Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

De nouvelles projections montrent une fonte des glaciers plus rapide

Aménagement  |    |  Dorothée Laperche

La fonte des glaciers serait plus importante que ce que de précédentes études laissaient envisager. Des scientifiques d'une équipe internationale, dans une étude publiée dans Science, le 5 janvier 2023, ont estimé que la perte de masse des glaciers serait ainsi supérieure de 14 à 23 % par rapport aux précédentes projections, notamment celles qui ont alimenté le dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec). Un constat préoccupant pour l'équilibre des écosystèmes comme pour notre organisation actuelle. « Les glaciers de montagne, masses de glace pérennes à l'exclusion des inlandsis du Groenland et de l'Antarctique, sont une ressource en eau essentielle pour près de deux milliards de personnes », rappellent les chercheurs en ouverture de leur étude.

Les glaciers les plus touchés par ce phénomène sont ceux d'une taille inférieure à 1 km2. « Avec une limitation de la hausse des températures à 1,5 °C, 49 % des glaciers du monde, dont tous les petits, sont malgré tout appelés à disparaître d'ici à 2100, provoquant alors une hausse de 9 cm du niveau de la mer », explique le CNRS, qui a fait partie de l'équipe. La fonte entraînerait alors une élévation du niveau de la mer de 9 cm. En revanche, si l'augmentation des températures ne peut pas être contenue et atteint + 4 °C, 83 % des glaciers – quel que soit leur taille – pourraient disparaître. Provoquant une hausse de niveau des mers de 15,4 cm.

Pour parvenir à ces résultats, l'équipe scientifique a utilisé une étude qui a quantifié les pertes de masse des glaciers entre 2000 et 2019. « Ces précédentes informations ont permis de calibrer le modèle mathématique, conçu dans le cadre de cette nouvelle publication, un par un pour les 200 000 glaciers présents sur Terre, explique le CNRS. Le modèle prend désormais en compte des processus jusqu'alors non représentés, tels que les pertes de masse liées au vêlage d'icebergs et l'effet d'une couverture de débris en surface du glacier. »

Réactions2 réactions à cet article

 

Le terme exponentiel est adapté, c'est assez effrayant de penser que le réchauffement puisse suivre une courbe exponentielle, qui va s'accélérant de plus en plus....

28plouki | 09 janvier 2023 à 20h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Qui aurait pu prédire la crise climatique ?" Ben, le GIEC depuis son 1er rapport de 1990... mais aussi les scientifiques d'ExxonMobil, depuis les années 70.
Mais c'est sûr qu'on ne s'embarrasse pas de ces menus détails d'intendance dans les cercles privilégiés de la banque d'affaires et de la finance internationale. Après moi, le déluge (issu de la fonte des glaciers et de la montée des océans) !

Pégase | 13 janvier 2023 à 14h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager