En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

UE : une étiquette énergie pour les téléviseurs et une évolution de l'étiquetage pour l'électroménager

Energie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com
La Commission européenne a proposé le 28 septembre la mise en place d'une étiquette énergie pour les téléviseurs et une évolution de l'étiquetage pour les lave-linge, lave-vaisselle et réfrigérateurs. L'étiquette énergie a été mise en place au sein de l'UE en 1992 pour l'équipement électroménager dans le but de faire évoluer le marché vers davantage d'efficacité.

''Les étiquettes énergétiques aident les consommateurs à choisir les produits économes en énergie, qui sont également les moins coûteux. Elles incitent aussi les entreprises à investir dans la mise au point des produits consommant moins d'énergie'', analyse la Commission.

Pour les réfrigérateurs-congélateurs, les lave-vaisselle et les lave-linge, ''aujourd'hui, 90 % des appareils vendus dans l'UE sont de catégorie A, la meilleure. Toutefois, les nouvelles technologies permettraient de réduire de moitié la consommation énergétique des produits de classe A.''. La Commission européenne a donc proposé une évolution de l'étiquette énergie de ces appareils afin d'introduire de nouvelles classes (A+, A++ et A+++).

Les téléviseurs entrent pour 10 % dans la facture d'électricité moyenne des ménages. Selon la proposition de la Commission, les fabricants devront pour la première fois déclarer la classe de consommation énergétique de leurs produits, selon une échelle allant de A à G, estimant que les consommateurs peuvent réaliser une économie de ''35 euros par an'' sur leur facture d'énergie en optant pour l'achat d'un téléviseur noté A plutôt qu'un téléviseur noté G.

Les 4 règlements concernant ces étiquettes doivent être examinés par le Parlement européen et le Conseil pour être définitivement approuvés.

Réactions1 réaction à cet article

 
L'étiquette ne fait pas tout

Rappelons que ces étiquettes reposent sur la notion d'efficacité énergétique "relative" des appareils.
En clair, un frigo A++ volumineux a toutes les chances de consommer PLUS qu'un petit frigo en B.
La lettre n'est pas liée à une consommation "dans l'absolu", mais relative à la capacité de l'appareil.

Pour les télévisions, c'est pareil, l'efficacité dépend de la surface de l'écran. Un écran d'1m20 de diagonale en A++ sera sûrement un appareil très gourmand comparé à un autre plus petit en A, voire B.

Bizarrement, cette solution n'a pas été reprise pour l'étiquette des voitures. Dans ce cas, c'est bien la consommation "brute" de carburant (= CO2) qui est prise en compte, indépendamment du volume du véhicule, du nombre de passagers, etc.

Et ça change tout, sinon les 4x4 avec 7 places auraient bien été capables d'être au même niveau qu'un véhicule compact économe...

Colibri | 01 octobre 2010 à 17h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager