En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Stockage électrique : les coûts devraient baisser de 19 à 36% en cinq ans

Energie  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com
Environnement & Technique N°375 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°375
[ Voir un extrait | Acheter le numéro]

Le coût du stockage baisse, confirme une étude de Lazard publiée jeudi 2 novembre. Pour les cinq prochaines années, la baisse devrait aller de 19 à 36% pour les trois principales technologies de stockage sur les réseaux électriques. Par ailleurs, les batteries lithium-ion voient arriver de réels concurrents pour ce type d'usage. Le cabinet de conseil estime que cela "pourrait encourager l'usage des renouvelables".

Actuellement, les batteries lithium-ion restent la solution la plus économique parmi celles analysées dans l'étude. Toutefois, certaines batteries à flux (notamment celles à oxydoréduction au vanadium) prétendent offrir des coûts inférieurs pour certaines applications en amont des compteurs électriques. Selon les usages (réponse à la demande de pointe, distribution ou microgrid), les coûts sont de l'ordre de 184 à 413 dollars par mégawattheure ($/MWh) pour les batteries à flux et de 261 à 386 pour les batteries lithium-ion.

Pour les cinq années à venir, les professionnels s'attendent à une "baisse considérable" des coûts du stockage. Celle-ci devrait atteindre 36% pour les batteries lithium-ion, 19% pour les batteries à flux au vanadium et 28% pour celles au zinc-brome. Les principaux moteurs de cette baisse sont les économies d'échelle et connexes, l'amélioration de la normalisation et des technologiques, la hausse de la demande découlant de la réglementation, ainsi que le renouvellement des réseaux électriques.

Parallèlement, Lazard a aussi étudié les coûts des différents moyens de production électrique. "Les coûts du cycle de vie complet (construction et fonctionnement) de projets renouvelables sont aujourd'hui inférieurs aux seuls coûts de fonctionnement de technologies conventionnelles comme le charbon ou le nucléaire", constate l'étude.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…