Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Éoliennes flottantes en Méditerranée : le débat public débute le 12 juillet prochain

Energie  |    |  Fanny Bouchaud  |  Actu-Environnement.com
Éoliennes flottantes en Méditerranée : le débat public débute le 12 juillet prochain

Courant 2022, deux parcs éoliens flottants devraient voir le jour en Méditerranée. Mais où, précisément, vont-ils être implantés ? C'est le sujet qui préoccupera le débat public du 12 juillet prochain, mené par la Commission nationale du débat public (CNDP). Les avis argumentés de toute personne souhaitant participer seront récoltés sur une plateforme internet pour désigner les potentielles zones d'implantation des parcs et de leurs extensions ainsi que les modalités de raccordement.

Après plusieurs phases de consultation, quatre grandes zones ont été identifiées pour accueillir les projets : au large du Cap d'Agde, au large de Petite Camargue, dans le parc marin du golfe du Lion et au large du golfe de Fos-sur-mer. Les parcs pourraient ainsi produire 250 MW chacun, ce qui représente assez d'énergie pour alimenter 160 000 foyers et nécessite une vingtaine d'éoliennes par parc. Courant 2024, la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), prévoit la création de deux parcs supplémentaires de 500 MW chacun, rattachés au même poste de raccordement que les premiers. Le projet, porté par le ministère de la Transition écologique, répond aux objectifs que la France s'est fixé : porter à 40 % la part d'énergie renouvelable dans la production de l'électricité d'ici à 2030.

Rappelons tout de même que le gouvernement a donné le feu vert à un projet similaire, au large de Belle-Ile et de l'île de Groix, en Bretagne. Le débat public n'ait pas permis de consensus sur la zone d'implantation.

Réactions8 réactions à cet article

 

la production d'énergie renouvelable doit se faire au plus près de la consommation et le plus simplement possible, les éoliennes flottantes avec la puissance des tempêtes qui augmente tous les ans et leur cout de maintenance exorbitant ne me paraissent vraiment pas une bonne idée !
il faut viser l'autonomie la plus locale possible : chaque village devrait avoir son éolienne, son méthaniseur, sa réserve d'eau, son maraicher, etc ...
on devrait commencer par remplacer tous les poteaux à haute tension par des éoliennes, avec un poteau tous les 500m on peut produire autant que le réacteur de centrale nucléaire qui injecte le courant en début de réseau

laurent | 03 juin 2021 à 08h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour moi ça fera des lieux de reproduction des poissons, donc augmenter les quantités pêchées et éventuellement perturber les pêcheurs non locaux ou amateurs non respectueux des espèces tailles et autres.
Une forme imposée d'écologie.

pemmore | 03 juin 2021 à 11h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mais comment peut-on encore écrire des choses pareilles ! On va saboter une part immense de la Méditerranée pour produire moins de courant qu'un seul réacteur nucléaire (4 fois 250 MW installés en mer, c'est en moyenne 400 MWe produits), et à un tarif faramineux ! Et dans une zone où le climat se dérègle, donc sans même cette garantie de production.
Les 40% de renouvelables, c'est une totale aberration : le critère doit être la décarbonation, l'indépendance et l'impact environnemental global, pas cette soi-disant renouvelabilité, à laquelle ni le solaire ni l'éolien ne satisfont (quid du cycle de vie complet).

dmg | 03 juin 2021 à 16h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ dmg : question coût faramineux, on ne peut pas battre l'EPR de Flamanville ! C'est même stratosphérique.

Pégase | 03 juin 2021 à 19h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@pégase : Il ne faut pas critiquer l'EPR ! je vous rappelle qu'il est cité comme le fleuron de l’ingénierie française, une référence internationale pour TOUTE l'industrie nucléaire et à mon avis c'est l'arnaque intergalactique qui restera gravée dans les annales de tout l'univers ... On ne parle plus de gouffre financier mais de trou noir, reste à savoir qui récupère les milliards que les contribuables perdent tous les ans ???

laurent | 04 juin 2021 à 10h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Rajoutez-y, laurent, l'ensemble des coûts des dépenses indispensables au grand carénage des centrales nucléaires existantes, des errances du stockage des déchets irradiés et de la sécurisation des sites d'exploitation du minerai d'uranium (la France n'est pas autant impliquée au Niger par seule vocation humanitaire...) et effectivement, le contribuable français voyage contre son gré dans les confins des trous noirs budgétaires et technologiques.

Pégase | 04 juin 2021 à 11h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ pégase : les scientifiques on trouvé une méthode infaillible pour faire baisser rapidement les radiations des déchets nucléaires : il suffit de les bombarder avec un puissant laser, efficacité garantie à 100% mais très couteuse en énergie : donc pour traiter les déchets d'une centrale il faut en faire tourner une autre ... exactement sur le principe des shadoks, mais quand les shadoks pompent c'est le fric qui coule à flot et ça ne ruisselle pas pour tout le monde ...
la seule énergie libre et infinie dont nous disposons tous c'est le soleil, la photosynthèse étant la meilleure façon de la stocker écologiquement ! c'est aussi le soleil qui génère les vents et les pluies !

laurent | 04 juin 2021 à 11h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ pégase : les scientifiques on trouvé une méthode infaillible pour faire baisser rapidement les radiations des déchets nucléaires : il suffit de les bombarder avec un puissant laser, efficacité garantie à 100% mais très couteuse en énergie : donc pour traiter les déchets d'une centrale il faut en faire tourner une autre ... exactement sur le principe des shadoks, mais quand les shadoks pompent c'est le fric qui coule à flot et ça ne ruisselle pas pour tout le monde ...
la seule énergie libre et infinie dont nous disposons tous c'est le soleil, la photosynthèse étant la meilleure façon de la stocker écologiquement ! c'est aussi le soleil qui génère les vents et les pluies !

laurent | 04 juin 2021 à 12h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Eolien : un accompagnement juridique à toutes les étapes de votre projet LPA-CGR avocats