Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'État consacrera 600 millions d'euros au recyclage

Les pouvoirs publics vont consacrer 600 millions d'euros au développement de filières de recyclage des plastiques, des matériaux composites, des textiles, des métaux stratégiques et des papiers-cartons.

Déchets  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com
L'État consacrera 600 millions d'euros au recyclage

Ce lundi 13 septembre, Barbara Pompili a précisé les montants alloués à la stratégie d'accélération « recyclabilité, recyclage et réincorporation des matériaux recyclés » portée par le gouvernement. Celle-ci disposera de 600 millions d'euros de soutiens publics, dont 370 millions issus du quatrième Programme d'investissements d'avenir (PIA4). La ministre de la Transition écologique a aussi précisé les objectifs retenus pour chacune des cinq matières concernées : les plastiques, les matériaux composites, les textiles, les métaux stratégiques et les papiers-cartons.

Pour rappel, en janvier dernier, Jean Castex annonçait le lancement du PIA4 doté de 20 milliards d'euros sur cinq ans. Au moins un tiers des investissements doivent être réalisés en faveur de la transition écologique, avait assuré le Premier ministre. Il annonçait aussi que le PIA4 devait permettre de mettre en œuvre les « stratégies d'accélération » retenus par Emmanuel Macron, neuf mois plus tôt, dans le cadre du Pacte productif 2025. Parmi celle-ci figurait celle sur l'économie circulaire articulée autour de cinq matériaux prioritaires.

370 millions issus du PIA4

Aujourd'hui, Barbara Pompili a précisé que l'enveloppe tirée du PIA4 et attribuée à cette stratégie sera de 370 millions d'euros sur la période 2021-2027. Cette somme s'ajoute aux 205 millions déjà mobilisés dans le cadre du volet économie circulaire du plan France Relance sur la période 2021-2022. À cela s'ajoutent 25 millions portant l'enveloppe globale consacrée à la stratégie d'accélération à 600 millions.

Concrètement, durant la période 2021-2027, 310 millions d'euros iront au soutien à la recherche-développement (R&D) : 170 millions pour lever les verrous aux différentes étapes de la chaîne de valeur du recyclage ; 110 millions pour accélérer le transfert de technologies et à la valorisation de l'innovation ; 40 millions pour soutenir la recherche scientifique sur les technologies et sur les enjeux socio-économiques du recyclage. Par ailleurs, 55 millions supplémentaires accompagneront, entre 2021 et 2026, le déploiement industriel des solutions innovantes. Une troisième enveloppe de 30 millions soutiendra le volet formation. À cela s'ajoutent enfin les 205 millions d'aides apportés par France Relance en 2021 et 2022.

Des objectifs chiffrés

Quant au déploiement de la stratégie, il s'articulera autour de huit priorités. Cinq d'entre elles concernent des matières prioritaires. Barbara Pompili a précisé les objectifs fixés.

L'ambition en matière de recyclage des plastiques est de parvenir à recycler et réincorporer chaque année 2 millions de tonnes de résines d'ici à 2025 (la France consomme 4,5 millions de tonnes de résines vierges par an). Concernant les papiers et cartons, l'objectif est de réduire d'un quart en 2025, et de moitié en 2030, l'excèdent non recyclé. Cela représente 400 000 tonnes de capacité d'incorporation à développer d'ici à 2025, a expliqué la ministre. Concernant le recyclage des métaux stratégiques, les pouvoirs publics veulent que la France dispose en 2030 des capacités industrielles suffisantes au recyclage de l'intégralité des batteries des véhicules électriques arrivant en fin de vie en France. Le prochain appel à projets de l'Agence de la transition écologique (Ademe), annoncé pour ce mois-ci, portera d'ailleurs sur le recyclage des métaux stratégiques, a annoncé Barbara Pompili.

Les deux dernières matières ont des objectifs plus flous : multiplier par quatre le recyclage du textile à la même échéance (aujourd'hui quasiment inexistant) et « faire émerger une filière de recyclage » des matériaux composites.

Enfin, le ministère est aussi revenu sur les trois autres priorités de la stratégie d'accélération. Ces dernières sont communes à plusieurs filières de l'économie circulaire. Il s'agit d'abord de la collecte et du tri, avec notamment des volets concernant la préhension des déchets, la robotisation des lignes ou encore le numérique en lien avec l'intelligence artificielle. Il s'agit aussi de la recherche sur les procédés et sur les enjeux stratégiques, ainsi que du volet formation de la stratégie.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager