Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Véhicule autonome : une solution faussement durable

Alors que l'argumentaire écologique est accolé au véhicule autonome, une étude du Forum vies mobiles et de La Fabrique écologique démontre, au contraire, que cette innovation n'aidera pas à la décarbonation des transports, voire aggravera la situation.

Transport  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Véhicule autonome : une solution faussement durable
Actu-Environnement Le Mensuel N°412 Cet article a été publié dans Actu-Environnement Le Mensuel n°412
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Depuis plusieurs années, le véhicule autonome est élevé au rang d'innovation technologique présentant un intérêt majeur en termes de mobilité et, par conséquent, de transition écologique. En décembre 2020, les ministres des Transports et de l'Industrie ont présenté dans une feuille de route pour 2020-2022 une trentaine d'actions visant à favoriser son développement. Déjà en 2018, le rapport d'Anne-Marie Idrac, Haute responsable pour la stratégie de développement du véhicule autonome, présentait cette technologie comme une alternative écologique à la voiture thermique. Selon ce rapport, ce type de véhicules serait électrique, permettrait une conduite plus efficiente car plus fluide, pourrait être plus léger grâce à de meilleures performances de sécurité, serait davantage partagé et favoriserait le report modal en étant complémentaire aux transports en commun. Mais ces promesses seront-elles tenues ? C'est à cette question que les think tank Forum vies mobiles et La Fabrique écologique ont répondu à travers une étude basée sur des auditions d'experts et d'acteurs du secteur. Et le résultat est loin d'être aussi élogieux qu'annoncé.

Des conséquences écologiques « potentiellement catastrophiques »

Première évidence mise à mal : le véhicule autonome ne sera pas forcément électrique. « Pensé dès sa genèse comme un véhicule électrique en raison de la convergence des temporalités liées à ces deux innovations, le véhicule autonome n'est pas en lui-même porteur de la motorisation thermique ou électrique », conclut l'étude. En effet, de nombreuses incertitudes persistent encore sur les types de motorisations et d'énergie auxquelles il pourra avoir recours. Et, loin d'être une technologie de rupture, le véhicule autonome est développé selon une logique incrémentale d'adaptation d'un véhicule classique.

Deuxième point, les scénarios de déploiement envisagés risquent d'accroître les besoins de mobilité et provoquer des effets rebonds. Trois principaux scénarios sont envisagés aujourd'hui : la voiture autonome individuelle possédée par les particuliers ; la flotte de taxis autonomes, dits « robots-taxis » ; et les navettes autonomes pour le transport collectif des voyageurs. « Du point de vue environnemental, ce sont les deux premiers qui présentent le plus de risques. En rendant les déplacements plus attrayants, ils font courir le risque de nombreux effets-rebonds : augmentation des distances parcourues et étalement urbain, production en masse de véhicules high-tech, circulation à vide, etc. Selon les scénarios, l'évolution de la consommation d'énergie du parc automobile pourrait ainsi aller d'une diminution par deux, jusqu'à une multiplication par trois ! », concluent les deux think tank dans leur étude. Or, les expérimentations en cours ne se focalisent pas du tout sur le scénario le plus vertueux. Sur les 16 expérimentations de l'appel à projets national « Expérimentation du véhicule routier autonome », seules deux ont porté sur la mobilité collective dans les territoires ruraux, alors même que ces derniers sont présentés comme étant les plus pertinents d'un point de vue écologique (limiter l'autosolisme) et social.

Et c'est sans compter l'impact énergétique lié aux énormes quantités de données qui seront échangées entre les véhicules : jusqu'à 1 Go par seconde pour un véhicule connecté, soit 1,3 million de Go par an pour un Français moyen (nécessitant très probablement la 5G). Il faut ajouter à cela les émissions de CO2 liées à la production, l'installation, la maintenance, le renouvellement et la gestion des déchets d'un ensemble d'objets et d'infrastructures sur route ou embarqués. Par ailleurs, le véhicule autonome ne sera pas prêt suffisamment tôt pour participer à la décarbonation nécessaire du secteur des transports d'ici 2050. Du côté de la recherche, la compétition est intense et mondiale, certes, mais la mise en place du cadre réglementaire pour l'arrivée de ces véhicules sur la voie publique progresse lentement.

Flécher l'argent vers des projets plus écologiquement et socialement utiles

 
L'objectif n'est pas d'être pour ou contre cette technologie, mais de développer les meilleures solutions correspondant à un vrai besoin et compatibles avec la lutte contre le changement climatique et la nécessaire transition écologique  
Géraud Guibert
 
Si cette étude interroge la pertinence écologique du véhicule autonome, elle questionne aussi les choix politiques et leurs conséquences sociales. Cette course à l'innovation mobilise des investissements colossaux de la part de l'industrie automobile, qui y voit un moyen de se relancer, des grandes entreprises du numérique avec l'opportunité de gestion des données, et des États pour donner un second souffle aux industries automobiles nationales. Pour l'instant, ces investissements sont portés principalement par les acteurs privés. Mais le coût du déploiement des infrastructures nécessaires à la circulation des véhicules devrait incomber principalement aux États et aux collectivités. Pour les think tank, ces investissements lourds se font nécessairement au détriment d'autres investissements dans des solutions de mobilité plus douces et plus inclusives. « Ne faudrait-il pas développer sans attendre un système de mobilité plus sobre ? Un système composé de véhicules légers ou low tech, facilement réparables et recyclables, consommant moins de matériaux, nécessitant moins d'infrastructures lourdes, en synergie avec les modes actifs et les transports collectifs », interroge Christophe Gay, co-directeur du Forum Vies mobiles.

En tout état de cause, l'argument écologique ne peut plus être avancé pour justifier cette politique favorable aux véhicules autonomes. Et c'est sans compter les conséquences sociales soulevées aussi par l'étude : « À l'heure d'une forte récession économique, où les dégradations environnementales et la montée de la pauvreté et de la précarité menacent le maintien du modèle social, alors que la fracture numérique n'a jamais été aussi importante et handicapante, et où les besoins essentiels de la population française en termes de soins, d'éducation ne sont plus couverts de manière satisfaisante, est-ce que l'investissement dans ces automobiles du futur constitue une priorité ? », interrogent les auteurs de l'étude qui appellent un véritable débat public sur la question. « Comme le montre la question de la 5G, et plutôt que d'être mis dans quelques années devant le fait accompli, il vaut mieux s'y prendre à temps pour débattre de l'adaptation de ce moyen de transport et des autres solutions de mobilité et d'organisation du territoire. L'objectif n'est pas d'être pour ou contre cette technologie, mais de développer les meilleures solutions correspondant à un vrai besoin et compatibles avec la lutte contre le changement climatique et la nécessaire transition écologique », selon Géraud Guibert, président de La Fabrique écologique.

Réactions2 réactions à cet article

 

Bon article, je trouve.
Rouler autonome et électrique, mais toujours seul à bord, hormis émettre moins de CO2, çà ne résoudra pas le problème des bouchons dans les espaces urbains.
Véhicules plus légers, low cost... on est loin du marketing actuel essaimé par les constructeurs. Mon Scenic de 2002 pèse 1200kgs. Le dernier en date en pèse 300 de plus, ne rentre plus dans mon garage et est à peine plus fonctionnel/pratique pour stocker à l'intérieur!!!!! Mais il a le blue tooth et le GPS!!!!! Est-ce çà, le progrès?
Au fait, à Strasbourg, hier, le centre de données internet OVH a brûlé ! Avec des tonnes de sites internet et de "cieux" en carafe et peut être une partie de ses données qui sont parties irrémédiablement en fumée (dont certaines pour l'Etat et le covid)... véhicule autonome en panne irrémédiable? Est-ce bien sérieux, tout ceci?

nimb | 11 mars 2021 à 14h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il y a tout de même une chose intéressante: les véhicules ne sont pas pensés électriques, donc des constructions inadaptées, pas économiques.
Regardez Tesla est tout seul au dessus d'un univers de nains.
La locomotion autonome changera des choses, le manque de fiabilité (grèves week-end, nuit etc) impose la possession d'une voiture et son usage.
Et pour 10 voitures qui n'éxistent plus un bus; micheline tram etc en activité.
Donc des calculs biaisés.
Mais un moyen de transport doit être comme un ascenseur disponible! plein ou vide, on s'en fout.
Tant qu'on n'aura pas compris ça on n'évoluera pas.

pemmore | 11 mars 2021 à 15h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

MithraREM, logiciel d'analyse de propagation des ondes électromagnétiques CSTB