En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un retour des plantations de Maïs OGM pourrait coûter très cher

Selon une étude menée par l'Université de Pau, à la demande de Greenpeace, un retour du Maïs OGM en France pourrait faire peser ''de lourdes menaces'' économiques sur la filière non OGM, constituant ainsi une aberration financière.

Agroécologie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
   
Un retour des plantations de Maïs OGM pourrait coûter très cher
   
Si la France devait de nouveau autoriser la culture du maïs génétiquement modifié MON 810, suspendue en février dernier, la filière non OGM, en particulier bio, pourrait subir une flambée des prix voire disparaître totalement, selon une étude sollicitée par Greenpeace, du Centre de recherche et d'étude en gestion (CREG) de l'Université de Pau. En cas de généralisation des cultures d'OGM en France, jusqu'à quand pourra-t-on consommer sans OGM et à quel prix ?, s'inquiète Arnaud Apoteker, de Greenpeace France.

Cette étude pointe les risques et les conséquences économiques de l'expansion de ces cultures OGM sur les filières de production sans OGM. Car au-delà des risques environnementaux ou sanitaires, souligne Greenpeace, l'existence de produits agricoles OGM sur le marché français, à l'importation ou à la culture, a un coût sur les filières agricoles sans OGM : coûts de séparation, de contrôle, d'approvisionnement, explique-t-elle. L'organisation écologiste rappelle qu'à l'époque à laquelle le MON 810 était autorisé, la croissance des surfaces cultivées du maïs transgénique avait été très rapide, passant de 500 hectares en 2005 à 22.000 ha en 2007.

Aussi, d'après l'étude du CREG, les cultures ayant des cahiers des charges stricts sur les OGM (avec un seuil de présence toléré inférieur à 0,1%) sont amenées à disparaître dans les zones de cultures de maïs GM et celles ayant un seuil de présence fortuite (accepté jusqu'à 0,9%) pourraient survivre, avec de nouvelles et coûteuses contraintes.

Le centre de recherche souligne que ces différents coûts sont dépendants de très nombreux facteurs : part de cultures GM dans la zone considérée, taille des champs non GM, conditions climatiques, structure du parcellaire, utilisation et partage du matériel agricole, etc. Il évoque une fourchette relativement large de 5 à 37 euros par tonne de maïs non GM.

Le CREG indique également que, le marché du maïs devrait se diviser en deux, entre filière OGM et non OGM qui coûterait plus cher. Sans nul doute, un prix plus élevé sera payé aux producteurs de cultures non GM pour les inciter à adopter les mesures coûteuses et contraignantes inhérentes à leur production dans un environnement parsemé d'OGM, souligne l'étude.

Concernant la production de maïs bio, la culture de maïs OGM dans une zone de cultures rend impossible la mise en culture de maïs biologique. Le risque économique de déclassement de la production est également extrêmement fort, par exemple dans le cas de productions d'origine contrôlée ou certifiée.

Selon le CREG, les entreprises des filières non OGM craignent également de disparaître si leurs efforts ne sont pas valorisés, notamment par l'étiquetage. L'étude cite également le cas des filières de poulet ''Label Rouge'', qui devrait pouvoir garantir une alimentation sans OGM à leurs volailles. Ce choix n'est pas inscrit dans le cahier des charges des organismes de production et ils ne peuvent pas communiquer dessus car il leur est impossible de garantir une production 100% sans OGM, précise le CREG. Dans le cas où du maïs OGM serait de nouveau cultivé en France, le CREG estime que le surcoût induit pour les producteurs recourant à du maïs non OGM pourrait atteindre 4 à 15 centimes par kilo de poulet.

Cette étude prouve pour la première fois que certaines filières sont condamnées et que d'autres devront assumer un surcoût important, déclare Arnaud Apoteker. C'est bien le régime du pollué-payeur qui est mis en œuvre aux profits des industriels de l'agrochimie !, ajoute-t-il. Si Greenpeace appelle à maintenir la suspension de la culture du maïs MON 810 de Monsanto, l'organisation demande également à ce que la valorisation par l'étiquetage des produits issus des filières animales sans OGM puisse permettre de renforcer ces filières et de ralentir l'expansion des OGM dans le monde.

L'UE estime injustifié l'embargo français sur le MON 810

La publication des résultats de l'étude intervient alors que l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) estime que la clause de sauvegarde française sur le maïs génétiquement modifié MON 810 n'est pas justifiée. Aucune preuve scientifique, en termes de risques pour la santé humaine ou animale ou pour l'environnement, n'a été fournie pour justifier l'invocation d'une clause de sauvegarde, précise l'EFSA dans son avis rendu public le 31 octobre.

La Commission européenne doit désormais étudier la réponse de l'EFSA. En dépit des doutes sérieux existant sur les OGM sur la compétence de l'EFSA, elle continue de faire comme elle a toujours fait en méconnaissance totale de cause : donner des avis positifs sur tous les OGM !, s'indigne Arnaud Apoteker qui craint un passage en force du MON 810 en France.

Réactions35 réactions à cet article

 
Le MON 810

Aïe ! Il existe des liens très forts entre l'EFSA et les géants de la biotechnologie. On connait se qui s'est passé avec le MON 863. Greenpeace a demandé de rendre public le dossier brut des études de Monsanto sur le Mon863...Monsanto a refusé en invoquant le secret commercial!!!
Il faut absolument renforcer l'étiquetage des produits.
La France résiste...mais jusqu'à quand ?
A notre niveau de citoyen informé et épouvanté, que peut-on faire ?
Chris.

Chris | 01 novembre 2008 à 17h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Le MON 810

Et pourtant, nous devrions être nombreux à réagir. Mais comment, quelle action ?

nicopoum | 03 novembre 2008 à 20h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Le MON 810

Bonjour.

Une étude financée par greenpeace??? Qu'elle est l'indépandance de cette étude et de ces résultats puisque l'on sait que greenpeace est résolument anti-ogm??? Je pose la question, puisque vous remmettez en cause l'indépandance de l'EFSA (sur un mensonge de greenpeace) et pas celle de l'ONG elle-même!!!
"Voir la paille dans l'oeil du voisin et pas la poutre dans le sien"...

Comme vous le dites à votre "niveau de citoyen informé et épouvanté". Mais c'est le mot épouvanté qui vous caractérise le mieux. Greenpeace à bien réussi son petit jeu de désinformation quand aux ogm, en ce basant sur votre ignorance réelle du problème, de la partie technico-scientifique et en assénant des fausses-vérités du style "les ogm vont contaminer les autres plantes".

Que savez-vous réellement des OGM? Des connaissances scientifiques cela s'entend, et non de la propagande écolo-intégriste?? J'attend votre réponse avec impatience.
Mais pour vous mettre l'eau à la bouche:
Il n'existe aucun moyen naturel pour qu'un gène (en encore plus un opéron = ensemble de gènes coordonnant la synthèse d'une protéine) soit transféré d'un organisme à un autre.
Si un tel mécanisme éxistait il n'y aurait qu'une seule espèce vivante (animale et ou végétale) sur terre, car tout les gènes auraient été copiés entre les organismes.

Bien cordialement.

Daniel | 04 novembre 2008 à 14h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
entre ignorance et finance

Qu'une étude menée par Greenpeace soit "orientée", certes. Que l'on parle de mensonge quant à la contamination des OGM marque non pas un manque de réflexion mais une ignorance de la terre, et d'un "événement" plus que naturel...

Oui, un champs OGM peut contaminer un champs voisin, quand lorsque vous savez (l'ignore-t-on peut être en ville et dans les milieux scientifique) lors de la reproduction des plantes, non ?

La nature a songé bien avant nous à reproduire des plantes de l'une à l'autre, et comme nous, le "père" et la "mère" s'échangent leurs gènes. Ainsi donc, vous n'avez qu'à imaginer une petite graine venant féconder tranquillement cette belle plante dans le champs d'à côté... et vous avez transmission de ce gène.

Et si l'ignorance est de mise aujourd'hui, c'est essentiellement du à des multinational du genre de monsanto qui retiennent les informations. Quant à moi, je préfère, et je crois que c'est mon droit, m'abstenir sans savoir. Dans ce cas, j'ai le choix entre greenpeace voulant interdir les OGM, et monsanto, qui veut en mettre dans tous mes plats.

Aussi, même par ignorance, même par extrémisme, je préfère celui qui veut mon bien que celui qui veut mon argent.

julien.yung | 04 novembre 2008 à 16h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:entre ignorance et finance

Monsieur.

Votre ignorance est encore plus grande que votre stupidité aveugle envers greenpeace et ses acolytes.

Vous parlez de contamination intra-spécifique entre 2 champs de maïs (en l'occurence). Mais savez vous que cette contamination n'est réelle qu'à moins de 50 m. Au delà, les grains de pollen du maïs sont très peu nombreux à voyager. En effet le maïs est une plante "gravichore", c-a-d dont le pollen est dissiminé par simple gravité entre le panicule (en haut de la plante) et les fleurs femelle (au milieu de la tige). vous ne vous êtes d'ailleurs surement jamais demandé pourquoi les épis de maïs sont au milieu de la tige...
L'espérance de vie d'un grain de pollen est de quelques heures seulement, s'il ne trouve pas un épi femelle. Une fois tombé au sol, il ne peut plus être remis en suspension dans l'air et perd sa fertilité.

Ensuite, les quelques plants (très rares selon des études scientifiqued mexicaines, américaines et allemandes, moins de 0,01% des grains produits) ne représentent aucun danger. vous écrivez "Quant à moi, je préfère, et je crois que c'est mon droit, m'abstenir sans savoir". Justement, les scientifiques sont là pour vous faire prendre de la réalité, vous faire savoir. Pour que vous puissiez prendre une décision en connaissance de cause au lieu de la prendre par ignorance.

Ensuite, greenpeace, et c'était là mon propos, "informe" que les OGM vont contaminer d'autres plantes. Et par autres plantes ils entendent bien d'autres espèces. Ce qui est impossible. Pour plusieurs raisons:
1) Les grains de pollen ne "germent" que sur un pistil de la même espèce (reconnaissance protéique de surface).
2) La fécondation des plantes est triple. une pour la graine, une pour les réserves (albumen) et une qui avorte. Une seule de ces fécondations est inédéquate (mauvais nombre de gène par exemple) et toute la graine meure avant maturité.

Enfin, même si par le plus grands des hasards (ce qui ne c'est jamais produit en 20 ans d'utilisation des OGM dans le monde entier) une plante est contaminée par un OGM; disons une espèce proche parente du même genre, ici Zea (pas de bol il n'y a qu'une seule espèce dans le genre Zéa); les lois d'équilibre de génétiques des populations (hardy weinberg, et MacArthur-Wilson) montrent très bien que de tels génotype sont appelés à disparaitre de la nature en seulement 2 à 3 générations.

Vous voulez savoir ou non avant de prendre vos décisions?!
"celui qui ne sait pas est un idiot, celui qui sait et ne dis rien est un assassin!"

Daniel | 04 novembre 2008 à 18h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:entre ignorance et finance

Monsieur, j'allais vous répondre que Julien avait tout dit...mais je lis votre nouvelle missive...travaillez-vous pour une grosse entreprise de biotechnologie ? Pardonnez nous notre bêtise face à votre grande intelligence, mais il existe des cas de contamination partout où les OGM sont rois. J'estime avoir le droit de choisir ce que je veux manger.
Tant pis pour ceux qui préfèrent se murer dans leur idéologie !

Anonyme | 04 novembre 2008 à 20h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
entre ignorance et finance

Oui, mon ignorance est grande, face à savoir tel que le vôtre, je ne suis pas généticien, je ne suis même pas quelqu'un de la terre.

Mais la noblesse des hommes est aussi de savoir la reconnaitre.

Et quand je dis que le choix est entre ignorance et finance, je rejoints à la fois votre point de vue (personne ne peut prouver grand chose) et insistant sur le fait que Monsanto est un roi de la finance.

Le but du jeu n'est ni social ni environnemental, mais bien de "contaminer" le marché. Il désire nous inciter (forcer ?) à mettre ses produits dans nos assiettes, en incitant (forçant ?) les agriculteurs à ne plus planter que ses produits.

Donc, moi aussi je réclame mon droit de choisir, non pas parce que c'est forcemment mauvais (reste somme toutes à le prouver effectivement) mais parce je veux d'abord être libre de mon choix, qu'ensuite je voudrais qu'un laboratoire indépendant fasse ses propres conclusions (les laboratoires n'étant pas non plus des institutions charitables, ça ne risque pas d'arriver) ainsi que l'on n'enferme pas l'agriculteur dans un cycle non-naturel (obligation de se fournir en graine chaque année) et pénalisant économiquement.

Alors oui, je suis ignare et inculte, mais c'est bien pour ça que, à défaut (n'oubliez pas de lire tous les mots) je suis plutôt (chaque mot, n'est-ce pas ?) pour suivre greenpeace que monsanto.

Vous êtes tout autant libre de choisir les OGM que moi de les refuser. Mais nous a-t-on demandé notre avis ?

julien.yung | 05 novembre 2008 à 10h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:entre ignorance et finance

Aie,
Voila l'insulte diffamatoire est lâché par un inculte: "travaillez-vous pour une grosse entreprise de biotechnologie ? ".
Et non Monsieur, désolé pour vous, mais je suis un simple chercheur en écologie et biologie des populations.
Les anti-tout, quand ils ne savent plus quoi répondre attaque sur une prétendue non-intégrité.

Revenons à nos moutons, plutot nos OGM.
Donnez moi une seule référence sérieuse (scientifique et non wwf , greepeace et autres ONG) montrant une contamination d'une espèce tierce par un OGM.
Une seule, je serais mdr de la lire.
Plus de 700 plublications "peer rewieved" ces 25 dernières années, et pas une seule qui fait état de ce que vous avancez. Une seule SVP (je sais bien que je demande la lune....mdr).
Les ONG vous mentent, et comme vous n'avez pas de connaissances suffisantes vous les croyez, car vous pensez qu'ils sont forcément raison, tout auréolé de leur sagesse écologique...

"Tant pis pour ceux qui préfèrent se murer dans leur idéologie ! "
Tout à fait d'accord, tant pis pour vous.

daniel | 05 novembre 2008 à 11h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:entre ignorance et finance

Bonjour Monsieur.

Plusieurs points dans votre post montrent encore votre méconnaissance du dossier:
1) "Monsanto est un roi de la finance". Hélas , trois fois hélas pour vous , c'est non. Monsanto est une entrepise qui fait 5 milliards de dollars de chiffe d'affaire pour un peu moins de 700 millions de bénéfices. En comparaison, l'université de Harvard ou le MIT on un duget recherche de 3 milliards de dollars chacun. La Société Générale (affaire Kerviel) est une petite banque au niveau mondial, mais qui a perdue 8 milliards (dont 5 par kerviel) en 2008. Vous voyez bien que dans ces conditions Monsanto n'est pas à même de "financer" tous les chercheurs de la planête qui écrivent que les OGM n'ont aucun danger ni sur l'homme, ni sur l'environnement.
2) "personne ne peut prouver grand chose". Encore hélas, j'ai bien écris que la recherche avait prouvé l'inocuité des OGM. A part quelques farfelus en mal de notoriété plublique et financés par greepeace (ou auchan qui voulais imposer sa marque bio = affaire séralini).
3) Monsanto ne désire pas "contaminer" le marché, juste avoir comme toute entreprise un leadership dans un domaine, et donc les parts de marché qui vont avec. Les biotechnologies sont un immenses champs de recherche:
Maladie de kreuzfeld jacob, parkinson, anémie falciforme, myopathie; alimentation plus saine = des études montrent que l'alimentation avec OGM reduit fortement les risques d'avoir des nouveaux nés atteint de spina-bifida "dos ouvert" (Bruce Chassy und Drew Kershen, "Bt corn reduces serious birth defects", Western Farm Press, 27 octobre 2004; Walter F. O. Marasas et al 2004, "Fumonisins Disrupt Sphingolipid Metabolism, Folate Transport, and Neural Tube Development in Embryo Culture and In Vivo: A Potential Risk Factor for Human Neural Tube Defects among Populations Consuming Fumonisin-Contaminated Maize", J. Nutr. 134:711-716; Gary P. Munkvold et al. 1999, "Comparison of Fumonisin Concentrations in Kernels of Transgenic Bt Maize Hybrids and Nontransgenic Hybrids", Plant Dis. 83:130-138; "Bt Corn Produces Healthier Crops for Humans and Animals", Council for biotechnology information, 2004.).
ATTENTION LES VALEURS EN MYCOTOXINES SONT 3 A 10 FOIS SUPERIEURES AUX NORMES ADMISES DANS LES PRODUITS BIOLOGIQUES.
3) Monsanto n'impose rien aux agriculteurs (encore une fausse idée répandue par wwf et greenpeace). Le nombre d'hectare en france entre 2005 et 2007 en OGM avaient quintuplé. Parceque les agriculteurs y trouvaient leur comptent. Moins de travail (pourquois les agri n'auraient pas droit aussi à travailler un peu moins, les 35 h juste popur les bobos parisiens???), pérénisation des rendements.
4)Les laboratoires indépendants (états) ont fait déjà de nombreuses recherches (peut-être n'avez vous pas vraiment cherché sur le net ces résultats, ou bien vous cantonnez vous à ce site pro écolo???)qui montrent l'inocuité des OGM. A l'opposé de cet article (acheté par greenpeace et donc douteux):"GVO: Bei Mais ist eine Koexistenz möglich", 26.11.04; Resultate und Hintergrund-Informationen; "Spanische Maisbauern stellen das Konzept der Koexistenz unter Beweis", CORDIS Nachrichten (EU), 19. Oktober 2004
"Italian associations release GM consensus document", ISAAA Crop Biotech Newsletter, 26 novembre 2004; "Food Safety and GMOs", SITOX - Società Italiana di Tossicologia, 3. 11. 2004.
5) "ainsi que l'on n'enferme pas l'agriculteur dans un cycle non-naturel (obligation de se fournir en graine chaque année)". Mais c'est déjà le cas dans le monde entier depuis plus de 50 ans. Les agriculteurs rachètent chaque année leur graine à un semencier. Pour une raison simple. Les graines sont des hybrides de première génération (dites F1) très productives. Si tu ressemes après (génération 2 = F2) le rendement sera diminué de moitié environ. Donc une perte importante, bien plus importante que de racheter de nouveaux hybrides. Rien dans le sytème des OGM n'est en contradiction avec ce système, et rien n'est nouveaux. Encore un beau mensonge des ONg écolo.
6) Pour vous demandez votre avis, certes, je suis d'accord. Mais après avoir une information sérieuse et non partisane. Hors les ong écolo sont totalement partisane. Sans raisons.

Bien cordialement.

daniel | 05 novembre 2008 à 12h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:entre ignorance et finance

Monsieur Monsanto, Bayer, etc..., vous réagissez dans les mêmes termes que ces firmes...Référez vous, entre autres, au livre de Marie-Monique Robin, préfacé par Nicolas Hulot...(tous deux issus de Greenpeace ou d'ONG anti-ogm, comme tout le monde sait ! )" le monde selon Monsanto" : cela vous rendra peut-être votre esprit critique...Il comporte une somme de preuves scientifiques (eh oui!)accablantes contre vos ogm. Mais, bien sûr, vous pourrez toujours répondre que tout est faux, ou que les auteurs sont les agents de Greenpeace...
Vos propos sont trompeurs, à la limite de la malhonnêteté.
De plus, pouvez vous me dire pourquoi on accepterait béatement les ogm, pourquoi ne pas revenir au traditionnel ? Pour plus de productivité ? pour plus de profit? Et pourquoi encore vous croirait-on vous, pro-ogm ? Pourquoi seriez-vous l'unique source de savoir ?

chris | 06 novembre 2008 à 09h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:entre ignorance et finance

Monsieur, votre aveuglement m'effraie ! Oui Monsanto est le roi de la finance : chiffre d'affaires 8 millions de dollars, implanté dans 46 pays; 90% des ogm cultivées dans le monde ; premier semencier de la planète.Monsanto a tout pouvoir financier sur toute personne pouvant lui être utile.
Maladies, alimentation, etc. : études à la solde de Monsanto.
Monsanto impose ses graines et ses pesticides aux agriculteurs : avez-vous entendu parler du brevet terminator?
Dans les pays en voie de développement, nombreux sont ceux qui survivent grâce à la conservation des semences.Il est vrai que ces pays ne sont pas vraiment la priorité des grandes firmes de biotechnologie!
Les ONG sont partisanes ? Oui, contre les ogm ! Vous, vous ètes partisan, pour les ogm! Vous écrivez vous-même que les ong sont partisanes, sans raison ! Eh oui, eux n'ont rien à gagner dans ces batailles pour la planète...contrairement aux multinationales, qui elles, se battent pour leur profits toujours plus juteux.

chris | 06 novembre 2008 à 10h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:entre ignorance et finance

Bonjour Mr Chris.

1)"Oui Monsanto est le roi de la finance : chiffre d'affaires 8 millions de dollars,". Vraiment nulle. Le vrai Chiffre d'affaire de Monsanto est de 8,5 milliards en 2007 et pas 8 millions (vous confondez millions et milliards...mdr, j'espère pour vous que votre patron confond pas centimes et dizaine d'euro...). Le bénéfice net est de 993 millions de dollars.
Comme je l'ai écrit Monsanto ne peut pas "arroser" tout les chercheurs du monde. A titre de comparaison (j'avais oublié une virgule dans mon dernier post) le budget de l'université de Harvard en 2007 se monte à 34,9 milliards de dollars (4 fois le budget de Monsanto). Alors arretez vous des cris d’orfraie parce que MMR a dis que Monsanto était "méchant". Tout cela parce que cette entreprise n'a pas cédée au chantage de greenpeace pour les subventionner.

2)"90% des ogm cultivées dans le m" Encore faux, le premier producteur d'ogm dans le mond est le consortium Syngenta-Pionneer. "En 2006, MONSANTO réalise un chiffre d'affaires de 7,3 milliards de dollars, qui la positionne comme le troisième intervenant du marché mondial de l'agrofourniture.
3)Monsanto est présent dans 61 pays ( et non 46 comme vous le dites, encore en retard sur l'information), mais dans le monde il y a plus de 200 pays. Ce qui fait que Monsanto est présent et gère tout...mdr
4)"Monsanto impose ses graines et ses pesticides aux agriculteurs : avez-vous entendu parler du brevet terminator? "
Encore en retard d'un train. Les brevets "Terminator" sont détenus par plusieurs entreprise (Syngenta, Pionneer, Dela &Pine, le gourvenement américain, le gouvernement canadien, etc etc). Ce qui fait que Monsanto n'est pas seul dans cette affaire. Et quel est le risque? aucun. Puisque les agriculteurs ne ressèment plus leur récolte depuis plus de 50 ans. préfèrant achéter des graines hybrides F1 plus fertile que de ressemer des F2. Dans les pays en voie de développement. Seule l'afrique est encore a la traine, préférant acheter des armes et faire la guerre entre ethnies différentes. La chine, l'Inde, le Brésil, l'Argentine investissent des milliards dans les recherches OGM pour avoir leur propres ressourcent et ne pas dépendre des société interntionales. Ou est la main mise de Monsanto??? Nulle part.
5)Les ONG sont partisanes, sans raisons? ais-je écris cela? Non. Mais qu'elles manipulent l'opinion des gens peu instruits pour mieux véhiculer leur idéologie de la décroissance, c'est la réalité.
6)Je ne suis pas pro ni anti OGM. juste un chercheur qui se tient au courant et s'informe à différentes sources et qui veut rester objectif. ce que vous n'êtes surement pas. vu que vous croyez que le pseudo-film de MMR est une "vérité qui dérange". "Il comporte une somme de preuves scientifiques (eh oui!)accablantes contre vos ogm". Quelles preuves. Avez vous lus un seul article scientifique sérieux qui démontre ces preuves.
6) "Vos propos sont trompeurs, à la limite de la malhonnêteté."
Que nenni. Mes propos sont objectifs, issus d'une réflexion et d'une recherche personnelle sérieuse d'informations. Vos propos sont subjectifs, manipulés, pire puiqu'ils ne sont pas les votre: vous n'avez aucun arguements scientifiques a avancer. Seulement les "propos" des ONG et autre MMR que vous vénérez comme des gourous.
7) "De plus, pouvez vous me dire pourquoi on accepterait béatement les ogm, pourquoi ne pas revenir au traditionnel ? Pour plus de productivité ? pour plus de profit? Et pourquoi encore vous croirait-on vous, pro-ogm ? Pourquoi seriez-vous l'unique source de savoir ?"
Que de question, tient un peu de jugeotte enfin de compte!!!
je ne vous demande pas d'acceptez béatement les OGM, bien que vous acceptez sans sourciller les "informations" catastrophique des ONG. Mais je souhaite que les gens prennent un position une fois après avoir été informé objectivement. Ce qui n'est pas la cas actuellement, puisque les médias ne donnent que les info anti-ogm.
Revenir à la tradition (hormis que les traditions sont faite pour disparaître) c'est revenir au moyen age. Et seulement le 1/4 de la population humaine. Aurez vous le courage d'appuyer sur la gachette pour abréger les souffrances de ceux qui mourront de faim?
Je ne suis pas l'unique source de savoir, comme écris ci-dessu. Je suis scientifique, chercheur, et mon devoir est d'informer le public de la réalité des faits. De sortir le public de l'ignorance dans laquelle les médias et les ONG veulent l'enfermer. Et le meilleur moyen de rester dans l'ignorance est encore de n'écouter personne. En sortir représente un gros travail de recherche d'informations

Avant de me répondre, prenez bien le soin de lire. Votre objectivité est fortement dépréciée à l'heure actuelle.

Monsieur.

Daniel | 06 novembre 2008 à 11h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:entre ignorance et finance

Ignorante totale sur le sujet (je ne suis ni biologiste, ni agricultrice), j'ai tout de même des craintes concernant les OGM (peut-être à tort), liées à des informations sur des études scientifiques (mais je n'ai jamais lu les études en elles-mêmes) qui démontraient :
- des effets négatifs des OGM sur les rats (induisant une possible implication d'effets similaires sur les êtres humains)
- de la capacité naturelle des plantes à se transmettre leurs gênes (dans une même famille), ce qui induit le risque potentiel d'une "contamination" de plants "normaux" par le gène modifié

Ces études sont peut-être totalement fausses, ou elles ont été mal traduites par le journaliste dont j'ai lu l'article. Soit. Le bon sens me fait cependant dire:
- j'ai déjà vu des plants de colza qui poussent "tout seul" dans le champ voisin d'un champ planté de colza (les semences se sont donc "déplacées" seules jusque-là : on peut imaginer qu'un champ "non-OGM" puisse être "complété" par quelques plants "OGM" venus du champs voisin, sans que l'on puisse les détecter)
- on mange rarement une plante directement dans le champ : elle suit donc un process de fabrication, et à moins de créer des filières de transformation "sans OGM", on peut supposer que des traces "OGM" se trouvent dans un produit fini réalisé pourtant avec des plants "non OGM"
- en acceptant la plantation OGM, l'Europe a également accepté des seuils de déclaration "non OGM", supérieurs à 0 : c'est bien l'aveu officiel que la culture OGM ne permet plus de faire véritablement SANS OGM
- les médicaments homéopathiques sont efficaces, alors que les doses de dilution sont infimes : même un très faible taux d'OGM dans un produit fini pourrait avoir un impact

Alors, peut-être que les OGM sont totalement inoffensifs sur l'homme (j'espère).

Mais imaginons qu'ils le soient. Qu'on s'en rende compte dans 20 ans.
Serons-nous capables de faire machine arrière?
De revenir à du véritablement 0 OGM?

Comme j'ai bien peur que cela soit TRES difficile, voire impossible (la logique économico-scientifique cherchera certainement à trouver un OGM inoffensif plutôt qu'à revenir au sans OGM qui ne lui fait rien gagner), je me dis que pour l'instant, je préfère manger non-OGM autant que je peux.

Une dernière question pour finir :
Pouvons-nous dire aujourd'hui qu'on a un recul suffisant pour AFFIRMER qu'il n'y a AUCUN effet négatif sur l'homme ?
(Il me semble que les soucis arrivaient sur les rats au bout de quelques générations... pour l'homme le recul suffisant serait au minimum de 50 à 60 ans... Ah oui mais c'est peut-être une étude totalement fausse... Seulement moi j'en sais rien... Qui a tort? Qui a raison?)

Dans le doute...
Une partisane du principe de précaution.

caro_oo7 | 06 novembre 2008 à 11h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
D'un point de vue marketing

D'un point de vue purement marketing, commercial et financier, nous avons tout intérêt à faire perdurer l'agriculture sans OGM.
Dans l'hypothèse où l'agriculture OGM devait devenir la norme, les produits garantis sans OGM se vendrait à prix d'or. le caviar de l'agriculture, les produits de luxe pour consommateur soucieux de se procurer des produits rares.
Au delà de toute éthique, si j'étais agricultrice, je miserais tout sur le sans OGM. Tout bon commerçant souhaite vendre un produits que les autres n'ont pas !

après, la question de la dissémination est certaine. Faudrait-il cultiver ses cultures sans OGM sous serres, comme le sont aujourd'hui les cultures OGM ?

Et si la France, en plus d'être le pays du luxe, du champagne, du parfum, du vin et du fromage, était le pays du sans OGM?

ça me plait pas mal à moi comme idée.

Anonyme | 06 novembre 2008 à 13h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:entre ignorance et finance

Voici quelqu'un d'intelligent et d'éclairé, ...(contrairement à monsieur daniel qui se croit tant investi d'une haute mission de défense des ogm qu'il en est ridicule...nous le laisserons à ses inepties)
En effet, vous avez mille fois raison: la contamination existe et même avec l'étiquetage "sans ogm", on ne peut être totalement sûr du produit.
Les études évaluent l'impact des ogm sur une espèce et sur quelques semaines alors que l'évaluation devrait porter sur plusieurs espèces et sur plusieurs années pour mesurer la toxicité du produit.
Le principe de précaution est de rigueur aujourd'hui, car avec les ogm, tout est très flou.

chris | 06 novembre 2008 à 14h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:entre ignorance et finance

Monsieur, vos propos " réducteurs et irrespectueux" montrent que vous n'avez pas lu la charte de bonne conduite de ce forum. Vous faites votre petit numéro en traitant les anti-ogm d'incultes, d'ignorants, etc. Tout cela n'est pas constructif.
Si j'ai fait une faute de frappe dans un précédent mail, je m'en excuse, parce que moi, je suis de bonne foi.
Les forums sont des moments de partage interessants, on peut échanger, confronter des idées opposées; mais on n'insulte pas les gens. Ceci étant votre manière de faire, je vous remercie de ne pas me répondre.

chris | 06 novembre 2008 à 15h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 
échanges extraspécifiques de gènes

Quelle virulence, Daniel ! Un peu de calme, certes l'obscurantisme est agaçant, mais es-tu vraiment sur que tu as bien affaire à des obscurantistes ? Pour en avoir une idée, essaie de comparer les anti OGM à d'autres, et tu verras que tu ne prends pas tant que ça de risque en nous critiquant si violemment...mais bon, moi, ce sont tes connaissances apparemment très étendues dans le domaine qui m'intéressent. j'aimerais te soumettre un cas intrigant d'échange de gènes entre individus n'appartenant pas à la même espèce, ni même à au même genre. Impossible ? connais-tu les faux de Verzy ? ce sont des hêtres (Fagus sylvatica, fagacées) tortueux, qui poussent en nombre dans une forêt marnaise, celle de la Montagne de Reims. Le problème, c'est que d'autres espèces du site en question comme le Chêne (Quercus sp., Fagacées aussi)et également le chataignier (Castanea sativa, Fag) sont concernées par la tortuosité (néologisme assumé). je n'ai pas tout compris le processus, mes connaissances ne vont pas si loin, mais un retrovirus porteur d'une partie des gènes du Hêtre (dont le gène de la tortuosité) serait transmis par l'intermédiaire d'un insecte piqueur. sans blague et en-dehors de toute polémique, je serais curieux que tu m'éclaire sur la véracité de ce fait, que j'ai lu sur un panneau informatif. Il doit exister dans la littérature une étude qui en parle, peut-être la connais-tu ? merci d'avance et bonne continuation, tu enrichis le débat et peut nous apprendre des choses, n'en doute pas !
Cordialement,
botanion

botanion | 06 novembre 2008 à 17h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Re:entre ignorance et finance

De l'esprit critique si vous en aviez la moindre once, vous ne citeriez pas ce bouquin entre 100.
Les seuls trucs scientifiques qu'il contienne sont des erreurs.

Pour votre information, ce que vous appelez "le traditionnel" n'est rien d'autre qu'une sélection aléatoire de mutants. Cad qu'au lieu de modifier nous même le génome, et de savoir ce qu'on modifie, on laisse faire le hasard.
Mais le hasard fait généralement un travail moins propre que l'homme ; pour un trait donné, les variétés obtenues par voie "traditionnelle" contiennent plus de mutations non souhaitées que celles obtenues par transgénèse.

Pourquoi les OGM alors ? Parceque c'est plus sûr.

Ryuujin | 06 novembre 2008 à 17h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:entre ignorance et finance

c'est encore botanion, j'avais oublié de te dire que moi aussi je trouve ce site très partisan, et parfois à la limite de l'intox...on peut en dire autant d'autres sites pourtant très intéressants, comme celui de ce monsieur de chez ACTA dont j'ai oublié le nom (si ça me revient je te le mailerai, mais c'est très polémique et très instructif, même si certains propos me font grincer les dents!)

botanion | 06 novembre 2008 à 17h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Re:entre ignorance et finance

Dans ce cas, pourquoi persistez-vous à affirmer que Monsanto est le maitre de la finance et autres fadaises après qu'il vous ait donné des chiffres prouvant que Monsanto est un véritable NAIN dans le monde de la finance,et même de la recherche ?

Il ne vous traite pas d'inculte : il dresse un constat ; vous êtes désinformés.

Ryuujin | 06 novembre 2008 à 17h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:entre ignorance et finance

On croirait entendre un commercial qui fait du porte-à-porte...

Vous n'avez donc pas une once d'honnèteté ?
Que cherchez-vous au fond ? Pourquoi vous voulez à ce point que les OGM soient responsables de toutes les plaies du monde ?

Mr Daniel a fait l'effort de vous donner un volume important d'information.
C'était sans doute donner du caviar à un cochon : personnellement, je n'aurais pas fait l'effort, vous êtes beaucoup trop endoctriné pour tenir compte de la moindre information qui vous dérange.

Mais bon, tant mieux : vos réactions sont tellement caricaturales qu'elles nous aideront à dé-diaboliser les OGM en ridiculisant un peu plus leurs opposants.

Le maïs BT, dans l'absolu, je n'en ai rien à faire. Mais face à auant de bétise, difficile de ne pas réagir.

Ryuujin | 06 novembre 2008 à 17h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:D'un point de vue marketing

L'idée n'est pas inintéressante, mais mérite un peu plus de réflexion. Le luxe, c'est subjectif, et c'est le client qui le défini.

Qui voudra nous acheter à prix d'or nos produits non-OGM ?

Ils n'auront pas meilleurs gout, ils seront plus arrosés de pesticides que les autres...
Seront-il longtemps des produits de luxes ? Seront-ils des produits de luxes pour des consommateurs étrangers ?

Le problème est que cette diabolisation des OGM est typiquement européenne.

Ryuujin | 06 novembre 2008 à 17h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:échanges extraspécifiques de gènes

Vous voyez un lien entre un transfert horizontal rarrissime chez le hêtre, le chêne et le chataignier et le maïs OGM ?

Moi pas vraiment.
On sait que les transferts horizontaux sont possibles, là n'est pas le problème : on sait aussi qu'ils sont très rares.

Ryuujin | 07 novembre 2008 à 08h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Re:Re:entre ignorance et finance

J'ai l'impression que certains ont tellement peu d'arguments qu'ils n'ont rien d'intéressant à dire sur le sujet.

Vous avez remarqué ? Quand les anti-anti-OGM corrigent pas mal d'erreurs, donnent pas mal d'informations, les anti-OGM y répondent toujours par des accusations.

De là à penser que les anti-OGM se fichent pas mal de dire n'importe quoi tant qu'ils ont le dernier mot, il n'y a qu'un pas.

Ryuujin | 07 novembre 2008 à 08h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Re:Re:Re:entre ignorance et finance

Je remarque que les pro ogm ont l'esprit bien étroit puisqu'ils ne répondent que par mépris et suffisance à ceux qui ne sont pas d'accord avec eux. Vous avez raison, ce "débat" n'est pas constructif...grâce à vous.Ne pas me répondre.

Anonyme | 07 novembre 2008 à 09h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Re:entre ignorance et finance

Bonjour à tous
Je vais tenter d'apporter ma petite pierre à l'édifice également, par un témoignage. J'ai travaillé pour un agrochimiste, qui comme tous avait un division semences. En interne, nous avions acces à des documents qui recommandaient pour l'utilisation du mais BT d'integrer des parcelle de mais traditionnel non OGM dans les cultures afin d'eviter de selectionner des souches pures de pyrales resistantes à la toxine BT.
J'ai auparavent travaillé moi même sur ce qu'on appelait pas encore un OGM, mais un recombinant: il s'agissait d'un virus modifié pour produire une proteine d'enveloppe du virus du sida, à des fins de diagnostic et pour eviter des cultures massives du HIV. La culture se faisait en réacteurs clos, eux mêmes dans un laboratoire d'un haut niveau de confinement (P3). Une stérilisation par vapeur haute pression était faite en fin de cycle.
Je pense qu'on peut accepter certains OGM mais refuser le risque que présentent les PGM Plantes Génétiquement Modifiées.
On m'a dit (je n'ai pas verifié) qu'il n'existait plus de mais bio en Espagne car 100% de la production était contaminée, qui peut m'en dire plus ?
Laurent

laurent | 07 novembre 2008 à 17h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re échanges extraspécifiques de gènes

Non, je n'imagine pas de lien génétique entre les fagacées et le maïs, je ne sais pas grand chose mais quand même, en revanche, de tels transferts seraient ils possibles entre le maïs et une autre graminée ?

Anonyme | 07 novembre 2008 à 18h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Re:Re:entre ignorance et finance

Bonsoir Laurent.
Merci de ce très interessant témoignage.Mais, quelle est la différence essentielle entre les ogm et les pgm ? Merci.

chris | 07 novembre 2008 à 20h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Re:Re:entre ignorance et finance

Refuser le "risque" que présentent les PGM ? Et que fait-on du risque que présentent les plantes non-OGM ?
Il est plus important encore !

Il suffit de réfléchir un peu pour deviner qu'un génome subit plus de modifications non-souhaitée lorsqu'on attends qu'une mutation, au gré du hasard, provoque l'apparition du trait recherché que lorsqu'on insère directement le trait recherché.

Toute cette psychose autours des OGM vient du fait que les consommateurs n'ont pas la moindre idée de ce qu'ils consomment, ni de ce qu'est la création variétale, ni l'agriculture.
Ils ne se rendent pas compte que toute nouvelle variété présente des risques potentiels, et qu'une nouvelle technique peut limiter ces risques potentiels.

Si la transgénèse a tant de succès, c'est précisément parceque c'est la technique la plus fiable et maitrisée qu'on ait pour obtenir une nouvelle variété.
En transgénèse, on sait quelles modifications on opère sur le génome en question. On ne peut pas prévoir toutes les conséquences qu'elles auront, mais on sait au moins ce qu'on a modifié.

En création variétale classique, non seulement on en a strictement aucune idée, mais en outre ces modifications du génome sont d'une toute autre ampleur : au lieu d'opérer la modification que l'on souhaite avoir, on fait des modifications complètement au hasard jusqu'à ce qu'on obtienne la bonne.
Résultat : des génomes modifiés de façon inconnue et non-maitrisée, et des effets non-souhaités plus nombreux :
http://www. pnas.org/content/105/9/3640.abstract
http://www. bulletins-electroniques.com/actualites/053/53818.htm

La position des anti-OGM est aussi peu rationnelle que celle des anti-vaccin, qui refusent tout vaccin de peur d'effet secondaire néfastes, même quand le bénéfice obtenu est grand (prévention d'épidémies par exemple).

Ryuujin | 10 novembre 2008 à 09h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re échanges extraspécifiques de gènes

Ils sont théoriquement possibles, mais concrètement on en observe pas, même pas entre espèces plus proches.

Ces phénomènes ont probablement lieu, mais pas à l'échelle du champs ; il existe des bactéries et des virus qui peuvent transférer accidentellement de courtes séquences d'ADN d'une cellule à l'autre.
Mais pour que cela créé un flux de gènes réel, il faudrait que ce vecteur tombe pile sur la séquence de l'insert parmis des centaines de millions d'autres, que la cellule réceptrice soit précisément une cellule germinale, destinée à devenir un gamète, que cette cellule ne soit pas endommagée par le vecteur (virus ou bactérie pathogène...), et qu'elle donne naissance à un des rares gamète male ou femelle donnant effectivement une graine.

Si toutes ces conditions sont réunies, on obtient une graine.
Il faut encore qu'elle soit viable et qu'elle germe dans un endroit propice.
On aurait alors UNE plante d'une autre espèce porteuse de l'insert.
Il faut encore qu'elle ne meure pas avant d'être fertile (notamment, qu'elle ne soit pas détruite lors d'un desherbage) pour qu'elle puisse elle-même faire des graines.

Vous avez plus de chances de gagner à la lotterie que de voir ce genre de chose arriver dans votre région.

Et au final, on a une mauvaise herbe OGM. Il faudrait encore pour poser un problème qu'elle soit tellement meilleure que ses conccurentes qu'elle puisse proliférer. Ce n'est pas particulièrement le cas des OGM actuels qui ne confèrent pas des avantages énormes à l'échelle de l'individu.

Ryuujin | 10 novembre 2008 à 09h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:entre ignorance et finance

En effet, vous êtes plutôt dans le flou.

Vous soulevez deux craintes :
- la crainte d'effet sur la santé, même à des doses homéopathiques.
Tout d'abord, il y a eu plusieurs dizaines d'études sur la toxicité des maïs OGM ; aucune n'a montré le moindre effet nocif.
Même les études réalisées par des militants anti-OGM comme Seralini ou Malatesta ne montrent absolument rien de probant. Elles se contentent d'utiliser des protocoles plus ou moins maladroits, de conclure qu'elles ne trouvent rien, et que donc on ne peut pas exclure qu'il y ait quelque chose.
Et il s'agit là d'effets à des doses élevées (par exemple, des rats qui ne consomment QUE des OGM). Donc pour les OGM commercialisés actuellement : pas d'effets visible sur la santé à haute dose.
Pour le parallèle avec l'homéopathie, vous avez été désinformé par la publicité d'une grande entreprise pharmaceutique qui a trouvé un filon très juteux.
Les "remèdes" homéopathiques correctement testés (cad en double aveugle) n'ont pas eu plus d'effets qu'un placebo.
Le fait est que les maux que l'homéopathie cible sont des maux bénins qui guérissent d'eux même, et qui peuvent guérir plus rapidement lorsqu'on croit prendre un médicament, lorsqu'on reçoit plus d'attention etc...
Il n'y a actuellement aucune preuve que l'homéopathie est autre chose qu'un placebo. Et heureusement ! si l'effet d'un poison pouvait être amplifié à faible dose, pourrions-nous boire de l'eau du robinet ?!?

- la peur de la dissémination. Je vous invite à y réfléchir un peu. Les agriculteurs cultivent plusieurs centaines de variétés différentes de maïs. A certains endroits (notamment à Oaxaca, une des zones dont le maïs est originaire) il y a plusieurs centaines de variétés cultivées vraiment côte à côte, sur très peu d'espaces.
Tous ces champs échangent du pollen : pour chaque variété, il y a des "contaminations" par d'autres variétés etc...
Est-ce que cela a jamais posé un problème ? Est-ce qu'une variété a contaminé toutes les autres et les a fait disparaitre ?
Non. Les gènes ne sont pas des virus : ils ne transforment pas par magie tout ce qu'ils touchent. Lorsqu'un grain de pollen OGM arrive sur une fleur femelle de maïs et la féconde, il donne une graine hybride OGM/non-OGM. Sur un épis.
Cette graine a très peu de chance d'être semée ; la quasi-totalité des grains de maïs sont mangés, et non semés.
Si elle est semée, elle donnera naissance à une plante hybride, qui si elle pousse aussi bien que les autres (dans les faits, ce n'est généralement pas le cas) donnera du pollen.
La moitié de ce pollen sera OGM, et l'autre moitié non-OGM.
Concrètement, qu'est-ce que ça fait ? Cela fait qu'un champs a une certaine inertie, une certaine tendance à ne pas laisser proliférer des éléments d'une autre variété.
Lorsqu'il y a eu une "contamination" du maïs non-OGM d'Oaxaca par du maïs BT en 2000, elle a spontanément disparu en 2004.
Donc en gros, ce que l'existance de cette dissémination fait, c'est que dans la production d'un champs, on va retrouver un certain pourcentage de graines hybrides, résultant de la pollinisation de fleurs femelles par du pollen de champs voisins.
Ce pourcentage sera d'autant plus faible que les champs seront isolés (par une certaine distance, par des haies etc...).
Donc oui, il y aura des traces. Mais en quoi est-ce un problème ?


Il y a un dernier truc particulièrement important, et que tu ignores peut être.
D'où penses tu qe les variétés non-OGM viennent ? Quel âge crois-tu qu'elles ont ? Comment sont-elles obtenues ?

Pour obtenir une variété OGM résistante à un virus par exemple, on insère le gène de résistance au virus dans son génome, en un point qu'on ne peut pas choisir, mais qu'on peut contrôler à postériori (en gros, l'insert se place aléatoirement dans le génome, mais on peut savoir où).
On modifie le génome de la nouvelle variété en un point.
On sait ce qui a été modifié. Mais on ne peut pas prévoir tous les effets que cette modification pourra avoir.

En création variétale classique, celle d'où viennent tous tes aliments non-OGM, on ne modifie pas directement le génome : on attends qu'une mutation le modifie.
Donc concrètement, lorsqu'on a une nouvelle variété résistante à un virus, c'est parcequ'une mutation a modifié le génome et fait apparaitre un gène de résistance au virus.
On ne sait généralement pas où est cette mutation, en quoi elle consiste etc.
On ne sait donc pas ce qui a été modifié, et on ne peut pas non plus prévoir l'impact que ça aura.

Quelle est la différence avec la transgénèse ?
Il y a exactement les mêmes risques potentiels !!

Mais ce n'est pas fini.
En transgénèse, on sait ce qu'on veux modifier, et on le modifie directement.
En création variétale classique, on ne sait pas : on attends qu'une mutation aléatoire fasse le boulot.

Mais à ton avis, il y a combien de mutations non-souhaitées qui ont lieu avant qu'on ait celle qu'on veut ?
On a 20 000 gènes, et on en modifie au pif jusqu'à ce qu'on tombe sur 1 gène précis. Combien de gènes sont inutilement modifié ? Aucune idée.
Lesquels ? Aucune idée.

Au bilan : les génomes des nouvelles variétés non-OGM sont plus modifiés que ceux des variétés OGM, d'une façon moins maitrisée (puisqu'on ne sait pas ce qui a été modifié), et avec des effets non-souhaités plus importants.

De quoi faut-il vraiment avoir peur ?

Ryuujin | 10 novembre 2008 à 10h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Pourquoi tant de violence ...

messieurs les chercheursindustrieux ? Pourquoi souhaitez-vous TANT nous IMPOSER les OGM ???
Quels sont les intérêts respectifs du secteur agroalimentaire, de Greenpeace et des différentes associations dans le combat pour ou contre ?
L'imbécile ignorante que je suis ne demande somme toute qu'une chose : ne prendre aucun risque irréversible pour notre CHERE planète et nos enfants.
Sachons que la technique OGM, qui consiste à introduire dans, par exemple, une plante, un gène ou l'on a inséré un insecticide ou un antibiotique n'a rien à voir avec les techniques de greffe utilisées jusqu'à présent ! Quand à l'intérêt sur les problèmes de faim dans le monde, renseignez-vous également sur les politiques, le système alimentaire et de culture de ces pays !

Mauvaise élève | 12 février 2009 à 12h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Pourquoi tant de violence ...

N'inversez donc pas les rôles ; ce ne sont pas des chercheurs qui veulent imposer les OGM (d'ailleurs, il n'y a pas de "chercheurs industrieux" francais dans ce débat à ma connaissance ; ils sont tous universitaires, et fonctionnaires).

Ce sont des agriculteurs qui souhaitent en cultiver, et des consommateurs qui veulent à tout prix le leur interdire.
Je vous retourne donc la question : pourquoi souhaitez vous autant interdire aux agriculteurs de cultiver des OGM !!

Les intérêts du secteur agro-alimentaire sont nuls ; il n'y a pas sur le marché d'OGM qui influe sur les propriétés organoleptiques (gout, texture etc...) des produits. Les intérêts du secteur agro-alimentaire est plutôt de flatter le consommateur dans le sens du poil.

L'intérêt des OGM actuellement sur le marché est pour la filière semencière (qui récupère une partie du marché des producteurs de pesticides, à leurs dépends) et pour les agriculteurs (à qui ils permettent d'utiliser moins de pesticides à production égale).

L'intérêt des associations type Greenpeace est toujours le même : faire du bruit pour se faire connaitre, et récolter le plus de dons possible. qu'il s'agisse d'OGM, de nucléaire etc...etc... la politique de Greenpeace est relativement simple ; diffuser un maximum d'informations choquantes, inquiétantes etc... pour attirer un maximum de gens dans son giron. Quitte à diffuser des informations fausse, ce qui est très fréquent (surtout en matière d'OGMs).

Ces associations pseudo-écologistes qui ne font en fait que de la communication sont des marchands de peurs, ni plus ni moins.
Certaines peurs sont rationnelles et nécessaires, d'autre beaucoup moins.


"L'imbécile ignorante que je suis ne demande somme toute qu'une chose : ne prendre aucun risque irréversible pour notre CHERE planète et nos enfants."

C'est totalement impossible, à moins de retourner à une vie animale.
Par contre, on peut essayer de limiter la casse en remplacant des techniques aléatoires par des techniques mieux maitrisées.

Et le plus comique dans l'histoire, c'est que c'est ainsi qu'est née la transgénèse ; cette technique dont la majorité imagine qu'elle est risquée, voire dangereuse est pourtant un gain de sécurité par rapport aux pratiques qu'elle remplace.


Vous saviez que les variétés (non-OGM) que vous mangez changent très régulièrement ? Vous savez comment on fait pour obtenir une nouvelle variété (non-OGM) plus productive, plus résistante aux insectes etc...etc...?

On appelle cela la "création variétale" ; c'est une énorme filière qui chaque année propose de nouvelles variétés aux agriculteurs pour leur permettre de ne pas être dépassés par la nature, qui elle aussi évolue constamment. Pour vous donner un ordre d'idée, rien qu'en France, c'est quelque chose comme 800 nouvelles variétés qui sont proposées chaque année à l'homologation.

Plus généralement : avez-vous une idée de ce que vous mangez ? D'où ça vient ? Comment fait l'homme pour pouvoir choisir ce qu'il mange alors que la très grande majorité des animaux se contente de ce qu'elle trouve ?

C'est quoi l'agriculture ?

Je vous invite à réfléchir un peu au contexte dans lequel nous vivons : un "risque" n'a de signification qu'au sein de ce contexte.

Ryuujin | 12 février 2009 à 13h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
noyautage

manifestement, L'EFSA est partial . D'accord pour la création d'une agence indépendante comprenant des associations et des membres de la société civile totalement indépendants des industries semencières et chimiques et totalement transparente. On pourrait également pondérer les votes de ceux qui sont liés financièrement à ces sociétés par un facteur 1/4 compte tenu de leur partialité probable. Nul ne mord la main qui le nourrit

antoine11 | 26 février 2010 à 08h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Inversons les termes

Invitons les cultivateurs d'ogm à éviter de polluer les autres filières de production végétales, les insectes utiles et à eux de prouver qu'ils n'ont pas contaminé les autres cultures de plus de 0,1 %. Bien évidement ils doivent mettre en place des coopératives spéciales pour traiter collecter et stocker leurs produits et éviter ainsi de polluer les autres productions. Et enfin ils doivent veiller à ramasser le moindre grain de mais qui pourrait tomber dans les champs des autres agriculteurs. A charge pour eux en cas de pollution de réparer les dégâts causés. Tous les producteurs d'ogm seraient déclarés solidaires des réparations des pollutions accidentelles occasionnées par leur activité.

antoine11 | 26 février 2010 à 08h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…