Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'absence de réponse à la hauteur des défis environnementaux coûtera cher selon l'OCDE

Une analyse de l'OCDE sur les différentes études relatives aux coûts de l'inaction rappelle les conséquences économiques que pourrait engendrer un manque d'ambition en matière de protection de l'environnement.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Alors que la crise économique et financière fait craindre un ralentissement des investissements dans la protection de l'environnement, l'organisation de coopération et de développement économique (OCDE) publie une analyse de plusieurs études dédiées aux coûts de l'inaction. La publication révèle que l'absence de mesures ou l'introduction de mesures qui ne sont pas suffisamment ambitieuses peut engendrer des coûts économiques considérables.

Ainsi, l'OCDE rappelle que les estimations des coûts économiques du changement climatique récemment réalisées peuvent atteindre 14,4 % d'équivalent de perte de consommation par habitant lorsque les impacts marchands et non marchands sont pris en compte. En effet, la baisse des rendements agricoles, l'élévation du niveau des mers et la prévalence accrue de certaines maladies infectieuses sont de nature à perturber considérablement les économies. Pour l'OCDE il ne fait guère de doute que le changement climatique pourrait avoir des conséquences très importantes pour l'économie mondiale et en particulier dans les pays non membres de l'OCDE.

La pollution atmosphérique aura elle aussi des conséquences économiques du fait qu'elle peut entraîner une baisse des rendements agricoles, une dégradation du capital physique et des répercussions plus générales sur la santé des écosystèmes. Selon une étude européenne, le fait de ne pas appliquer la « Stratégie thématique sur la pollution atmosphérique » de la Commission représenterait un coût de quelque 0,35 à 1 % du PIB de l'UE25 en 2020.

Les impacts liés aux activités industrielles telles que marées noires et contamination des sols peuvent déjà donner lieu à des coûts de l'inaction non négligeables. L'expérience acquise en Europe et aux États-Unis montre que la dépollution ou la remise en état d'écosystèmes endommagés peut coûter plusieurs milliards d'euros.
C'est le cas également des catastrophes naturelles même si elles ne sont pas totalement attribuables à des facteurs environnementaux. La Banque mondiale a ainsi estimé que le coût des catastrophes naturelles pouvait représenter pas moins de 13 % du PIB annuel pour les pays les plus pauvres.

La gestion non durable des ressources naturelles aura également des répercussions économiques majeures : une étude réalisée en 2005 a par exemple conclu qu'une gestion inefficiente des pêcheries de thon rouge de l'Atlantique risquait d'entraîner une baisse des rendements représentant une valeur actualisée de 1 à 3 milliards USD.

Des études encore incomplètes mais éloquentes

Si ces études traduisent en valeurs financières la dégradation des écosystèmes, elles n'en restent pas moins difficiles à réaliser. Des incertitudes et des difficultés méthodologiques ne permettent pas d'estimer précisément le coût de l'inaction : certains coûts sont d'ores et déjà répercutés directement dans les dépenses des pouvoirs publics ou sur les marchés même s'ils ne sont pas directement perçus comme des coûts de l'inaction à proprement parler. C'est le cas par exemple des effets de la contamination des sites sur les prix de l'immobilier dans le voisinage, des répercussions de la pollution de l'air sur les rendements agricoles ou encore du coût de l'assurance dommages dans les zones côtières.

L'OCDE fait également preuve de prudence en rappelant que ces estimations ne permettent pas de hiérarchiser les domaines dans lesquels il est nécessaire de renforcer les politiques environnementales existantes ou d'en mettre en place de nouvelles. L'organisme estime que cela devra passer par une comparaison des coûts liés à l'inaction avec ceux liés à l'action.

Il n'en demeure pas moins que ces estimations aussi incomplètes soient-elles sont suffisamment éloquentes et démontrent que des politiques de l'environnement insuffisamment rigoureuses dans certains domaines peuvent agir comme un frein puissant à la productivité et à la croissance économique.

Réactions3 réactions à cet article

 
argent trop cher,trop grand...

il me font rigoler avec le pib la croissance etc ,ou les scientifiques disent vrai et alors le pib ,le cac 40 et toutes ses valeurs ne voudront plus rien dire puisque les dégats climatiques seront tels que c'est l'existence même de notre société(qui soit dit en passant éprouve les pires difficultés a ce remettre en question) qui sera en jeu ,le tout et de savoir combien de temps on dispose pour essayer de s'y preparer.

lionel gaulier | 08 novembre 2008 à 12h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 
nous savons tous et pourtant nous ne faisons rien

Ce rapport est éloquent, mais on reste inerte devant l'ampleur de la tâche. Pourtant nous avons les solutions techniques pour vivre durablement sur notre planète. Faudra t'il attendre le choc pour réagir?

mcsolard | 13 novembre 2008 à 13h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:argent trop cher,trop grand...

Les risques et les conséquences du réchauffement climatique sont avérés (cf. rapports du GIEC). Il est même noté qu'il y a des risques d'accélération du réchauffement "probables" ex: nappe de CH4 enfouies dans l'océan. Ce gaz à effet de serre est 120 fois plus puissant que le CO2.

Il est facile d'imaginer l'impact sur des pays pauvres :
-la montée des températures va augmenter la prolifération des vecteurs de maladie : le moustique par exemple. Ceci induit plus de médicaments, d'interventions etc.
-La hausse du niveau de la mer induit des migrations de populations (100 millions...). Ceci induit des constructions d'infrastructures d'acceuil etc. Certains Etat savent qu'ils vont disparaître : l'île Etat TUVALU.

Nous savons comment agir : réduire nos emissions de gaz à effet de serre : le particulier en émet 50%!!! et oui.. (cf ADEME)
-25% par le transport
-25% par son habitat.
Pour le transport faire du covoiturage pour le travail. Utiliser le train et les transports en commun, adopter une conduite souple, vérifier la pression des pneus...
Pour l'habitat il faut savoir que 72% des émissions sont dues au chauffage. C'est pour ces raisons que les reglementations thermique 2005, Batiments basse consommation (obligation 2012 pour les particuliers et 2010 pour les établissements publics)ont pour objectif de diminuer voir annulé les besoins de chauffage (habitat passif : chauffage

Dreadyboy | 20 décembre 2008 à 13h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager