En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'UFC-Que-Choisir dénonce ''l'absence de fiabilité'' des DPE

Energie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Une même maison peut être classée dans plusieurs étiquettes énergétiques différentes en fonction du professionnel qui réalise le diagnostic de performance énergétique (DPE), s'''alarme'' l'association UFC-Que-Choisir, dans une étude présentée le 21 février. D'autant qu'en 2008, l'association de consommateurs avait déjà pointé du doigt ''le caractère aléatoire'' du classement des DPE. Sur 4 maisons visitées par 16 diagnostiqueurs, explique l'UFC dans un communiqué, ''deux maisons ont été classées dans pas moins de 3 classes énergétiques différentes, une a été classée dans 2 étiquettes différentes, une seule s'étant vue attribuer la même étiquette énergétique par tous ces « professionnels ».

Résultats : une des maisons enquêtée a été classée, selon les diagnostiqueurs, ''en C, D ou E, avec une estimation de consommation de 134 kWh à 244 kWh par m2 et par an''. Soit une facture annuelle  variant de 1.000 à 1.800 euros, d'après la nouvelle enquête. L'association dénonce ''l'absence de fiabilité'' du dispositif. D'autant que le DPE ( classé A à G) est obligatoire dès la mise en vente ou en location des logements et que depuis le 1er janvier 2011, toutes les annonces immobilières doivent désormais afficher les résultats de performance énergétique. L'association rappelle également que le DPE conditionne le montant du nouveau prêt à taux zéro.

L'UFC réclame un renforcement du "cadre juridique" des DPE et appelle le gouvernement à ''rendre opposable'' le dispositif ''entre l'acheteur et le vendeur''. ''Malgré la récurrence des dénonciations, les évolutions législatives et les annonces gouvernementales de l'automne, aucune mesure n'a encore été prise pour renforcer la fiabilité des DPE et, encore moins, leur valeur juridique'', déplore l'association. Et de rappeler : ''le Diagnostic de Performance Energétique est le seul  à ne pas avoir de valeur juridique, contrairement aux autres diagnostics exigés lors d'une transaction immobilière''.

Réactions4 réactions à cet article

 

C'est ce qu'on appelle un secret de polichinelle depuis déjà 3 ans, mais il faut reconnaître que ça fait du bien de voir les associations s'en préoccuper. Quand on voit l'utilisation faite du DPE par l'état, on peut s'inquiéter...

Thibaud | 22 février 2011 à 08h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Aujourd'hui l'état favorise l'achats dans le neuf, quand la majorité des personne ne peuvent investir que dans l'ancien généralement trés mal coté énergiquement parlant. Je sais de quoi je parle je viens d'acheter un appart classé G et me suis donc vu refuser certaine aide !!
Au vu de l'importance qu'a le DPE aujourd'hui, je trouve le manque de rigueur sur le DPE scandaleux, il faudrait qu'il y ai des critères précis et non discutable de classement !! Et que ceux ci refléte le réel classement énergétique du logement !

poupouille | 22 février 2011 à 09h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je suis énergéticien depuis 10 ans et agréé pour réaliser des DPE au Luxembourg. Malheureusement, le même phénomène se répète, mais ce n'est pas une surprise étant donné le manque d'anticipation des différents pays (l'Europe avait imposé la transposition en droit national au plus tard en 2006). Depuis peu j'ai décidé d'arrêter de réaliser ces certificats, étant donné que "l'Etat" souhaite tenir ses engagements européens et table donc sur la quantité et non la qualité. Conséquence directe, bon nombre d'organismes ne sont pas qualifiés et les études se résument entre 2 et 4h de travail sur une habitation existante !! Il est évident qu'on constatera toujours des écarts quoi qu'il en soit, mais tant que les particuliers trouveront logique de payer une étude à seulement moins de 400 Euros, il ne faudra pas s'étonner du (des) résultat(s).

Jover | 22 février 2011 à 12h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce mode de dignostic est inadapté au bâti historique:il ne prend pas en compte l'inertie thermique des murs anciens.
Cette insuffisance lourde de conséquences
est due à un manque de culture architecturale chez les "experts",inculture analogue à celle des promoteurs éoliens en matière de sitologie.

sirius | 22 février 2011 à 18h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…