Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Epandage aérien de pesticides : le nouvel arrêté en consultation

Agroécologie  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Le projet d'arrêté visant à "accélérer la fin des épandages aériens de produits phytosanitaires" est soumis à la consultation du public jusqu'au 15 juillet sur le site du ministère de l'Agriculture.

"Cet arrêté viendra (…) traduire clairement la volonté du Gouvernement d'accélérer la conversion des pratiques agricoles et de prendre acte des progrès déjà accomplis", indique le ministère de l'Ecologie, qui souligne quatre avancées principales : la fin des épandages aériens pour les cultures de bananes et de maïs dès l'entrée en vigueur de l'arrêté, puis pour toutes les cultures (y compris donc le riz et la vigne) le 31 décembre 2015, une meilleure prise en compte des espaces naturels protégés et la possibilité pour le préfet d'augmenter la distance de sécurité vis à vis des lieux sensibles au delà de 50 mètres.

La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, avait annoncé fin mai son intention d'interdire totalement l'épandage aérien de pesticides alors que des dérogations étaient encore accordées. Cette annonce avait fait suite à la suspension par le Conseil d'Etat de l'arrêté du 23 décembre 2013 sur la base duquel étaient pris les arrêtés préfectoraux autorisant ces dérogations. Le nouvel arrêté ministériel est amené à remplacer l'arrêté suspendu, qui devrait être prochainement annulé par le Conseil d'Etat.

Les surfaces traitées en baisse de 77%

En 2013, les surfaces traitées par voie aérienne ont baissé de 77% entre 2008 et 2013, indique le ministère de l'Agriculture. "Le total des surfaces concernées par le traitement aérien représente 0,06% de la surface agricole utilisée", précise-t-il. Certaines cultures ne sont déjà plus traitées par voie aérienne : bananes, blé, châtaignier, colza, feuillus, maïs et productions maraîchères. En 2014, les dérogations ne concernaient plus que la vigne et le riz, ajoute le ministère.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

BTX : analyseur XRD et XRF de paillasse pour matières sur poudre Olympus France