En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Eolien terrestre : le régime de soutien est enfin stabilisé

Le Gouvernement vient de lancer un appel d'offres et de publier un arrêté tarifaire qui scellent la fin d'une période transitoire et ouvrent une nouvelle ère pour la filière éolienne terrestre : l'intégration au marché électrique.

Energie  |    |  Mathilde BouchardonActu-Environnement.com
Environnement & Technique N°370 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°370
[ Voir un extrait | Acheter le numéro]

Ces dernières années, le régime de soutien à l'éolien terrestre a fait l'objet de nombreuses modifications. Quelques jours avant la passation de pouvoir, le Gouvernement a voulu préciser et fixer les dispositifs de soutien à cette filière pour les années à venir. Dans un contexte d'activité réglementaire très dense, il a publié le cahier des charges d'un appel d'offres pour les parcs au delà de six mâts ainsi qu'un arrêté qui fixe les conditions de soutien pour les futurs parcs éoliens plus petits.

A partir de 2017, deux dispositifs de soutien coexisteront pour l'éolien terrestre : un complément de rémunération pour les parcs de six mâts maximum accessible en guichet ouvert (sans sélection de projets) et un complément de rémunération pour les parcs plus grands, via des appels d'offres.

Les acteurs de terrain se félicitent de la mise en place de ce nouveau cadre réglementaire qui apporte visibilité et stabilité. France Energie Eolienne estime dans un communiqué que "ces textes montrent la confiance renouvelée des autorités françaises vis-à-vis de la maturité de l'énergie éolienne".

Ils espèrent que ce régime de soutien perdurera sous le prochain quinquennat : "Les professionnels attendent du futur gouvernement qu'il poursuive la stratégie de développement de nos filières en s'appuyant sur les dispositifs mis en place par la ministre [Ségolène Royal] et l'ensemble de ses équipes", a ainsi déclaré Jean-Louis Bal, président du Syndicat des énergies renouvelables (SER).

A noter que si les acteurs se réjouissent de la clarification apportée par l'arrêté tarifaire et par l'appel d'offres, nombreux sont ceux qui craignent désormais le possible lancement d'un appel d'offres expérimental mettant en concurrence des installations photovoltaïques et éoliennes.

Basculement vers le complément de rémunération en 2016

Le gouvernement avait pris l'engagement de maintenir l'obligation d'achat pour la filière éolienne terrestre jusqu'en 2018. Or, suite à la réforme de la fiscalité énergétique par la loi de finances rectificative pour 2016, l'Etat a été contraint de mettre fin, dès le 1er janvier 2016, à la possibilité pour cette filière de bénéficier de l'obligation d'achat.

L'arrêté du 13 décembre 2016 a mis en place un régime transitoire pour 2016. Il a supprimé la possibilité pour la filière de bénéficier de tarifs d'achat et créé, en conservant le principe d'un guichet ouvert, un complément de rémunération au niveau du tarif d'achat de 2014 sans conditions de puissance.

Désormais, la filière éolienne ne peut bénéficier que du complément de rémunération, soit en guichet ouvert, soit par le biais d'appels d'offres.

Maintien d'un guichet ouvert pour les petites installations

Les critères d'éligibilité au complément de rémunération en guichet ouvert ont été fixés par le décret relatif à l'autoconsommation collective. Pour y être éligibles, les parcs devront posséder moins de six turbines d'une puissance nominale inférieure à 3 mégawatts (MW). En principe, ces seuils s'appliqueront aux installations pour lesquelles une demande complète de contrat est déposée depuis le 1er mai 2017. Par exception, les demandes de contrats déposées avant le 30 juillet 2017 dans le but de bénéficier de l'arrêté du 13 décembre 2016 pourront être acceptées sans avoir à respecter ces seuils.

L'arrêté tarifaire publié au Journal officiel du 10 mai 2017 et validé par la Commission européenne précise les conditions d'obtention du complément de rémunération en guichet ouvert. Il allonge la durée du contrat de quinze à vingt ans. Pour être éligible au complément de rémunération, une installation devra respecter, au moment de sa demande de contrat, une distance minimale de 1.500 m avec toute autre installation ou projet d'installation. Cela permet de répondre aux craintes de la Commission de régulation de l'énergie (CRE) de voir certains producteurs "saucissonner" leurs parcs pour bénéficier de l'accès au guichet ouvert. L'installation devra être achevée dans les trois ans à compter de la date de dépôt de la demande de complément de rémunération.

D'après Fabrice Cassin et Hélène Gelas, avocats au cabinet LPA-CGR, "si les éléments fondamentaux de l'arrêté tarifaire ne sont pas, pour l'essentiel, nouveaux, le changement principal […] provient du mécanisme de prix". Le tarif de base est désormais défini en fonction du diamètre du rotor de l'installation. Ainsi, pour un diamètre de 80 mètres et moins, le niveau de tarif de base est de 74 €/MWh. Pour un diamètre de 100 mètres et plus, le tarif est réduit à 72 €/MWh. Un plafond, exprimé en MWh, est calculé annuellement. Les deux avocats regrettent d'ailleurs que les MWh non produits au titre d'une année ne puissent pas être reportés sur le plafond de l'année suivante.

Lancement séquencé des appels d'offres pour les installations plus grandes

D'après Fabrice Cassin et Hélène Gelas, "le basculement vers le complément de rémunération ayant été opéré en décembre 2016, la réelle nouveauté réside dans le basculement de l'éolien terrestre vers le régime d'appel d'offres". Les appels d'offres deviennent la norme pour l'obtention du complément de rémunération pour les parcs de plus de six mâts.

La CRE vient de publier le cahier des charges du nouvel appel d'offres pour l'éolien terrestre. 3.000 MW seront alloués sur une période de trois ans à travers six sessions d'appels d'offres.

Sont éligibles à la première session d'appels d'offres les installations d'au minimum sept aérogénérateurs, celles dont un des aérogénérateurs a une puissance nominale supérieure à 3MW ainsi que celles pouvant justifier d'un rejet, adressé par EDF, d'une demande de contrat de complément de rémunération.

Le prix est l'unique critère d'attribution des offres. Le cahier des charges prévoit un prix plafond, de 74,8 €/MWh. Les candidats pourront déposer leurs offres du 1er novembre 2017 au 1er décembre 2017.

La CRE a toutefois émis des réserves sur cet appel d'offres. Elle estime que le niveau de concurrence est "susceptible d'être insuffisant" et qu'il "pourrait remettre en cause l'efficacité de la procédure". Elle aurait souhaité que le champ de l'appel d'offres soit plus grand, en limitant celui du guichet ouvert aux installations de moins de 6 MW.

Réactions5 réactions à cet article

 

Seul l'éolien maritime loin de la côte et peut-être l" éolien lozérien sont éco-soutenables, mais sans l'éolien terrestre qui , entre autres défigure incontestablement les paysages et nuit à la santé des riverains et même des animaux, ça ne serait pas assez rentable pour les actionnaires.

L'avenir français, c'est l'hydrolien maritime et parfois fluvial avec les membranes ondulantes en particulier.

Sagecol | 11 mai 2017 à 02h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

...régime de soutien stabilisé, on est content... reste plus qu'à stabiliser la production... un jour on paiera cette gabegie. Mais les responsables seront disparus ou planqués...

dmg | 11 mai 2017 à 08h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les promoteurs éoliens peuvent se féliciter de cette mesure .Ils vont pouvoir continuer à dénaturer nos sites pour leur plus grand profit .
Au nom de la défense de la planète ,bien entendu.

sirius | 11 mai 2017 à 10h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il y a quand même quelque chose d'étrange. L'essentiel des avis des citoyens sont opposés aux éoliennes, gabegie financière, production aléatoire, consommation de métaux rares, atteinte aux paysages, destruction d'oiseaux, et j'en passe. Et on continue à construire des gigawatts. Trouvez l'erreur direz-vous ? Non, hélas, juste un lobbying particulièrement bien exécuté (se poser la question de la provenance des moyens), avec relais gouvernementaux (ADEME, loi LTE, direction de RTE et maintenant de la CRE), pressions de groupes étrangers (les éoliennes viennent essentiellement d'Allemagne), désinformation, greenwashing etc. A ce niveau, on pourrait parler de haute trahison ! Mais qui aura le courage d'instruire ce procès ?!

dmg | 11 mai 2017 à 20h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

pour répondre à sirius et dmg, comme l'essentiel des citoyens opposés aux éoliennes : ce qui étrange c'est que vous etes opposés aux éoliennes mais aussi aux énergies carbonées, mais aussi au nucléaire et qu'en même temps vous ne souhaitez pas retourner à l'age de pierre.
Aussi à des arguments donnés à l'emporte pièce sans aucun fondement je ne répondrait qu'à celui de la gabegie financière : Il nous faut payer l'électricité que l'on consomme sous cette forme ou une autre ne croyez pas que le père Noël existe.

Salutations

un citoyen qui semble ne pas partager l'avis de l'essentiel des autres citoyens.

protecurbinco | 19 mai 2017 à 14h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…