En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le premier parc éolien offshore français sera mis en service en 2011

Alors que la France aura son premier parc éolien offshore en 2011, les voisins européens prévoient des programmes de développement ambitieux. Le SER attend toutefois des évolutions réglementaires susceptibles d'encourager la filière française.

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
Le premier parc éolien offshore français sera mis en service en 2011
© Rebel
   
Le premier parc éolien français en mer pourrait voir le jour en 2010 au large de Veulettes-sur-mer en Seine-Maritime (76). Au terme de l'instruction administrative, la société Enertrag a reçu l'ensemble des autorisations nécessaires à l'implantation des éoliennes. Le permis de construire a été délivré en septembre 2008 et les travaux maritimes pourraient commencer au second trimestre 2010. D'une puissance de 105 MW, ce parc sera composé de 21 éoliennes de 5 MW chacune et produira l'équivalent de la consommation domestique de 175.000 personnes (chauffage électrique compris).
Ce projet est le seul à avoir été retenu lors de l'appel d'offres lancé par l'Etat en 2004 mais d'autres projets sont en cours, notamment le parc éolien des Deux-Côtes au large des littoraux picards et haut-normands, le parc de la baie de Saint-Brieuc dans les Côtes d'Armor, ou encore le projet au large de l'Ile d'Yeu.

Des évolutions réglementaires attendues

Au total, plus d'une vingtaine de projets sont envisagés sur les quatre façades maritimes françaises. D'ici 2020, 6.000 MW d'éolien offshore devraient être installés en France au regard des objectifs du Grenelle de l'environnement. Selon le Syndicat des Energies Renouvelables (SER), cela suppose un rythme annuel d'installation en mer de 600 MW d'ici 2020 (soit 100 à 120 éoliennes), représentant plus d'1,5 milliard d'euros d'investissement chaque année.
Mais le syndicat est inquiet : ''la législation et la réglementation françaises telles qu'elles ont été élaborées pour le développement de l'éolien à terre ne répondent pas parfaitement aux nécessités de l'éolien offshore'', explique-t-il dans sa lettre mensuelle. Le SER estime que les règles d'urbanisme ne sont pas adaptées pour les usages en mer de même que les Zones de Développement de l'Eolien (ZDE). Une situation qui devrait rapidement changer puisque le projet de loi Grenelle 2 prévoit d'exclure les éoliennes en mer des dispositifs ZDE.

Le SER attend également une meilleure planification territoriale à l'instar de ce qui s'est fait dans plusieurs autres pays européens et là aussi les choses pourraient évoluer prochainement puisque le ministère de l'écologie a adressé, en mars dernier, une circulaire aux Préfets des régions côtières à savoir l'Aquitaine, la Bretagne, la Haute Normandie, la Provence-Alpes-Côtes-d'Azur et les Pays de la Loire. Les Préfets sont invités à entreprendre une démarche de concertation avec tous les acteurs concernés pour définir les zones préférentielles de développement de l'éolien en mer. ''L'objectif est de donner aux services instructeurs des demandes d'autorisation, un outil de développement équilibré entre les différents usages de la mer comme la navigation, la pêche, le nautisme, l'extraction de granulats marins'', explique le SER.

Un secteur en croissance en Europe

En attendant, dans les autres pays européens, les parcs éoliens offshore se développent. Fin 2008, 32 parcs éoliens en mer étaient en service dans dix pays : le Danemark, le Royaume-Uni, la Suède, les Pays-Bas, l'Irlande, l'Italie, l'Allemagne, la Finlande, la Norvège et la Belgique, cumulant une puissance installée de plus de 1.400 MW. Quatre projets sont également en construction pour une puissance de 1.500 MW. Le Royaume-Uni et l'Allemagne ne comptent pas en rester là puisque les deux pays ont annoncé des programmes de développement très ambitieux : 20.000 MW pour le Royaume-Uni en 2020 et 25.000 MW pour l'Allemagne en 2030.

Réactions4 réactions à cet article

 
non aux éoliennes

Tant qu'elles ne seront pas invisibles, ces immenses pylônes clignotants n'auront pas mon approbation, et pourtant on a besoin d'énergie. En faire de petites, ce serait déjà mieux, le long du tgv, des autoroutes ...et puis chercher d'autres solutions de production permanente.
Evidemment cela ne dérange pas les personnes qui ne sont pas dans la zone visuelle. Paris ne craint rien...

Alrib28 | 12 novembre 2009 à 10h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
régions côtières oubliées

Juste une remarque : plusieurs régions côtières ont été oubliées (par l'auteur de l'article ou par le MEEDDAT?), notamment le Nord - Pas-de-Calais et la Picardie, qui pourraient être concernées par le développement de l'éolien offshore.

alex | 12 novembre 2009 à 11h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:non aux éoliennes

Finalement ce que vous dites c'est que vous habitez près de la mer, et que vous vous avez de la vue, ce que ne peuvent pas juger les citadins.
Je ne trouve pas vos propos très sympathique a mon égard (je vis à Lyon) et à l'égard de ceux qui vivent en ville, surtout quand ceux ci mettent de coté la vie au grand air pour limiter leur impact.
Merci pour vos propositions d'améliorations des éoliennes, mais leur but étant de produire de l'énergie, si vous leur coupez leurs ailes ...
Je vous encourage donc a diminuer considérablement vos consommations d'énergie, dès lors, nous aurons moins besoin d'éoliennes.
Cordialement

chocard | 12 novembre 2009 à 15h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:non aux éoliennes

En fait je dis que les éoliennes sont installées dans des zones de 5, 10 hab au km2, ils sont minoritaires. tant pis pour eux lorsqu'ils regardent les étoiles et ont en face d'eux une série de flash toute la nuit. Le jour ce n'est pas très joli non plus. Ce sont des gens plutôt économes en énergie, beaucoup ne chauffent qu'un pièce, et vous ne verrez pas de poubelles car ils n'achètent rien. Ils ont des voitures qui "polluent" car elles ont entre 15 et 30 ans, elles ne servent que pour aller à la ville 1 fois/mois. Ils ne consomment que peu de soins et il n'y a plus de médecins locaux. DOnc hôpital et cimetière.
Effectivement le vrai problème est l'excès de consommation, la mauvaise redistribution des "richesses", l'abandon des zones d'habitat faible, ainsi que des zones type banlieue où l'éducation et le suivi des enfants devraient être développés, pour ne pas qu'ils aillent en prison ensuite, des zones de production devraient être redéveloppées pour que les individus aient un travail intéressant, quite à réduire des importations par des accords ad hoc, et les dirigeants politiques devraient montrer moins de dépenses fastueuses.
Mais ce n'est pas comme cela. Et les éoliennes en sont la conséquence.
Pensez au bonheur qu'on a en utilisant ces 2 petits fils qui arrivent chez nous, quelle invention fantastique que l'électricité. Tous les endroits où il n'y en a pas.
Les éoliennes sont pour moi la preuve qu'on avance de travers, certains sont sacrifiés au profit d'autres. Ni plu ni moins. Le problème est ailleurs.

Alrib28 | 14 novembre 2009 à 18h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager