Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Une étude de l'Inserm montre un lien entre les fortes chaleurs et le risque de suicide

Risques  |    |  Rachida Boughriet

« Les températures élevées ont un impact à court terme sur toutes les grandes causes de décès, y compris les décès par suicide », prévient l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Pour la première fois, des chercheurs de l'Inserm au sein de l'Institut pour l'avancée des biosciences, à Grenoble, ont pu étudier ce phénomène sur une période de près de cinquante ans et classer les causes de décès selon leur sensibilité à la chaleur. Ils se sont appuyés sur le registre des causes médicales de décès de l'Inserm (CépiDc). « Au total, 24,4 millions de décès ont été enregistrés sur quarante-neuf ans, dont plus de 502 000 par suicide. » Leurs travaux ont été publiés, le 22 août, dans l'American Journal of Epidemiology.

Parmi les dix causes de décès « les plus fortement liées à la chaleur », au total, quatre impliquaient le système nerveux (troubles mentaux et comportementaux, maladies du système nerveux, maladies cérébrovasculaires et suicide). « Ceci suggère une grande sensibilité du système nerveux aux températures élevées », observent les scientifiques.

En ce qui concerne plus spécifiquement le lien entre chaleur et suicide, « l'association la plus forte a été trouvée avec la température le jour du décès ». « Pour creuser ces résultats, il serait intéressant d'étudier des paramètres biologiques qui permettraient de comprendre les mécanismes sous-jacents permettant d'expliquer ce lien entre température et suicide », précise Rémy Slama, responsable de l'étude et directeur de recherche à l'Inserm. « Les hypothèses existantes incluent au moins deux pistes non exclusives : d'une part, une modification des relations sociales quand les températures sont très élevées, qui pourrait influencer un passage à un acte suicidaire ; d'autre part, sur le plan biologique, une altération du fonctionnement des systèmes endocriniens et nerveux en cas de grande chaleur, qui pourrait augmenter le risque de suicide », poursuit-il.

Réactions1 réaction à cet article

 

C'est bien clair que le comportement humain varie avec la température, on le voit aussi avec certaines criminalités. L'absence de soleil joue aussi, comme dans les pays du Nord en hiver, qui dure des mois.
Pour cette raison notre pays, climat tempéré, douceur angevine... était si agréable à vivre. Tout change.

28plouki | 29 août 2022 à 12h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]