En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les entreprises pétrolières et gazières doivent limiter leur empreinte carbone, selon Dexia AM

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
A quatre mois de la conférence des Nations Unies sur le climat de Copenhague (Danemark) qui doit aboutir à un nouveau traité post-Kyoto en décembre prochain, Dexia Asset Management (AM), spécialiste de l'analyse financière et gestionnaire de fonds, vient de publier l'étude intitulée ''Pricing Carbon in Hydrocarbon portfolio'', qui détermine comment les entreprises pétrolières et gazières peuvent donner à leur portefeuille de production un positionnement ''plus durable'' et ainsi limiter leurs émissions de gaz à effet de serre (GES).

Dexia AM recommande aux entreprises du secteur de positionner leurs activités d'exploration et de production vers une empreinte carbone limitée. La société propose aux entreprises énergétiques d'exploiter plutôt les sources à plus faible intensité carbone, comme le gaz naturel, que les projets de sables bitumineux. En effet, selon Dexia, le gaz naturel émettrait 23 % de moins d'émissions de GES que le pétrole et 48 % de moins que le charbon, tandis que le pétrole lourd, par exemple, émettrait 18 % de GES en plus que le pétrole léger ou moyen et 53 % de plus que le gaz naturel.

Dexia AM craint que la rentabilité des projets pétroliers et gaziers soit, dans le futur, davantage mise à mal'' par l'augmentation des coûts en matière de gaz à effet de serre. Si à l'heure actuelle, ces coûts en matière de GES sont limités et ne présentent pas de risques financiers considérables à court terme pour les entreprises pétrolières et gazières, Dexia AM estime cependant que, les réglementations en matière de CO2, beaucoup plus rigoureuses à l'avenir, auront un impact ''considérable'' sur le secteur énergétique, tant en termes d'exposition directe aux coûts qu'en termes de perspectives de croissance pour leurs hydrocarbures.

Pour Laurent Milliat, analyste développement durable chez Dexia Asset Management en charge du secteur de l'énergie : Si ces entreprises devaient payer pour les émissions de CO2 liées aux hydrocarbures produits en 2020, elles devraient faire face à des coûts-CO2 considérables. Ceux-ci seraient compris entre 1 % et 68 % de leur revenu d'exploitation, en fonction de l'intensité GES de leurs réserves.

Réactions2 réactions à cet article

 
le monde change

Des analystes financiers qui prennent en compte la notion de durable ?
Le monde est en train de changer !!

Nicolas Riffard | 14 août 2009 à 08h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 
l'après pétrole, gaz, etc

En effet l'analyse de Dexia AM est l'évidence même, ces entreprises devraient massivement se tourner vers les énergies renouvelables afin de changer rapidement de produit. Tot ou tard les couts d'exploitation (et taxes associées) seront prodigieux et empêcheront toutes futures exploitations

Arthur Duchemin and Co | 22 août 2009 à 23h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager