Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Étang de Berre : un comité stratégique installé pour suivre la feuille de route

Eau  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

Le comité stratégique pour l'étang de Berre (Bouches-du-Rhône) est officiellement installé depuis le 4 juillet. Sous la coprésidence du préfet de région et de département, du président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur et de la présidente de la métropole Aix-Marseille-Provence, il vise à suivre et piloter l'exécution de la feuille de route pour la réhabilitation de l'étang adoptée en septembre 2020. Il réunit les représentants des collectivités territoriales, des services de l'État, du Groupement d'intérêt public pour la réhabilitation de l'étang de Berre (Gipreb), des syndicats intercommunaux, des acteurs économiques et des associations environnementales, l'agence de l'eau Rhône-Méditerranée, le Conservatoire du littoral et la chambre d'agriculture des Bouches-du-Rhône.

Pour essayer d'améliorer la qualité des eaux du deuxième plus grand étang d'eau salée d'Europe, les parties prenantes se sont, en effet, accordées sur la mise en œuvre d'une série d'actions. Cette masse d'eau est en effet exposée à de multiples pressions depuis de nombreuses années.

Un certain nombre d'actions ont d'ores et déjà été engagées : une mission de préfiguration pour la réouverture du canal de Rove à la courantologie a ainsi été créée, avec la possibilité du lancement de travaux, fin 2023, si les études complémentaires le valident. Un comité de planification de la Basse-Durance a également vu le jour pour optimiser la programmation des chantiers. Autre avancée à noter : la création de deux établissements publics d'aménagement et de gestion des eaux (Epage), le 30 juin dernier, autour de la Basse-Durance et de la vallée de l'Arc pour l'exercice de la compétence gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (Gemapi).

Parmi les points sensibles qui stagnent toutefois figure la réduction des rejets de la centrale hydroélectrique de Saint-Chamas. « Le comité a pris acte de la décision d'EDF de ne pas confirmer dans l'immédiat la diminution des volumes turbinés à Saint-Chamas et les rejets d'eau douce dans l'étang de Berre, afin de préserver sa capacité de production d'électricité, dans un contexte de grave crise énergétique nationale et européenne, indique le comité. La proposition d'EDF d'assouplir les turbinages de l'usine de Saint-Chamas l'hiver, afin de saisonnaliser les rejets, sera examiné par le Gipreb et les collectivités territoriales. »

Le comité prévoit de se réunir d'ici à la fin de l'année pour faire un point sur l'état d'avancement des actions.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

AquaNeutra neutralisation des eaux agressives sans réactif CIFEC