En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'association Écologie sans frontière souhaite la refonte complète de la Loi sur l'Air

Risques  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
Après avoir dénoncé en juin dernier dans une première étude la sous-évaluation de la pollution de l'air ambiant, l'association Écologie sans frontière s'intéresse dans une deuxième étude aux impacts sanitaires de cette pollution et des actions à entreprendre. L'association espère que le Grenelle de l'environnement va officialiser l'idée d'un projet de loi sur l'air. L'actuelle loi sur l'air a jusqu'à présent échoué dans la mise en œuvre de son objectif : un air pur qui ne nuise pas à la santé ; elle n'a pas permis de faire décroître les facteurs de pollution, estime ESF. La nouvelle loi devra répondre à 4 objectifs primordiaux : information complète et transparente, réduction drastique des émissions polluantes, répression des contrevenants et développement de la connaissance.

Rappelons que le groupe du Grenelle chargé de travailler à l'instauration d'un environnement respectueux de la santé propose notamment de fixer de nouveaux objectifs quantifiés en matière de pollution de l'air extérieur. En plus du respect sans délai des objectifs fixés réglementairement pour les NOx et l'ozone, le groupe demande que soit fixé pour les particules fines, un objectif à terme de 10 microgrammes/m3, avec comme première étape, dont la date est à fixer, 15 microgrammes/m3, indique le rapport. Le collège des employeurs soutient également le principe de cette réduction des émissions et souhaite qu'il s'inscrive dans le cadre communautaire. Certaines ONG proposent de fixer de façon volontariste des objectifs pour les 35 principaux polluants atmosphériques pour lesquels l'OMS a publié des valeurs-guides. Les associations de surveillance de la qualité de l'air proposent également de mettre en place une politique de surveillance plus large intégrant les problématiques Air et Climat et d'aboutir à une loi sur l'environnement atmosphérique dans la suite du rapport du sénateur Richert rendu début 2007.

Réactions1 réaction à cet article

 
Ne pas mettre la charrue avant les boeufs.

ESF définit de beaux objectifs, mais ne va pas à la cause de la dégradation de la qualité de l'air. La vraie cause, c'est l'hypertrophie de la mobilité qui nuit non seulement à l'air, mais aussi à la véritable Economie, à cause de la désorganisation de notre cadre de vie qui nous oblige à nous déplacer en voiture individuelle ou en transport collectif, pour un oui ou pour un non. Les voies de communication couvrent l'équivalent de quatre départements. Nous brûlons, chaque année, plus de 50 millions de tonnes de carburant sur les routes et des quantités astonomiques de kWh. Voilà la cause essentielle de la débandade économique et de la pollution qui tue des milliers de personnes, chaque année, en France. Bref, tout se tient, la pollution, l'effondrement de notre Economie, les délocalisations, le trou de la Sécu etc. Je termine en précisant qu'on parle beaucoup de la pollution de l'air, mais on oublie souvent la pollution des cours d'eau et surtout tout le monde ignore que nos terres agricoles sont polluées et appauvries par 60 ans de surexploitation. EVRARD Michel. Massongy. Haute-Savoie. Ecologiste sans étiquette. PS. Mes salutations à Frank Laval qui peut me répondre.

Anonyme | 13 janvier 2009 à 11h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager