En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le recyclage bientôt étendu à tous les emballages plastiques ?

Une récente étude de l'ADEME confirme l'intérêt environnemental de l'extension du recyclage à tous les emballages plastiques et non seulement aux bouteilles et flacons. Malgré tout, le surcoût semble freiner producteurs comme collectivités…

Déchets  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
Le recyclage bientôt étendu à tous les emballages plastiques ?
© CB94
   
Aujourd'hui en France, le recyclage des emballages plastiques ne se concentre que sur les « corps creux » d'une certaine taille (flacons, bouteilles, bidons) constitués dans l'un des trois principaux polymères thermoplastiques : PEhd (polyéthylène haute densité), PVC (polychlorure de vinyle) et PET (polyéthylène terephtalate), soit seulement 41% des emballages plastiques présents dans les poubelles. Par conséquent, les autres emballages rigides qui représentent 28% des volumes comme les pots de yaourts, ou encore les emballages souples (30%) ne doivent pas être déposés dans le conteneur à déchets recyclable. Pourtant, techniquement ils sont recyclables.

Le choix de restreindre la collecte sélective des emballages plastiques ménagers aux seules bouteilles et flacons a été fait par l'éco-organisme Eco-Emballages à l'origine du système en 1993 pour des raisons économiques. Autrement dit, le financement de la collecte et du traitement de l'ensemble des emballages plastiques, autre que les corps creux, via la contribution versée à Eco-Emballages pesait trop sur les producteurs. Depuis, la question de l'élargissement de cette filière est régulièrement posée, notamment par les associations de protection de l'environnement et les collectivités locales, surtout à l'occasion des ré-agréments de l'éco-organisme.
En 2008, l'ADEME a publié une étude sur la possibilité d'étendre le recyclage aux films plastiques. Celle-ci avait permis de montrer l'intérêt d'un point de vue environnemental. Pour aller plus loin, une nouvelle étude plus complète réalisée par PriceWaterhouseCoopers, Ecobilan et Cadet International vient d'être publiée par l'Ademe et Eco-emballages.

Faisabilité technique

Selon cette étude, l'extension du recyclage à tous les emballages plastiques pourrait se traduire par une collecte de 185.000 tonnes supplémentaires via les collectes sélectives, réparties en 17% de gisements supplémentaires de bouteilles et flacons et 83% d'emballages souples et rigides.
Sur le plan technique, l'étude conclut que la collecte de l'ensemble des emballages plastiques ne devrait pas nécessiter de modifications organisationnelles insurmontables même si l'adaptation serait plus compliquée en milieu urbain. Les capacités des centres de tri devront en revanche être accrues notamment pour les emballages souples pour lesquels il n'existe pas de technique automatisée. ''La diversité des centres de tri est ainsi une donnée déterminante pour l'évaluation de la faisabilité technico-économique puisque le nombre d'emplois à temps plein additionnels sera très variable d'un type de centre de tri à l'autre'', peut-on lire dans l'étude qui estime que près de 1.000 emplois pourraient être créés grâce à l'extension de la filière principalement dans les centres de tri.
Sur le plan environnemental, la réalisation d'une Analyse de Cycle de Vie (ACV) a permis d'identifier des bénéfices environnementaux sur de nombreux indicateurs : consommation d'énergie primaire totale, émissions de gaz à effet de serre, consommation de pétrole, acidification de l'air. Seule la consommation d'eau de la filière pourrait augmenter.

Une filière qui ne pourra pas s'autofinancer

Sur le plan économique, le surcoût net s'établit entre 535 et 786 euros par tonne dont une part très significative pour l'étape de tri. Les étapes de collecte et de transports sont plus faiblement impactées. L'étude conclut par ailleurs que ''même en considérant le niveau d'incertitude lié aux hypothèses considérées, il est clair que le prix de reprise des matériaux triés ne pourra pas couvrir le coût de la collecte sélective et du tri. La filière n'est donc pas en mesure de s'autofinancer à partir de la seule valeur des matériaux recyclés obtenus''.

Suite à la publication de l'étude, le Centre national d'information indépendante sur les déchets (CNIID), Agir pour l'environnement et les Amis de la Terre ont plaidé en faveur de l'extension de la filière de recyclage des plastiques. ''Le principal scénario étudié, s'il était mis en œuvre, porterait le taux de recyclage des emballages plastiques de 21 % actuellement à 37 %. L'objectif européen serait alors dépassé'', expliquent les associations dans un communiqué commun. ''Le recyclage d'autres emballages en plastique en plus des bouteilles et flacons éviterait chaque année l'émission d'au moins 350.000 tonnes équivalent CO2. C'est comme si 40.000 habitants n'émettaient plus de CO2 pendant un an'', précise Hélène Bourges du CNIID.

Encore faut-il que les acteurs de la filière, que ce soient les producteurs d'emballages ou les collectivités, soient prêts à assumer le surcoût engendré par cette extension sachant que les négociations en cours pour le nouveau barème d'indemnisation des collectivités sont déjà très compliquées rien pour les filières de recyclage actuelles.

Les auteurs de l'étude donnent toutefois les pistes pour une mise en place ''en douceur''. Ils conseillent notamment de pousser les réflexions pour confirmer la pertinence et la faisabilité d'une telle extension. ''Une phase pilote de test pourrait par exemple être montée à l'échelle de quelques collectivités en vue de mieux appréhender les difficultés sur le terrain liées à la collecte et au tri de ces nouveaux plastiques'', peut-on lire dans l'étude. Les auteurs précisent également qu'il faudra prendre une décision sur le mode d'ouverture des consignes de tri : ouverture progressive des consignes au niveau géographique ou ouverture totale à l'ensemble du territoire, tout en analysant le comportement des habitants. ''Une extension partielle aux seuls emballages rigides pourrait se faire à un moindre surcoût à condition que le changement de consigne n'entraîne pas plus d'erreurs de tri de la part des habitants qu'aujourd'hui''.

Réactions14 réactions à cet article

 
vous avez dit : gérer ?

Je salue les efforts de tous ces spécialistes bardés de savoir-faire occupés à réparer les effets néfastes de l'utilisation des plastiques.
Et si on réorientait tous ces efforts vers la mise au point de solutions alternatives

larvot | 18 décembre 2009 à 10h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
déjà fait en Autriche

On m'a toujours expliquer qu'en France on savit pas faire ce recyclage. Poyrtant, à l'occasion d'un séjour en Autriche il y a quelques années, il y avait un bac spécial sac plastique et l'on mettait les pots de yaourt avec les flacons plastiques.

En France mettre 5 containers de tri ainsi que séparer le verre par couleur (Autriche, Allemagne) , le Français trouverait cela très compliqué même s'il vous expliquera par ailleurs qu'il est écolo...

Sinon comme disait le com précédent, il convient de réduire à la source. Les sacs plastiques sont toujours aussi présents aux caisses (peut-être pas celles des supermarchés mais celles des boutiques avec des sac non réutilisable en sac poubelle).

seb | 24 décembre 2009 à 09h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Erreurs de tri

En fait, les gens mettent déjà dans le conteneur jaune tout ce qui leur parait à eux recyclable. Elargir les catégories d'emballage ne va pas entraîner plus d'erreurs de tri: elles existent déjà et en masse ! Il est temps d'élargir les consignes: presque tout est suremballé, par exemple une cartouche d'impression, dans son carton et sa boîte de plastique épais transparent, un morceau de viande sous vide mis en plus dans une boîte de plastique épais transparent, etc, etc... au frais du consommateur via la contribution reversée à éco-emballages et payée par le consommateur. Difficile parfois de ne pas acheter un produit systématiquement sur-emballé, quand il n'y a pas d'autre choix !

forêt | 24 décembre 2009 à 17h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Tri moins restrictif dans les autres pays

Si d'autres pays acceptent pratiquement tous les emballages, pourquoi pas la France ! Et on dit que la France fait beaucoup en matière de protection de l'environnement !! Ce n'est même pas encore d'ailleurs rentré massivement dans les moeurs (à croire qu'il faudrait pour cela des sanctions, comme pour les excès de vitesse où ni la sécurité, ni le respect de l'environnement ne font bouger les comportements).

forêt | 24 décembre 2009 à 17h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Le recyclage bientôt étendu a tous les emballages

Enfin une bonne décision qui je l'espère va rapidement aboutir.
Pour compenser le cout du tri je propose une éco taxe sur tous ces types de plastiques.
Ces plastiques minces n'ont rien a faire en mélange avec les déchets organiques! Ils nuisent à la bonne transformation de ces derniers par compostage ou méthanisation et sont responsable de la production d'un compost de mauvaise qualité qui fin souvent en décharge. (a ce sujet, a t-on intégré dans les couts de revient le cout supplémentaire de cette mise en décharge?).

René

René | 26 décembre 2009 à 22h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
erreur de tri ou mentir pour pas améliorer le tri

erreur de tri, en mentant sur le nom reçyclage des plastiques, celà met déjà des erreurs dans la tête des habitants connaissant le tri et les valorisation possible !!!

xxxxxxxxxxx | 26 décembre 2009 à 23h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Tri moins restrictif dans les autres pays

Les sanctions existent déjà par certaines sociétés de tri: ils laissent le sac au bord de la route devant chez vous! Le problème c'est que ça ne suffit pas et c'est impossible pr le domaine urbain. Je suis pour les sanctions économiques ou autres quand on balance son mégot ou autre chose par terre maintenant il faudrait des flics à tous les coins de rue! ...

Kent | 28 décembre 2009 à 14h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
les plastiques sont déjà numérotés

Les industriels des plastiques ont déjà mis des n° dans un petit triangle pour distingué les plastiques. Je n'ai jamais vu une information officielle sur ce sujet. Les français ne sauraient-ils pas compter ou lire pour remplir le sac de recyclage?

air vigilance | 29 décembre 2009 à 13h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:les plastiques sont déjà numérotés

Je pense qu'il serait préférable de préciser dans le triangle si le plastique est recyclable ou non plutôt qu d'aller décoder des chiffres que (presque) persnonne ne connaît...

Harvey | 03 janvier 2010 à 08h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Cherchons aussi à réduire le sur-emballage...

Ne l'oublions pas : la source principale de réduction des émissions de GES de la filière plastique et plus généralement de la pollution générée par cette filière : la réduction du sur-emballage. Une action forte et contraignante auprès des producteurs serait très efficace...

Fabien | 04 janvier 2010 à 22h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Cessons la production une bonne fois pour toutes

J'ai vraiment l'impression que la majorité des Français (Politiciens inclus) s'en foutent de la planète... Une foule de gens prennent des sacs ds les magasins; il y'en a encore ds les supermarchés comme Monoprix; et on propose même à la pte mémé de doubler le sac pour éviter que ça craque....
C'est moi qui craque!!
C'est une honte de voir ces sacs partout. Et à Marseille, ça vole partt ds la ville!!
qu'on cesse d'en fabriquer, d'être fiers d'avoir des sacs dits "recyclés" ceux qui sont défragmentables et qui de décomposent en pt morceaux, donc, imprenables dans la nature, la mer. hum, les poissons vont encore se "régaler"!!! On berne les gens en+
Les magasins devraient montrer l'exemple et mettre un pt écriteau à leur vitrine : "Apporter votre cabas, ns n'avons plus de sacs plastique".
Et en dépannage, les shops auraient des sacs en amidon de pommes de terre.
Mais non, c'est compliqué, et les commerçants ont peur de perdre leurs clients!

gazell | 15 janvier 2010 à 15h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Cessons la production une bonne fois pour toute

Je ne suis que trop d'accord!!! C'est encore pire quand tu vois des femmes se plaindre que les sacs dits "biodégradables" ne soit pas assez solides

nj | 20 janvier 2010 à 21h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
L'élargissement des consignes de tri est nécessai.

D'abord une precision qui me parait indispensable : Tous les plastiques sont recyclables. Il n'y a plus de frein technique comme cela à été le cas pendant des années. L'élergissement des consignes de tri aux usagées est donc necessaire pour simplifier ces consignes (seul les falcons sont autorisées actuellement dans les poubelles jaunes ou bleu), et en finir avec la desinformation sur cette matiere peu populaire mais tellement pratique. Nous pourrions vivre sans elle à l'heure actuelle. He oui ... nous n'aurons jamais de telé ou clavier en bois !!!
Les saches plastique ont, il est vrai, fait beaucoup de dégat, mais leurs "recyclabilités " est maintenant au point . Quelles meilleures mesures que leurs interdictions couplés a des mesures de tri et de recyclage qui permetrait ainsi d'éviter la consomation inutile d'energie et de sous produits petroliers !
Petite precision encore qui n'est pas tres populaire mais lié a une experience de 10 ans dans ce domaine. Le seul risque est de voir se popularisé le plastique biodegradable qui melanger aux autres plastiques "pourris" et rend impossible le recyclage de tous les lots. Impossible a reconnaitre sur une chaine de tri, il gache des ressource alimentaire et risque de bloquer le recyclage des autres plastiques (99 % en volume actuellement).
comme souvent , l'enfer est pavé de bonne intention !!!!

Niko | 25 janvier 2010 à 00h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:les plastiques sont déjà numérotés

Et pourquoi pas,à la place de codes méconnues, une simple pastille de couleur identique à la poubelle qui doit les recevoir ... Et si en France on était cohérent ?

Donal94 | 17 février 2010 à 13h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…