En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le projet éolien offshore prévu en mer des Deux Côtes a été rejeté par la préfecture

Proposé par La compagnie du Vent, le projet de champ éolien des Deux Côtes qui prévoyait de construire 156 éoliennes au large entre Le Tréport et Saint-Valery-sur-Somme a été rejeté par la préfecture en raison des mines présentes dans la zone.

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Réel danger ou fausse raison, la présence de mines datant des guerres mondiales a été l'explication fournie par la préfecture de Seine-Maritime pour ne pas instruire le dossier du projet éolien offshore prévu au large entre Le Tréport et Saint-Valery-sur-Somme. Déposé par La Compagnie du Vent ce dossier prévoyait l'installation de 156 éoliennes pour une puissance totale de 702 MW. Mais depuis son annonce, il rencontre une vive opposition de la part des marins pêcheurs de la région et des associations d'opposants à l'éolien industriel.
Selon le porte-parole de la préfecture maritime, le capitaine Yann Bizien, qui s'est confié à l'AFP, l'essentiel de ce projet est situé dans une zone minée lors de la Seconde Guerre mondiale et l'étude de risque a démontré que pour les intervenants de ce projet et les usagers de la mer le danger était réel. Pourtant, selon le promoteur du projet, cette donnée a été parfaitement intégrée dans le développement de son projet par La Compagnie du Vent, qui a déjà planifié un déminage de la zone si son parc éolien était autorisé. Il semblerait que plusieurs sociétés spécialisées lui aient confirmé que le déminage pouvait être réalisé en toute sécurité.
Pour sa défense, La Compagnie du Vent rappelle que ce projet représentant un investissement de 1,4 milliards d'euros présenterait de nombreux avantages : l'installation de ce parc éolien créera notamment plus de 2.000 emplois pendant trois ans pour la construction, puis environ 250 emplois locaux directs et indirects pour l'exploitation. Aux inquiétudes des pêcheurs concernant les impacts des éoliennes sur la ressource halieutique dans leur zone de pêche, la société a répondu en expliquant que le projet des Deux Côtes améliorera les conditions de pêche grâce à l'installation de récifs artificiels qui augmentent la ressource halieutique et en précisant qu'il sera possible de naviguer entre les éoliennes. Après discussion avec les représentants de pêcheurs, la société s'était également engagée à leur fournir une aide pour l'incorporation de biocarburant à travers sa filiale Biocarb. Cette disposition aurait permis aux marins pêcheurs de diminuer leurs charges. Par ailleurs, conformément à la dernière loi de finances, le parc aurait généré une taxe annuelle de près de 8,5 millions d'euros qui aurait été versée pour moitié à un fonds départemental pour les activités maritimes de pêche et de plaisance, le reste revenant aux communes et intercommunalités concernées. Ainsi dans son communiqué, La Compagnie du Vent s'étonne de ce refus mais compte bien apporter une réponse au préfet de la Seine-Maritime dans un recours gracieux.

Du côté des opposants au projet, certains élus et marins pêcheurs appuyés par l'association Vent de Colère, on se félicite. Si pour certains cette opposition se justifie par le risque de mettre en péril l'activité essentielle à la région qu'est la pêche, pour d'autres c'est le risque de voir des promoteurs, attirés par les sommes phénoménales qui sont en jeu, implanter des projets trop importants. En effet, pour Vent de Colère, l'éolien industriel n'est qu'une bulle spéculative qui ne règle en rien le problème des gaz à effet de serre et qui a des impacts visuels, sonores pour les riverains et mortels pour l'avifaune.

Le problème réside surtout dans le fait que l'on connaît encore très mal l'impact réel des éoliennes offshore sur l'écosystème marin. Les études indépendantes sont peu nombreuses et ont, de plus, très peu de recul. Il serait donc utopique de dire que les éoliennes n'ont aucun impact sur le milieu mais comme souvent dans le secteur de l'environnement, tout est une question de compromis ou plus précisément d'acceptabilité du risque.
Avec un nombre croissant de projets éoliens offshore qui se mettent en place dans le nord de l'Europe on peut espérer avoir de nouvelles données afin d'éclaircir la situation.

Réactions21 réactions à cet article

 
L'eolien off shore attire les poissons

Il est bien connus des pêcheurs que les ponts ou les jetées sont des environnement favorables pour les poissons et pour les crustacés. De même, un parc éolien off shore repose sur des fondations qui vont former autant de niches propices au développement des poissons. Les pêcheurs ne vont pas y perdre, mais au contraire y gagner. Un parc off shore est une vraie opportunité pour la pêche

Anonyme | 10 janvier 2007 à 11h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:L'eolien off shore attire les poissons

Et pour tout le monde dans le coin. Ils proposaient aussi le deminage. Les eoliennes n'auraient dérangé personne en mer (le bateaux passent entre les eoliennes).

Mais il a quand meme fallu que les idiots de ventdecolere y donnent leur avis. La "democratie" a ses limites.

ric | 11 janvier 2007 à 10h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 
UN PEU DE BON SENS !

J'ai vraiment du mal à concevoir l'hostilité de certains de mes concitoyens à l'égard de l'éolien.
S'agissant des pêcheurs - que je respecte beaucoup car ils exercent un métier difficile et de moins en moins rémunérateur -, qu'ils n'oublient pas qu'avant la disparition du poisson, il y aura celle du pétrole (actuellement pour un litre de pétrole extrait, six litres sont consommés...)
Deux groupes de 6 éoliennes fonctionnent près de Lamballe (Côtes-d'Armor). Implantées judicieusement, elles ne gênent personne, apparemment, elles ne tuent pas d'oiseaux (dont le pouvoir d'adaptation est bien supérieur à celui des hommes) et, surtout, elles fournissent leur quota d'électricité propre.
Il est indispensable et urgentissime de diversifier les énergies et de développer particulièrement celles qui sont renouvelables. Ainsi de l'éolien qui ne saurait être la seule alternative.
J'accepte très volontiers d'en débattre avec toutes les personnes de bonne foi qui ne partagent pas mon point de vue, à l'exception de celles qui sont opposées aux différents projets uniquement pour des motifs "d'esthétique de l'environnement".

Michel Pernot | 11 janvier 2007 à 10h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
L'offshore est une inconnue pour nous les françai.

Bonjour,

Je suis doctorant en géographie de l'énergie et parallèlement j'ai travaillé en bureau d'études sur de l'éolien, y compris offshore.

Je connais bien le sujet ! Le problème est que peu de personnes maîtrisent ce domaine et l'éolien présente des impacts indéniables que peu de travaux scientifiques viennent solutionner...

L'offshore a l'avantage de bénéficier de livres de l'ADEME très bien faits pouvant faciliter l'émergence d'un projet.

Son souci est qu'il subit des contraintes lourdes (on peut penser qu'il y a moins de contraintes en mer mais nous français n'avons aucune conception maritime de l'aménagement): zone minée, chenal de navigation, servitude des ondes,... c'est le même topo que pour l'éolien terrestre !

enfin, il faut voir le travail de gouvernance menée par le maitre d'ouvrage (compagnie du vent) sur son projet afin de faciliter l'acceptabilité sociale du projet. Les préfets maritimes sont soucieux de ne pas se mettre en grippe les pecheurs pour éviter le blocage des ports a cause des répercussions économiques énormes que cela provoque...

Scientifiquement, j'aimerais bien obtenir une copie du dossier afin de l'analyser et d'y porter un jugement objectif de chercheur...

sébastien DIETTE | 11 janvier 2007 à 11h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Si la plupart des arguments des opposants sont

Si la plupart des arguments des opposants sont peu crédibles et cachent ou accompagnent les raisons principales qui ne sont pas claires, il en est une qui vaut bien qu'on si attarde :
C'est toujours des grosses sociétés qui sont propriétaires des parcs ou des éoliennes. Rarement (ou jamais ?) une collectivité, un particulier, une société locale.
Le vent est-il à tout le monde ?
Oui probablement, mais le vent corse aux Corses, le vent breton aux Bretons.
Ou en tout cas, un peu plus aux Corses et aux Bretons, qu'aux intérets financiers de grosses sociétés.
Celui qui souffre du vent, doit en avoir aussi les avantages.
Celui qui souffre du bruit des pales, et qui risque d'en prendre une sur la tête, (ça n'arrive pas souvent quand même, et c'est pas parce qu'un train déraille, qu'il faut fermer toutes les lignes), doit en avoir les fruits.
Et pas seulement le propriétaire du terrain, les riverains, la commune.
Sans doute, les gens du coin ne se sentent pas assez consultés ou impliqués.
Et si les marins pêcheurs étaient propriétaires, ou partenaires...
Autrefois, les moulins devaient faire un sacré boucant aussi, mais tout le monde mangeait du pain fait avec la farine produite par le moulin.
On veut peut-être faire de l'éolien comme on a fait du nucléaire.
Des subventions, des prêts aidés et des aides techniques sont-elles données aux collectivités pour des études et des projets de parcs ?
Et pourtant, on a bien besoin des grosses sociétés qui ont leur savoir faire.
Pas facile, tout ça !
Cela dit, si on traine un tant soit peu, adieu la planète.

jl67 | 11 janvier 2007 à 11h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:UN PEU DE BON SENS !

Je crois que le bon sens demande une petite correction sur vos chiffres du pétrole: Je pense qu'il s'agit d'un litre de pétrole en gisement découvert pour six litres consommés.

Autrement, la pénurie n'apparaitra pas à l'échelle des (dizaines d') années, mais dans deux ou trois mois !

Djam | 11 janvier 2007 à 12h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:L'eolien off shore attire les poissons

Je savais déjà qu'un égoïste est quelqu'un qui ne pense pas à moi.

Je viens de découvrir que les limites de la démocratie, c'est quand les autres ne pensent pas comme moi.

Et un peu de respect pour ses opposants n'a jamais fait de mal, même si je suis déçu que le projet ait échoué (pour l'instant).

Au fait, QUID d'un bâteau avec un ennui mécanique, qui dériverait par gros temps, au gré des vagues et sans contrôle dans le parc éolien ?

Djam | 11 janvier 2007 à 12h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 
L'HYDREOLIENNE

Je suis abasourdi par l'avis de la préfecture prise comme une girouette dans tous ces vents contraires ... Quelle pleutrerie dans le dos de la décentralisation !

Hergébé | 11 janvier 2007 à 14h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Typiquement french!

Ce refus reflete encore une fois notre mentalité de vieux francais borné. Des qu'on parle de quelquechose d'un peu innovateur qui risque de changer les bonnes vieilles habitudes on se sent offensé! on est pas les specialistes de la greve pour rien!

Il faudrai arreter ces vieux cliché des l'eolienne bruyante, qui gache le paysage et qui tue des oiseaux. Premierement les gens retissant a ce genre de projet devrai tous aller se promener au pied d'un champs. ils realiserons que que ces engins ne derangent en rien de potentiels riverains. D'ailleurs, d'apres un sondage, ces derniers sont les derniers a s'en plaindre. D'un point de vue visuel, je trouve qu'une eolienne represente plutot un beau symbol futuristique a conotation naturelle, surement plus agreable qu un pylone EDF ou autre centrales.

Ca m'ennuie qu'on ai encore a redire sur l'implentation de tels projet, surtout en offshore, qui reduit encore ces "inconvenients".

Quand aux impacts negatifs sur la faune, je pense que les avantages d'un tel projet l emportent largement sur les inconvenients.

Esperons qu'on evolue un peu rapidement et qu'on essaie de suivre nos voisins nordiques.

lecossais | 11 janvier 2007 à 15h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Si la plupart des arguments des opposants sont

Les proprietaire de ce genre de projet en sont naturellement les investisseurs . Hors de tel investissement se chiffrant en milliard d'euros, je ne voit pas quel particulier, collectivité ou société locale capable de financer. De plus laissons le soin de developer ces projet a des specialistes et pas au 1er pelerins de la region.

De toute facon peut importe l origine de l investisseur, les bretons ou corses profiterai de leur ressource au niveau de l emploi. Ils devraient etre prioritaires pour former une main d'oeuvre capable de contruire et maintenir le site.
Ensuite d'un point de vue ethique, ils consommerai de l'energie "verte" , qu'ils devraient payer moins chers que le fossil.
Je suis sur que si tu dis au gens qu 'ils vont payer leur electricité generé par l eolienne moins chers, l eolienne sera mieux consideré.

De plus les communes doivent toucher des subventions pour implanter de tels projets, quelque part les habitant vont en profiter.

lecossais | 11 janvier 2007 à 17h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:L'eolien off shore attire les poissons

"Je viens de découvrir que les limites de la démocratie, c'est quand les autres ne pensent pas comme moi"

Non. Les limites de la démocratie, c'est quand des gens peuvent raconter des choses fausses - sans etre inquiétés - et quand ces choses fausses permettent de faire perdre au plus grand nombre une chose positive au profit d'une petite minorité.

"Et un peu de respect pour ses opposants "
Respecte qui tu veux et moi je respecte qui je veux. C'est aussi ca la démocratie.

ric | 12 janvier 2007 à 11h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:L'offshore est une inconnue pour nous les fran.

Bonjour,
c'est certainement la bonne démarche ! Rien de tel que de se faire une opinion sur des élements factuels et avec le plus d'objectivité possible. Et avoir déjà travaillé sur le sujet est un atout indéniable.
Le gros problème de ce type de démarche reside dans le fait que le dossier n'est sans doute consultable qu'auprès des mairies concernées par le projet.
Jean

Jean | 12 janvier 2007 à 11h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Typiquement french!

sur le mentalité française, je ne verrai aucun comme commentaire. Il est vrai que nous avons une façon bien particulière d'aménager...

pour le cliché de l'éolienne bruyante hachoir à oiseau, il faudrait davantage d'études pour le prouver une bonne fois pour toutes (attention à la subjectivité des réalisateurs desdites études) car pour le moment nous n'avons que de fortes présomptions...

sur ce qui relève de l'accord des riverains d'un aérogénérateur, il faut voir s'il s'agit d'un agriculteur ou d'un néo rural: le premier sera pour et le second contre (globalement) car le premier va tirer bénéfice d'une rentrée d'argent par le fait que la machine est sur son terrain, le second ne recevra aucun argent, juste les désagréments...

quant à la comparaison avec les ouvrages EDF, il faut savoir qu'aujourd'hui plus de personnes s'intéresse au cadre de vie, ce qui n'était pas vraiment le cas dans les années 1960 1970...surtout avec le retrait de la volonté de s'affirmer de la puissance publique...

wait and see...

sébastien | 12 janvier 2007 à 11h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
les proprio....

en france, les éoliennes sont montées par des sociétés spécialisées (souvent d'origine allemande, danoise,...) qui ont du mal à suivre la législation française...

ensuite ces sociétés créent des sociétés d'exploitation éolienne par éolienne et revendent à EDF à un tarif préférentiel

une partie de la rentrée d'argent va à la commune via la taxe pro, une autre partie au propriétaire du terrain pour la location.

Pour info, au danemark, le succès de ces machines sont dues au fait que les fermes éoliennes appartiennent en parties aux riverains qui sont copropriétaires des sociétés d'exploitation. Pour info, ce cas a été introduit en France en lorraine cet automne, cela marche bien d'apres mes sources...cela devrait être généralisé pour favoriser l'acceptabilité sociale des machines!

sébastien | 12 janvier 2007 à 11h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:L'offshore est une inconnue pour nous les f.

le dossier est consultable en mairie et en préf...

sébastien | 12 janvier 2007 à 12h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:L'eolien off shore attire les poissons

bonjour,

En Angleterre, pour limiter les dangers, les parcs éoliens sont signalés sur les cartes marines, et les éoliennes équippées de "feux de signalisation". Les pêcheurs doivent évidemment adapter leur comportement à la nouvelle installation et aux conditions météo.
Dans ces conditions, le risque n'est certes pas nul, mais il n'est pas plus important que de s'échouer sur les rochers ou la plage.

