Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Interdire les vols à moins de 4 heures en train, c'est « possible » et bon pour le climat

Une étude du RAC montre la faisabilité de faire passer à 4 h contre 2 h 30 le seuil d'interdiction des vols intérieurs, prévu dans le projet de loi climat, lorsqu'une alternative existe par train. À la clé : une réduction par trois des émissions carbone.

Transport  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Le Réseau Action Climat (RAC) revient à la charge pour soutenir la proposition de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) d'interdire les vols aériens intérieurs, dès lors qu'une alternative ferroviaire existe en moins de quatre heures. Le projet de loi climat, en cours d'examen au Sénat, reprend cette mesure mais la limite aux trajets réalisables en moins de deux heures et demie. Le texte exclut les vols de correspondance vers des vols internationaux. Dans une étude publiée ce mercredi 16 juin, le RAC montre que la proposition de la CCC est « possible » à mettre en œuvre et « sans impact majeur sur l'offre de train et les usagers ».

La limite à 2 heures 30 aboutirait à la suppression de seulement cinq lignes aériennes : Paris-Bordeaux, Paris-Lyon, Paris-Nantes, Paris-Rennes et Lyon-Marseille. L'ONG cible 23 lignes qui pourraient être supprimées, pour lesquelles il existerait une alternative en train en moins de 4 h. Le RAC ajoute aussi dans son étude 14 lignes aériennes qui auraient une alternative en train en moins de 5 h. Son analyse porte également sur la ligne Paris-Nice « qui, avec Paris-Toulouse, est la liaison aérienne la plus empruntée et la plus émettrice de gaz à effet de serre à l'échelle métropolitaine ». Au total, l'étude du RAC a évalué la faisabilité technique du « report complet de la clientèle aérienne sur le train pour les 38 liaisons étudiées ».

Moins de 40 minutes de différence via le train

Résultats : l'alternative en train en moins de 4 h a la capacité d'absorber la demande du trafic aérien journalier pour 21 des 23 lignes concernées. Il n'y a que deux lignes pour lesquelles il faudrait améliorer l'offre ferroviaire : Paris-Biarritz et Lyon-Rennes. Par conséquent, « il suffirait de proposer des trains de plus grande capacité (type TGV Duplex double rames) pour absorber la clientèle aérienne », estime le RAC. En heure de pointe, le train serait aussi en capacité d'absorber le report des passagers aériens, « à créneaux horaires constants et avec des trains plus capacitaires pour la très grande majorité des lignes, ou avec l'engagement d'un train supplémentaire (cas de Paris - Marseille et Paris – Clermont Ferrand) ». La fermeture de ces 23 lignes aériennes « ne justifie donc aucun investissement supplémentaire sur le réseau », conclut l'ONG.

   
Synthèse de l'évaluation de la faisabilité du report modal pour les 38 lignes (copyright : Réseau Action Climat) © Réseau Action Climat
 
   

Sur ces liaisons, le temps de trajet total (porte à porte) est « moindre ou très proche » de celui de l'avion : moins de 40 minutes de différence, estime le RAC. Et le coût n'est « pas plus élevé ». L'ONG se réfère à l'étude de l'UFC-Que Choisir, parue en avril dernier, qui estime que les billets de train sont en moyenne 4 euros moins chers que ceux de l'avion sur ces lignes. La comparaison des tarifs établie par le RAC confirme ce résultat. « Les gains de confort et de temps de trajet "utile" sont également maximisés avec l'usage du train », met aussi en avant le RAC (sièges plus larges, accès à internet, etc.).

Un gain environnemental multiplié par trois

De même, la fermeture des lignes aériennes de 2 h 30 à 4 h permettrait de « multiplier par trois le bénéfice climatique de la mesure », calcule le RAC. L'ONG estime la réduction des émissions de CO2 issues des vols métropolitains à 33,2 %, contre 11,2 % (au seuil des 2 h 30). L'UFC-Que Choisir était aussi parvenu à une réduction par trois des émissions carbone, en augmentant de 2 h 30 à 4 h le seuil d'interdiction des vols intérieurs. Et en cas de fermeture de toutes les lignes intérieures, pour lesquelles il existe une alternative en train en moins de 5 h, la réduction des émissions serait également portée à 60,6 %, ajoute le RAC.

Adapter l'offre ferroviaire en heure de pointe pour les trajets de plus de 4 h

Pour les liaisons ferroviaires de plus de 4 h, le train demeure en mesure d'absorber « l'ensemble des voyageurs aériens journaliers sous réserve d'un léger renforcement de l'offre sur la ligne Paris-Toulouse », indique le RAC. C'est également le cas pour la ligne Paris-Nice (« un train supplémentaire par sens et par jour sur chacune des deux lignes »). En revanche, le temps de parcours plus élevé de ces liaisons nécessite une adaptation de l'offre en heure de pointe. L'ONG préconise donc l'ajout de créneaux horaires très tôt le matin, le développement de trains de nuit, ou encore l'amélioration ponctuelle de la performance du réseau.

Le RAC appelle les sénateurs, qui examinent en séance publique le projet de loi climat, à prendre en compte les résultats de son étude. En commission, les sénateurs ont néanmoins maintenu l'interdiction des lignes aériennes concernées quand une alternative en train existe en moins de 2 h 30. Ils ont par contre approuvé une baisse de la TVA sur les billets de train de 10 % à 5,5 % « pour encourager le report modal ».

Réactions20 réactions à cet article

 

C'est sûr que pour des sénateurs véhiculés avec chauffeur jusqu'à l'aéroport, ils voient mal l'intérêt et sont sans doute terrifiés à l'idée de poser dans un TGV...
Encore une belle occasion prochainement manquée, donc !

Philippe | 17 juin 2021 à 09h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

il faut parler de pollution et d'impact environnemental mais plus de gaz à effet de serre !

laurent | 17 juin 2021 à 09h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Du pur YAKAFOKON, dans la droite ligne de la convention bêtement concédée par Macron aux écolos en bafouant les maudits "corps intermédiaires" qui, dans une démocratie, sont élus...

Albatros | 17 juin 2021 à 10h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On aura sauve le climat l'eau et donc la biodiversité quand la France sera un océan de verdure en plein été, à l'image des forets de feuillus ! et c'est très facile à mettre en place ... à condition de changer totalement de paradigme : la végétation ne consomme pas d'eau au contraire elle provoque les pluies ! on pensait que l'environnement était vert parce qu'il pleuvait et c'est pratiquement l'inverse : il pleut parce que l'environnement est vert ! N'oubliez pas aussi que c'est la végétation qui fournit l'oxygène via la photosynthèse, il n'y aurait pas eu de vie sur terre sans eau et sans photosynthèse !

laurent | 17 juin 2021 à 12h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et si on laissait à chaque citoyen décider de sa propre politique en matière d'écologie, en prenant la définition, Liberté, égalité Fraternité. Pourquoi l'écologie doit se faire par des mesures autoritaires proches de la dictature. Chaque français est intelligent et responsable. Pol Pot le plus grand écologiste que la terre ait connu a obligé son peuple a choisir l'écologie ou la mort.

le papet | 17 juin 2021 à 15h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est vrai que prendre l'avion pour 500 km, se taper une heure d'attente, la fouille, le regard glauque des douaniers, un parking hors de prix, à côté du tgv si par chance il y en a un à la bonne heure, il y a pas photo.
A contrario, qui dit train Français dit cheminot dit grève dit manque de fiabilité de ce moyen de transport, horaires approximatifs.Mais pour des trajets aussi courts, l'absence d'attente, de temps pour parvenir au lieu de départ, trouver un moyen de transport en sortant, le prix horriblement élevé, mon dieu que la vieille bagnole polluante est pratique et économique.
Tout ça va à l'encontre d'un souhait personnel de voir des avions de 100 places monocouloirs mus par des moteurs à hélice et utilisant la noria d'aérodrômes qui couvrent le territoire, une moyenne de deux par département voire 3 dans l'ouest , donc parkings gratuits,et pas surs que plus coûteux écologiquement que le TGV si on considère la perte foncière donc agricole, due à sa construction.

pemmore | 17 juin 2021 à 15h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@le papet je suis sûre qu'en réfléchissant un peu vous pouvez trouver la réponse tout seul mais je vais quand même vous aider. Laisser le choix aux citoyen tel que vous le décrivez s'appelle le libéralisme et le réchauffement climatique est la plus belle illustration de sa dérive.
Peut être que chaque individu est libre mais les masses sont manipulées. Contrairement à d'autres comme les entreprises de l'agroalimentaires, l'Etat n'est pas subtil et c'est à mon avis cela que vous déplorer.

bIBU | 17 juin 2021 à 18h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Une étude montre que la réduction des vols de moins de 4 h serait sans impact sur.....etc
Sans être prétentieux, et à mon avis: sans étude, la réduction à 6 heures serait sans impact majeur ........ sur mon cas puisque je ne voyage pas en avion!!!!!! voilà où en est le "niveau des études" quand la doctrine prime sur la réalité!

jmf | 18 juin 2021 à 16h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le papet: je suis intéressée de savoir ce qu'il y avait d'écolo chez Pol Pot: vous pourriez m'expliquer? A part le fait qu'il a éradiqué sa population , là oui plus de nuisances humaines, méthode radicale. Pemmore: les nuisances sonores , ça vous dit qq chose ? Des aéroports et aérodromes partout c'est un territoire invivable au delà des simples pollutions atmosphériques. Je suis bien placée pour le savoir, j'ai dû me séparer de ma maison rendue inhabitable par la présence de l'aéroport d'Orléans. La France est beaucoup trop peuplée pour négliger les nuisances sonores des aéronefs, qui affectent des millions de personnes et s'ajoutent à celles des routes, nuisances qui ont un impact très important sur la qualité de vie et la dégradent au point de pousser les gens à s'installer ailleurs. Mais les coins calmes dans notre pays se font de plus en plus rares. Va t-il falloir se décider à quitter définitivement le territoire ? Là, la théorie du grand remplacement s'appliquera, car les populations arrivantes seront certainement moins regardantes que nous ( et pas que pour l'environnement) et c'est peut être ce que souhaitent nos dirigeants...

gaïa94 | 18 juin 2021 à 16h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les émissions anthropiques de CO2 ne sont que de 4% du total des émissions (GIEC, rapport scientifique AR5, page 471), dont seulement 0,9% pour la France. Au niveau mondial, les émissions de CO2 de l’aviation sont de 2,5% et donc de 2,5% x 4%=0,1% du total des émissions, et la part française de l’aviation est totalement marginale. La CCC ne sait pas un calcul simple, pas plus que le RCA, sinon ils auraient compris que cette mesure de remplacement de l’avion par le train ne se justifie absolument pas.

Jean-Pierre Bardinet | 21 juin 2021 à 11h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Monsieur Gaïa94
Ma comparaison de pol Pot avec les écologiste est justifié si l'on compare les mesures exigée par les verts , arrêt de la croissance, arrête des industries chimique et de cosmétique , métallurgique, arrêt de la voiture, et de tous moyen de locomotion, avion, bateau, arrêt de la pêche industrielle, arrêt de l'agriculture , productiviste avec des tracteurs, arrêt des routes goudronnées, arrêts des immeubles, arrêt de toute recherche scientifique et technique ,retour à l'homme de Cros Magnon, à la canne à pêche, à la bêche . Car les écologistes en demandent chaque jour toujours plus.

le papet | 22 juin 2021 à 11h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cher Jmf
Si l'on observe bien la nature, et l'évolution des animaux, empêcher l'homme d'aller de plus en plus vite et de plus en plus loin c'est nier l'écologie et l'évolution. Donc vive l'avion, les fusées, vive l'écologie non punitive

le papet | 22 juin 2021 à 12h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faut vraiment écarter du pouvoir tous ces religieux de la Vertu dont la pensée misanthrope commence à faire de véritable dégâts, notamment chez les moins fortunés de nos compatriotes.

Albatros | 22 juin 2021 à 14h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Albatros et le papet : il faut vraiment écarter du pouvoir tous ces nuisibles qui racontent n'importe quoi aux populations pour leur faire peur avec des discours délirants et anti-écologiques , alors que jusqu'à présent la progression mondiale des nuisances humaines dues à l'exploitation incontrôlée de la Planète nous conduit tous dans le mur. La liberté de s'exprimer ne justifie pas les élucubrations nombrilistes des paranoïaques narcissiques qui ne veulent pas, et ne voudront jamais, se résoudre à penser aux générations futures.

gaïa94 | 23 juin 2021 à 20h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Vous avez raison Albatros, le réchauffement climatique a commencé il y a 10.000 ans avant l'utilisation du carbone fossile. A u maximum de la glaciation il y a 26.000 ans la mer a baissé de 120 m, alors arrêter de de nous dire que si la a mer remonte de 3 m, voir 10?m la planète est foutue. La planète avec la dérive des continents se débrouille toute seule pour modifier les continents et le climats

le papet | 24 juin 2021 à 11h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Effectivement Albatros,il faut écarter tous ceux qui ne sont pas d'accord avec vous.... Un peu de tolérance Albatros, vous n'^êtes pas Dieu ni ne détenez la vérité suprême, modérer votre langage et vos écrits, Paix aux hommes de bonnes volonté.

le papet | 24 juin 2021 à 11h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Salut gaïa
ben je comprend les problèmes de bruit, étonnant qu'à Orleans ou l'aérodrome est éloigné de la ville comme à Angers ou La Flèche, on ait pu autoriser la construction de pavillons sans laisser cette zone à buts agricoles.
Sans doute l'avidité des constructeurs d'éradiquer les agriculteurs du coin pour se remplir les poches.
Sur Roissy c'est pareil, les proprios sont ruinés par le bruit.

pemmore | 24 juin 2021 à 13h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

le papet : Je n'ai pas dit écarter tous ceux qui ne sont pas d'accord avec moi, j'ai dit écarter les religieux animistes de l'écologisme qui ont tendance à truster les sujets environnementaux.
gaïa : vous pouvez vous inclure parmi les nombrilistes paranoïaques que vous évoquez. Vous n'avez pas le monopole de la protection de l'environnement et je parie que mon empreinte environnementale n'a rien à envier à la vôtre. Et de quel droit vous faites-vous le porte parole des générations futures ? J'ai aussi des enfants dont l'avenir m'importe et votre vision de la démocratie m'inquiète davantage que les catastrophes que vous souhaitez voir arriver -voire aimeriez carrément provoquer- rien que pour nous dire que vous avez raison...

Albatros | 24 juin 2021 à 13h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le moins qu'on puisse dire c'est que l'étude, disons le plaidoyer, du Réseau Action Climat, brille par son intégrisme.
Soyons sérieux, si la question se pose, mais ce n'est pas le cas en dehors de quelques groupuscules extrêmes rattachés aux Khmers verts, faisons une étude d'impact sérieuse, la France produit moins de 0,9 % des gaz à effets de serre mondiaux, qu'apporterait cette nouvelle interdiction ? Quasiment nada pour le climat, mais de sérieuses pertes économiques pour les compagnies aériennes et pour l'ensemble des secteurs économiques qui ont un intérêt fort à réaliser des trajets courts.
Pour lutter contre le réchauffement climatique, revenons sur Terre, il faut en premier lieu lutter contre la production d'énergie par hydrocarbures et la production d'énergie intermittentes qui en est indissociable, et sans cesse mise en avant comme pour une opération marketing.

MR | 24 juin 2021 à 14h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

MR, c'est vrai que se pose la question de toutes ces dépenses énergétiques folles de notre époque, avons nous besoins de voitures bouffant plus de 4l aux 100 (il y a un peu plus de 70 ans qu'on sait faire, autant d'énergies diverses, on fait aussi bien dans un mobil home avec un compteur 16 a.
Est ce que nos différents outils doivent consommer autant, regardez tout ce qu'on peut faire avec du Ryoby, du matos optimisé au maximum.
Et ce gaspillage devenu vite mondial impacte un désastre planétaire,
Donc apprendre au monde à devenir économe, sortir de la course sans fin vers le vide.

pemmore | 24 juin 2021 à 14h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager