Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La présence d'éoliennes près de haies menace les chauves-souris

Biodiversité  |    |  Emmanuel Miculita  |  Actu-Environnement.com

Selon une nouvelle étude scientifique, les éoliennes engendreraient des risques de perte d'habitat et de mortalité chez les chauves-souris installées dans les haies environnantes. En partenariat avec le bureau d'études Auddicé, le Centre d'écologie et des sciences de la conservation (Cesco), composé de chercheurs du Muséum national d'histoire naturelle, du CNRS et de la Sorbonne, confirme le fait que les éoliennes peuvent contribuer à une perte d'habitats de la faune. Elles sont sources de mortalité, ayant pour origine des collisions directes et des barotraumatismes, c'est-à-dire des lésions tissulaires liées à un changement de pression.

Grâce à des enregistrements d'émissions ultrasonores réalisés sur des sites avec et sans éoliennes (65 paires), les scientifiques ont évalué la réponse comportementale des espèces et leur rapport avec leur habitat naturel. Résultats, les éoliennes placées à moins de 100 mètres de haies provoquent une diminution très nette de l'utilisation des habitats par les chauves-souris, surtout dans une zone de 10 à 43 mètres. Concernant la mortalité, les éoliennes situées dans un périmètre de 43 à 100 mètres sont susceptibles d'attirer certaines espèces (comme les noctules) et de provoquer des collisions parfois mortelles.

Avec cette étude publiée dans le Journal of Applied Ecology, ce jeudi 9 juin, le Cesco met en avant l'importance d'éloigner les éoliennes des haies et lisières boisées d'au moins 200 mètres en suivant la Convention Unep-Eurobats. Peu respectée, cette recommandation n'a pas empêché l'installation des trois quarts des éoliennes du Grand-Ouest à moins de 100 mètres de ces végétations. Les auteurs espèrent, à partir de cette étude, que soit « mieux concilier transition énergétique et enjeux de conservation de la biodiversité ».

Réactions2 réactions à cet article

 

Une étude pluriannuelle a déjà été menée de 2009 à 2017 en région Centre Val de Loire, sous la supervision de la DREAL Centre Val de Loire, sur divers sites éoliens et sur divers protocoles méthodologiques. Perte d'habitat et mortalité faisaient partie des axes de travail.
Il m'apparaît donc curieux qu'il faille refaire des études ayant déjà été menées, qui plus est dans un cadre de concertation services de l’État / développeurs et/ou exploitants de parcs éoliens / associations de protection de la nature / bureaux d'études plutôt exemplaire...

Pégase | 13 juin 2022 à 09h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour.
Si Pégase dit que c'est bien, pas besoin d'études ;)
Pégase à la planification écologique (et à la construction de prisons pour ses contradicteurs).
Sincères salutations !

Albatros | 21 juin 2022 à 15h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Emmanuel Miculita

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

VALORMAX BA : une gamme de matériels pour la valorisation de biomasse NOREMAT