En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Érosion du littoral et submersion marine : cinq démarches pilotes de relocalisation des activités et des biens

Risques  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

Cinq collectivités locales de métropole et d'outre-mer ont été retenues pour mener des démarches pilotes de relocalisation des activités et des biens menacés par les risques littoraux. Elles ont été sélectionnées par le ministère de l'Ecologie dans le cadre de la stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte, et leur démarche sera financée à hauteur de 600.000 € sur deux ans. "Sur la base des enseignements de ces projets [choisis pour leur représentativité], un guide national sera élaboré proposant des éléments méthodologiques et de doctrine concernant la mise en œuvre de la relocalisation des activités et des biens", indique le ministère dans un communiqué.

Le site de Vias (34) porte un projet de recomposition spatiale et de valorisation du littoral sur un site occupé par de l'habitat en majorité précaire et des campings. Ce projet sera mené en co-construction avec la population, et en parallèle d'un programme de gestion raisonnée du littoral en cours d'élaboration (CPER).

Situé entre la baie de Somme et les falaises de Picardie, le site d'Ault (80) fait face à un aléa de recul du trait de côte de 30 à 70 cm par an. La collectivité a décidé "d'inscrire la démarche de relocalisation des biens affectés dans la dynamique urbaine en cours (Programmes d'actions de prévention des inondations (PAPI), plan local d'urbanisme (PLU) et Schéma de cohérence territoriale (SCOT), ZAC, démolition du casino menacé, requalification du centre bourg...)".

Dans le Var (83), le site de la plaine du Ceinturon (Hyères) "concerne principalement la relocalisation d'une route littorale en front d'une plaine alluviale constituée d'emprises diverses inondables (aéroport, lotissements, zones d'activités, terrains agricoles...). Ce territoire emblématique comprend des enjeux environnementaux s'avérant particulièrement importants".

Le GIP Aquitaine porte, avec les communes de Lacanau, la Teste-de-Buch (33) et Labenne (40), un projet sur trois sites touchés par l'érosion dunaire mais avec des problématiques différentes : "anticipation  urbaine pour Lacanau, aménagement paysager et touristique pour la Teste-de-Buch, et adaptation d'un plan plage MIACA (mission d'aménagement de la côte aquitaine) pour Labenne".

Enfin, la ville de Petit-Bourg en Guadeloupe porte un projet sur les sites de Bovis et de Pointe-à-Bacchus, soumis à de nombreux aléas et habités. La ville vise une densification du centre bourg.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…