cesse cette irresponsabilité de nos responsables politiques dès lors qu'il s'agit de protection de l'environnement. Nous ne sommes plus dans les années 70-80 !

Pégase | 09 février 2022 à 09h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bravo Sea Shepherd ! L'énergie éolienne programmée dans la baie de Saint Brieuc n'est pas "propre", malgré le greenwashing permanent et institutionnel dont est l'objet cette production d'électricité auto-proclamée "vertueuse".

Albatros | 09 février 2022 à 11h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil en droit des problématiques Énergies-Climat Huglo Lepage Avocats