§Val | 12 janvier 2007 à 14h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Les mines et explosifs divers : faux problèmes

J'ai passé une partie de ma jeunesse en vacances au Tréport. Pas un mois où un bateau de peche ne recceuillait une mine ou une bombe dans ses filets. Spéctacle assuré lors de l'explosion au large (je voyais ca avec des yeux d'enfant) Question : fallait-il interdire la peche ... trop dangereuse ??? Faut-il interdire toute reconstruction dans les villes bombardées ??? l'agriculture en Champagne ??? la sylviculture dans les Ardennes ??? Alors la vraie raison, le lobby du nucléaire ???

Picard expatrié | 13 janvier 2007 à 12h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:les proprio....

L'idée de faire partager les revenus aux riverains est excellente.
Ceci étant, la moitié du parc éolien francais appartient a EDF...

ric | 15 janvier 2007 à 10h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
DCP

Bonjour, je suis ces projets de loin puisque je réside dans les DOM mais effectivement, outre le fait que ce projet soit ambitieux d'un point de vue environnement, que la situation urge au niveau des efforts collectifs à faire (et là je rejoins "ric" sur la démocratie) pour limiter l'impact de nos activités et de notre confort sur l'environnement, que l'on démine une zone minée depuis plus de 60 ans (mais que font les services publiques!! ), je peux confirmer que ce style d'ouvrage permet le retour du poisson...

Ici, aux Antilles, c'est ce que l'on appelle un DCP, Dispositif de Concentration du Poisson : une corde de 1000 ou 1500m fixée au fond et sur laquelle on accroche des feuilles de coco, des palettes ou autres objets présentant une grande surface : cela recrée un mini écosystème et on retrouve tout autour de ces DCP, du thazar, de l'espadon, du marlin, des dorades mais aussi requins et autres gros poissons... tous les pêcheurs du large pêchent sur DCP ici, même avec 500 m ou plus de fond...

Je pense que les fondations de ces parcs joueront ce rôle, comme le "Sec Pâté" dans le canal des Saintes qui est un piton rocheux qui remonte à 30 m sous la surface avec des fonds de plus de 300 m autour.... il y a toute une vie qui s'est développée autour...

Je déplore la réaction de la Préfecture et le manque de C.......... de certains décideurs (pour rester poli)!!

Bonne journée et "adan on dot soleil" comme on dit ici (à bientôt)!!

Xa2gwada | 15 janvier 2007 à 16h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 
éolien ou nucléaire

ces questions ne doivent plus être discutées dans le cercle politique (préfet, maire ect..) mais faire naitre un débat public qui débouche sur un référendum local. Il est claire que l'on aura besoins de plus en plus d'éléctricité. Est-ce les personnes vivant sur place préferent des éoliennes au large ou une bonne grosse centrale nucléaire sur leur commune? le résultat devrait pouvoir donner une réponse républicaine aux opposants. Pour le bruit des pales, je connais aucune personne qui habite dessous une éolienne..

patou d'alex | 24 janvier 2007 à 13h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:L'eolien off shore attire les poissons

Bonjour,
C'est quand je vois un message comme celui de "DJAM" que je me dis que la planète est mal barrée...

En plus toujours un argument fendant qui accompagne le tout!
c'est terrible.
Un sentiment d'impuissance m'envahit.
Pour info, je crois que la démocratie c'est quand la majorité l'emporte... malheureusement en France c'est la démocratie de celui qui a la plus grande bouche!
85 pour-cents pour l'éolien 11 contre et le reste sans opinion (voir Ademe)...

ça fait réfléchir.

Je me demande ce qu'il faut au monde pour faire bouger ces contradicteurs perpétuels...

PS: dans ton "QUID" tu as oublié l'age du capitaine!

lumitch | 14 janvier 2009 à 18h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…