En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Emballages en verre : l'Ademe appuie le développement de la consigne

Deux études de l'Ademe confirment l'intérêt des emballages consignés. La première montre qu'ils sont avantageux en termes d'environnement et de coût. La seconde que les Français sont demandeurs.

Déchets  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com

Globalement, les emballages en verre consignés présentent des avantages en termes d'environnement et de coût. Par ailleurs, les consommateurs sont prêts à y adhérer, que ce soit par conviction environnementale ou intérêt économique. Telles sont les principales conclusions de deux études publiées le 22 novembre par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe).

La première étude est une analyse de dix dispositifs de réemploi-réutilisation d'emballages ménagers en verre qui représentent une variété de modèles : anciens ou expérimentaux et avec ou sans incitation financière. "Tous ont été évalués, au travers d'une analyse technique, environnementale, économique et sociale et comparés avec des emballages à usage unique", explique l'Ademe. La seconde étude est une enquête menée auprès de consommateurs dans des points de vente.

Le nombre d'utilisation est un facteur crucial

Que ce soit au travers du programme national de prévention des déchets 2014-2020 ou de la loi relative à la transition énergétique, la France s'est fixée des objectifs de réduction des déchets. Dans ce contexte, "le réemploi - réutilisation des emballages ménagers de boissons en verre est apparu (…) comme une priorité à étudier et à expérimenter", explique l'Ademe. Sa première étude "révèle que les dispositifs de réemploi d'emballages ménagers en verre présentent, sous certaines conditions, un impact moins important sur l'environnement et un coût sur l'ensemble du cycle de vie plus avantageux que les systèmes utilisant un emballage verre à usage unique".

Concrètement, l'étude montre que le principal impact environnemental est lié à la fabrication des bouteilles en verre. Cette étape contribue dans une proportion comprise entre 36% de l'impact total (hors recyclage), pour le dispositif de la brasserie Meteor, et plus de 70%, pour le dispositif "J'aime Mes Bouteilles". Ces résultats dépendent essentiellement de quelques paramètres clés. Le premier est le nombre de réutilisation des bouteilles. "Plus le nombre d'utilisations augmente, plus le nombre de bouteilles à fabriquer pour contenir 1.000 litres est faible", rappelle l'étude. Le deuxième est le lavage : sans surprise, l'impact est essentiellement lié à la consommation d'eau. Outre l'aspect lié à l'eau, l'impact du lavage dépend de l'énergie utilisée pour la laveuse et du nombre de réutilisations.

L'étude estime que les systèmes de consigne les plus performants peuvent réduire de 65 à 85% l'impact environnemental global de l'emballage. C'est le cas du système mis en place par Meteor qui permet de réutiliser plus de 16 fois la même bouteille. En outre, l'étude pondère ces résultats en fonction du transport. Si la distance entre l'unité de conditionnement et le magasin est de 200 km, il faut 12 à 14 utilisations pour que la consigne soit plus performante. Avec une distance de 1.000 km, 20 utilisations sont nécessaires. En revanche, avec une distance de 1.800 km, le système avec consigne n'est pas plus performant que le système sans consigne. Quant au coût de l'emballage, il est très variable et globalement inférieur, à l'emballage jetable. Dans le meilleur cas, il peut être divisé par deux, comme le montre l'exemple de Meteor (256 euros pour 1.000 litres, contre 517 euros avec des bouteilles jetables).

La consigne est insuffisamment développée

L'étude de l'Ademe liste aussi des freins techniques. Les principaux sont la multiplicité des modèles de bouteilles, la conception qui ne permet pas toujours la ré-employabilité (modèles peu résistants aux chocs et à l'usure) et l'usage d'étiquettes ne partant pas au lavage. A cela s'ajoutent des contraintes organisationnelles : manque de place disponible et de moyen humain, ainsi qu'enjeux de partage de la valeur. Ces contraintes pèsent "en particulier pour une collecte en grandes et moyennes surfaces, qui constitue un levier important de développement".

La seconde étude confirme que les consommateurs "sont prêts à adhérer [à la consigne], soit par conviction (…), soit par intérêt économique". La consultation préalable à la Feuille de route sur l'économie circulaire (Frec), avait déjà montré l'appétence des Français pour ces dispositifs. Ces résultats font dire à l'Ademe que "la collecte du verre pour réemploi est encore insuffisamment développée vis-à-vis des particuliers au regard de leur attente". Aujourd'hui, la consigne est essentiellement développée dans les cafés, restaurants et hôtels. L'agence estime qu'un développement dans les points de vente aux particuliers permettrait de massifier les volumes et d'optimiser ces dispositifs.

"Les porteurs de projets (metteurs sur le marché ou autres entreprises/associations) sont les premiers à pouvoir engager une véritable dynamique", prévient l'Ademe. Elle leur recommande d'impliquer les différents acteurs concernés, d'assurer la maîtrise de la chaîne de valeur de l'organisation, ou encore d'internaliser et/ou de mutualiser les moyens de lavage. Bien sûr, les acteurs publics territoriaux peuvent aussi soutenir la consigne, notamment en intégrant la question dans leurs politiques et en favorisant la synergie entre les moyens des acteurs et des territoires.

Réactions2 réactions à cet article

 

C'est Citéo qui va apprécier!

Nicolas | 27 novembre 2018 à 02h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonne nouvelle !!! J'aime lire ce genre d'articles :-)

La Fée des Ronds | 27 novembre 2018 à 10h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…