En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

El Niño influe sur les guerres civiles, selon une étude

Gouvernance  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Les variations climatiques El Niño et La Niña ont un impact sur les conflits dans les pays tropicaux, selon une étude publiée ce jeudi 25 août dans la revue scientifique Nature.

Le cycle climatique est connu sous le nom de ENSO (oscillation australe El Niño) qui apparaît tous les deux à sept ans et se traduit par des périodes de réchauffement, El Niño, et de refroidissement, La Niña, dans le bassin tropical de l'océan Pacifique. Le phénomène El Niño est l'un des grands perturbateurs du climat. Le déséquilibre du Pacifique qu'il entraîne, créé par un déplacement d'eau chaude de la partie tropicale Ouest vers l'Est, modifie les échanges de chaleur entre océan et atmosphère. Lorsque le cycle s'inverse, il s'appelle La Niña avec un rafraîchissement des masses d'eau.

Les chercheurs américains de l'Université de Columbia ont analysé le lien entre les phénomènes climatiques et les conflits civils (ayant fait plus de 25 morts pour une année donnée). Ils ont examiné les variations du cycle climatique de 1950 à 2004. Ils ont étudié les régions fortement touchées par les phénomènes- les régions tropicales d'Amérique du Sud, l'Afrique et la région Asie-Pacifique, y compris les parties de l'Australie - et les régions faiblement affectées par le phénomène. L'étude concerne au total 175 pays et 234 conflits dont plus de la moitié a entraîné plus de 1.000 morts.

Résultats : le risque d'éclatement d'une guerre civile était 3% dans les régions touchées par La Niña. Ce risque de conflits doublait dans ces régions pour passer à 6 % lors d'El Niño, selon les scientifiques. Dans les pays non touchés par ces deux phénomènes, le risque se situait à 2%.

El Niño a pu avoir un rôle dans 21% des cas de guerres civiles dans le monde depuis 1950 voire 30% dans les pays touchés par le phénomène, d'après Solomon Hsiang, principal auteur de l'étude. Selon lui , la crise actuelle en Somalie, frappée par la famine et la sécheresse et en proie à une guerre civile depuis 20 ans, est un exemple des conséquences cachées d'El Niño.

Réactions1 réaction à cet article

 

Phénomènes naturels et sociologie.
Les éruptions du Laki, (entre juin 1783 et février 1784) en Islande et de l'Asama, (9 mai au 5 août 1783) au Japon sont-elles la cause de la révolution Française ?
Ces deux cataclysmes simultanés, situés de part et d'autre du même hémisphère nord, ont probablement engendrés un changement climatique de plusieurs années sur cet hémisphère.
Les projections de poussières et de gaz sulfureux dans la stratosphère se sont diluées en un anneau autour de la terre, couvrant essentiellement l'hémisphère nord.
Il s'est alors formé des aérosols de sulfates, composés de gaz et d'un mélange de particules liquides et solides. Ceux-ci, parce qu'ils réfléchissent une partie du rayonnement solaire, ont provoqué un refroidissement moyen de la planète de quelques dixièmes de degrés durant les 2 ou 3 ans qui ont suivi les éruptions volcaniques et contribué au dérèglement climatique observé.
Ces aérosols retombant lentement dans l'atmosphère sous forme de brouillards secs, odorants, sulfureux, lesquels, mélangés avec l'eau de pluie, ont provoqué des pluies acides qui attaquent la végétation et ont pu contaminer des réserves d'eau potable. (cf. les registres paroissiaux et les chroniques de l’époque, informations confirmées par les carottes forées dans les glaces du Groenland)
Ce scénario explique le refroidissement climatique, les mauvaises récoltes, la famine des populations, leur désespoir, la colère qui en résulta, et … la révolution Française.

Tireman | 26 août 2011 à 11h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…