En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Eolien : NKM annonce une simplification des procédures pour fin 2011

Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

A l'occasion du congrès national éolien, organisé par le Syndicat des énergies renouvelables (SER) à Dijon le 18 octobre, la ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé que des simplifications de procédures pour l'installation des éoliennes seraient mises en œuvre avant fin 2011. ''On commence 2011 timidement'', a-t-elle reconnu devant des industriels inquiets. En 2011, l'activité éolienne a ralenti, mais les professionnels redoutent avant tout un creux en 2012.

Selon la ministre, d'ici fin 2011, il n'y aura plus de double instruction du dossier pour le permis de construire et l'inclusion du site dans les installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE). Un interlocuteur unique devrait être désigné. Fin août, une circulaire peu claire sur cette question avait été envoyée aux préfets par le ministère.

Les projets inférieurs à 30 mégawatts (MW), et non plus 20 MW, ne devraient plus être soumis à autorisation.

Enfin, NKM a indiqué être ''prête à réfléchir'' à une simplification des ''zones de développement de l'éolien'' (ZDE), dont la mise en oeuvre tardive freine de nombreux projets : ces zones délimitent le périmètre à l'intérieur duquel les parcs peuvent bénéficier du tarif d'achat.

Réactions2 réactions à cet article

 

Le problème avec cette ministre est son parti pris "je crois", "je vais réfléchir", etc.. on aurait aimé une rationalité économique, un choix expliqué, une démonstration probante. Ce n'est pas le cas. On veut simplifier l'éolien, pourquoi ? faire plaisir à quelques constructeurs étrangers ? à quelques promoteurs français ? à quelques hommes politiques en annonçant des emplois mirobolants ? Mais le doute est hélas permis, et tout industriel sérieux ne peut que s'offusquer qu'on puisse tenir encore un discours à l'emploi où on veut faire prendre des vessies pour des lanternes. Ce ne sont pas les quelques postes de chaudronniers éparpillés ici ou là qui font une politique industrielle, encore moins énergétique. Pourquoi avoir laissé tomber les autres filières (biomasse, pompes à chaleur, isolation thermique, innovation dans les matériaux) et ne parler que des éoliennes qui sont pourtant la pire des solutions pour prendre le relai énergétique. Financer outrancièrement sur fonds publics une filière structurellement déficitaire est une aberration économique qui pesera sur les autres secteurs et les autres emplois. Une grossière erreur d'une grossière approche politique.

VERDEBON | 19 octobre 2011 à 19h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Positivons !
Acceptons que l'attitude de NKM est positive et intéressante !
Elle semble de bonne foi pour revoir la copie du gvt ! donc,...
Wait & See !
Give her a chance !
Voyons les actions et les faits dans le proche futur !
1er Bilan sur changement d'attitude dans les faits, dans 3 mois !
Et évidemment, laissons ouvertes et stimulons AUSSI les autres pistes EnR, dans le respect du DD et de la biodiversité, biomasse, méthanisation, efficacité énergétique, bio-matériaux de construction, PAC, géothermie,... !
Ne pas déshabiller Pierre pour habiller Paul, les 2 ont froid et besoin d'être habillés !
A+ Salutations Guydegif(91)

Guydegif(91) | 20 octobre 2011 à 10h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager