En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Des Etats généraux de l'alimentation pour réussir ensemble la transition écologique

La journée de lancement des Etats généraux de l'alimentation a été l'occasion d'engager des pistes de solutions pour généraliser la transition agro-écologique.

Agroécologie  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
Des Etats généraux de l'alimentation pour réussir ensemble la transition écologique

"On a le choix entre le sursis et le sursaut. Et moi je préfère le sursaut. On peut faire un saut qualitatif tous ensemble, dont la conséquence sera de redonner de la sécurité économique, psychologique et sanitaire aux agriculteurs. Mais la clé pour y parvenir, c'est de prendre le temps", a déclaré Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, lors des Etats généraux de l'alimentation, lancés jeudi 20 juillet à Paris. Le ministre s'exprimait en ouverture d'un atelier dédié à promouvoir une agriculture durable, devant les parties prenantes (plusieurs centaines de participants) qui se réuniront durant cinq mois. Et d'appeler ONG, agriculteurs, distributeurs, élus, experts, etc., à "mettre les postures de côté", pour "un changement de modèle" et "sortir de cet horizon un peu plat et dogmatique du toujours plus".

"Je rêve d'un pays réconcilié avec une agriculture diversifiée qui s'ouvre sans préjugé, sans agressivité, à l'agriculture biologique, à l'agro-écologie, à la permaculture mais sans fustiger les autres. On rentre tous dans un chemin de progression. C'est une transformation culturelle que nous pourrons opérer et je ne doute pas que nous aurons les moyens de réussir", a poursuivi M. Hulot, optimiste et réconciliateur. Et de marteler qu'il serait "dommage" d'avoir "de petites ambitions sur ces Etats généraux".

Plusieurs défis à relever

Alors quelles pistes pour parvenir à une "performance environnementale, sanitaire, sociale et économique" du secteur agricole ? Philippe Mauguin, président directeur général de l'Inra, a invité les acteurs à relever "cinq défis" pris en compte par la recherche. Le premier : réduire les pesticides et antibiotiques. Et de rappeler une étude de l'Inra démontrant, en mars 2017, une réduction possible de 30% du recours aux phyto par les exploitations engagées dans le réseau Dephy, "en modifiant les pratiques culturales". Et cela sans porter atteinte à la productivité. Philippe Mauguin a ajouté les recherches menées pour identifier et gérer les résistances génétiques aux maladies, "sans recourir à la transgénèse" ainsi que pour développer les solutions de biocontrôle (pièges olfactifs, etc.). Figurent aussi la réduction de l'utilisation des antibiotiques dans les filières animales, la détection précoce des maladies et les travaux sur "la sélection de races robustes."

Le second défi est de contribuer à la qualité des eaux, des sols et de l'air. En équilibrant les cycles de l'azote et du phosphore, via les "légumineuses en rotation,/association", l'agroforesterie, le couplage agriculture-élevage et le recyclage des résidus organiques. Le PDG de l'Inra a aussi appelé à mobiliser la sélection génétique et le numérique pour optimiser la fertilisation des plantes. Il s'agit également de s'attaquer au défi climatique, en concevant des systèmes plus résilients : "des plantes résistantes à la sécheresse, des animaux plus tolérants aux températures élevées, des cultures et des assolements diversifiés". Et la sélection aussi des ruminants émettant moins de méthane. Auxquels s'ajoute la séquestration du carbone dans les sols, en mettant en avant l'initiative mondiale 4/1000 impulsée par la France à la COP21.

Le quatrième défi est de développer les produits biosourcés et les énergies renouvelables en agriculture. En valorisant notamment les sols pollués pour la production de biomatériaux et de bioénergie et une "économie circulaire fondée sur la biomasse". Enfin, le cinquième défi est la préservation de la biodiversité. "Les ¾ des cultures alimentaires dépendent de la pollinisation dans le monde", a rappelé M. Mauguin.

Pour accompagner les agriculteurs dans cette transition écologique, le PDG de l'Inra a souligné "la nécessité de créer un environnement favorable en adaptant les politiques publiques" à l'échelle européenne, nationale et régionale.

Nourrir les villes à proximité

De son côté, Nicolas Bricas, chercheur au Cirad, a souligné qu'au niveau planétaire, "on produit 30% de plus que ce dont on a besoin pour se nourrir". Il a préconisé aux participants "d'activer trois leviers d'actions" pour changer les modèles de production et de consommation. Promouvoir l'information, l'éducation, la sensibilisation ainsi que changer l'environnement et les normes sociales. "Les villes sont les acteurs importants d'évolution des systèmes alimentaires", a-t-il indiqué. 150 villes du monde ont signé le Pacte de Milan, lancé en 2015 par la FAO, a-t-il rappelé. Ce pacte invite les villes à développer des systèmes alimentaires plus durables et équitables. Tout en prévenant le gaspillage alimentaire, protégeant la biodiversité et s'adaptant au changement climatique.

Une alimentation durable, c'est "une pluralité d'enjeux intersectoriels", a ajouté Nicolas Bricas (sécurité alimentaire, social, nutrition, économie, environnement, gouvernance, confiance des mangeurs, etc.). M. Bricas a aussi souligné la recherche d'une agriculture de proximité par les citadins (circuits courts, relocalisation, agriculture urbaine). Il a salué la démarche de contrats de solidarité territoriale signés par certains maires pour soutenir les zones rurales agricoles.

En clôturant cette première journée des Etats généraux, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a observé, à l'issue des échanges, "un certain nombre de sujets à traiter" : "du revenu des agriculteurs au gaspillage alimentaire, de la sécurité sanitaire à la structuration des filières, des enjeux environnementaux à la promotion des bons modes de consommation". Des "premiers leviers d'action se dégagent. Ainsi, la modernisation, l'investissement, la formation, la recherche et l'innovation. Autour de ces enjeux, nous allons essayer de porter ensemble les compromis utiles pour l'avenir à court, moyen et long termes", a conclu Stéphane Travert.

Réactions3 réactions à cet article

 

"Et de rappeler une étude de l'Inra démontrant, en mars 2017, une réduction possible de 30% du recours aux phyto par les exploitations engagées dans le réseau Dephy"
L'INRA prend les agri pour des imbéciles!(le reseau DEPHY n'est pas du tout représentatif de l'ensemble des agriculteurs)
En 2010 d'après L'INRA avec l'obligation de réduction de 50% qui nous était imposé a l'époque pour 2018, elle avait déjà une étude qui nous disait que l'on pouvait réduire de 30% les phyto sans baisse de revenu pour les agri! En 2017 , 7 ans après , avec de nouvelles solutions (qui n'existaient pas en 2010) elle nous redit que c'est possible de baisser de 30%.==> l'INRA c'erst donc bien foutu du monde agricole en 2010.
C'est acté l'INRA n'est plus du tout au service du monde agricole mais travail a le détruire (merci Huigue) et travail contre les agriculteurs (cf leur fameux rapport sur les coût des pesticide caché remplit de débilité) qui à été fait par des salaris de l'INRA mais qui n'engage pas la parole de l'INRA.

yann | 24 juillet 2017 à 09h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et si on commençait par réduire, le nombre des pâtures et des paturants ?

Au profit d'une agriculture extensive et du maraîchage en permaculture.

Léonard aurait dit : "Un jour viendra où tuer un animal sera considéré comme aussi grave que tuer un humain"

Sagecol | 25 juillet 2017 à 05h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Marrant que Hulot demande de "mettre les postures de côté", rien qu'à voir l'air pénétré de ce millionnaire à mauvaise conscience...
Ce type a une empreinte environnementale analogue à celle d'un état entier et donne des leçons. C'est insupportable.
Et dire qu'on va continuer de l'engraisser avec un salaire de ministre d'état et une retraite par dessus le marché. C'est révoltant.

Albatros | 25 juillet 2017 à 14h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…