Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pollution de l'air : une étude établit un lien avec la baisse des performances cognitives

Risques  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Un lien entre la pollution de l'air et de moins bonnes performances cognitives. C'est ce que suggèrent les résultats d'une étude scientifique réalisée par des chercheurs de l'Inserm, de l'université Rennes-I et de l'École des hautes études en santé publique, publiée le 10 mars dans The Lancet Planetary Health.

En plus d'accroître le risque de maladies cardiovasculaires et pulmonaires, une étude du Centre de recherche du Chum, à Montréal (Canada), avait montré que la pollution de l'air pouvait accélérer le déclin cognitif, symptôme annonciateur de démences comme la maladie d'Alzheimer. Mais c'est la première fois, annonce l'Inserm, qu'une étude étudie simultanément plusieurs types de polluants et leurs effets sur les différents domaines de la cognition, c'est-à-dire la capacité à acquérir la conscience de ce qui nous entoure.

Les chercheurs ont étudié les données de plus de 61 000 personnes âgées de plus de 45 ans. Ils ont établi un score des performances cognitives à partir de tests mesurant la mémoire, la fluidité d'expression orale (fluence verbale) et la capacité à prendre des décisions (fonctions exécutives), en tenant compte du sexe, de l'âge et du niveau d'études de chaque participant. Les scientifiques ont par ailleurs mesuré l'exposition de chaque personne à la pollution à partir de cartes estimant la concentration de polluants à leur domicile en prenant en compte plusieurs critères, dont la densité du trafic routier ou la proximité des voies de circulation. Les trois polluants pris en compte sont les particules fines d'un diamètre inférieur à 2,5 microns (PM2,5), le dioxyde d'azote (NO2) et le carbone suie.

Les auteurs de l'étude ont ensuite croisé ces deux séries de données. Verdict ? « L'exposition à de plus grandes concentrations de ces polluants serait associée significativement à un plus bas niveau de performances dans les trois domaines cognitifs étudiés. » Avec un lien qui diffère toutefois selon les polluants considérés. « Le dioxyde d'azote et les particules PM2,5 impactent davantage la fluence verbale, tandis que le carbone suie a un plus grand impact sur les fonctions exécutives », explique Bénédicte Jacquemin, qui a dirigé cette étude.

Réactions4 réactions à cet article

 

Ce n'est que statistique. Il n'y a aucun lien de causalité identifié dans cet article.

bIBU | 10 mars 2022 à 10h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

peut-on avoir la référence de la publication? merci

Boulard | 10 mars 2022 à 15h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour @Boulard,
Nous avons ajouté le lien sur la publication.
Cordialement,

Laurent Radisson Laurent Radisson
10 mars 2022 à 16h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

en effet l'étude étant transversale on ne peut affirmer la relation de cause à effet. Mais la prise en compte (ajustement) des différents facteurs associés au déclin cognitif (les données biologiques pouvant compenser l'absence de données sur la nutrition) et les études de sensibilité sont des arguments importants pour soutenir la relation causale, d'autant que la connaissance de la toxicité cellulaire de ces polluants sert l'hypothèse mécanistique

Boulard | 10 mars 2022 à 17h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Portique de détection de la radioactivité dans les déchets - GammaScan®eV4 BERTHOLD FRANCE SAS