Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pêche et sélection naturelle, synergie perdante pour la biodiversité

Biodiversité  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Pêche et sélection naturelle, synergie perdante pour la biodiversité

Depuis les années 1960, la taille des poissons pêchés tend à diminuer. La pêche intensive provoque en moyenne une diminution de 30 % de la taille du corps des poissons. Cette diminution en taille réduit les rendements de la pêche et a des conséquences écologiques importantes : des poissons plus petits sont des prédateurs moins efficaces et des proies plus faciles. Mais quel phénomène est véritablement responsable du rapetissement des populations exploitées ? La pêche excessive qui prélève les plus gros modèles ou y-a-t-il autre chose en jeu ? C'est à ces questions que des chercheurs d'Inrae, du CNRS et de Sorbonne Université ont voulu répondre.

Après une expérimentation de cinq ans sur des populations de medaka, une espèce de poisson servant habituellement de modèle en laboratoire, les chercheurs ont démontré que la sélection naturelle favorise bien les individus de grande taille, mais uniquement à des fortes densités de population. En prélevant les gros spécimens et des grandes quantités d'individus, la pêche diminue la densité de population et grippe par conséquent le processus de sélection naturelle qui encourage l'apparition de gros poissons. « Cette découverte suggère alors que pour lutter contre le rapetissement des poissons, il faut actionner plusieurs leviers en parallèle, pêcher des poissons plus petits et veiller à maintenir des abondances en poissons suffisamment élevées pour que la sélection naturelle puisse agir », explique l'Inrae dans son communiqué. Autrement dit, il faudrait pêcher moins et ( ?) de plus petits poissons pour continuer à en pêcher des gros.

Réactions1 réaction à cet article

 

J'ai pas franchement l'impression qu'on a actuellement moins de poissons, on trouve dans les poissonneries maintenant des poissons de la taille de ceux que je vendais années 70, on ne trouve plus de petites sardines pour la conserve que des no 3, des no4 très rarement et les no5 ont disparu.
(ce système de taille propre à la Vendée c'est 3,4,5 dans la boîte, donc la croixdeviote évidement no5.
Il arrive même que au Maroc de la no2 (faut pas manger ça, c'est juste bon pour le chat--- du voisin!
Malgré tout la pression sur la ressource est en train de baisser, c'est un bon signe.

pemmore | 23 mars 2021 à 22h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Sonde EXO : surveiller la qualité des eaux en milieux naturels et marins Xylem Analytics France