Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Baie de Saint-Brieuc : premières études de levée des risques sur le site du projet éolien offshore

Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

Le consortium mené par Iberdrola et Eole-Res a lancé deux campagnes d'étude géotechnique et géophysique sur le site du projet éolien en mer de la Baie de Saint-Brieuc, comme le prévoit le cahier des charges de l'appel d'offres ("levée de risque"). Pour rappel, le consortium a remporté l'un des quatre parcs sélectionnés en avril dernier par les pouvoirs publics.

Ces études permettront de "parfaire le dimensionnement de l'installation et le design de fondations et confirmer les modes d‘installation en mer des éléments du futur parc éolien", indique le communiqué de presse. L'étude géophysique, qui a démarré fin août et devrait durer 45 jours, renseignera sur la topographie et la composition des fonds marins du site. L'étude géotechnique, lancée le 16 septembre 2012 pour une durée de 35 jours, permettra de caractériser, grâce à des carottages, le sous-sol du site.

Parallèlement, la société Ailes marines, créée par le consortium pour développer cette ferme éolienne, a signé une convention de collaboration avec les représentants de la pêche, afin de les associer à chaque étape du projet, de son développement à son démantèlement.

Réactions5 réactions à cet article

 

Un projet éolien dans la Baie de Saint-Brieuc.
Un projet d'implantation d'une centaine d'éoliennes au large dont l'achèvement est prévu en 2018, si les amoureux de ce site ne réagissent pas.
Les éoliennes s'élèveront à 17 km au large du Cap d'Erquy sur 80 km² déjà exploités pour les produits de la mer. (Coquille Saint Jacques)
Leur hauteur au-dessus du niveau de la mer sera de 170 mètres (de la base au niveau de la mer jusqu'au bout des pales).
Je comprends très bien que cette (bonne) nouvelle ne puisse que réjouir les inconditionnels…

Tireman | 10 octobre 2012 à 13h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A 17 Km, pensez vous que cela soit significatif du point de vue paysager ?
80 Km², rapporté à quelle surface de pêche ?
Pourtant des reserves naturelles sont bien mises en place, où les l'absence d'exploitation permet la régénération des ressources.

Pas d'éolien au sol parce que c'est pas beau et que ça fait tourner le lait des vaches, par non plus en mer parce que c'est horrible et que les pêcheurs sont spoliés de leur outil de travail.

On en mettrait sur Mars que vous diriez que l'on spolie les astronomes.

Je veux bien que vous stockiez déchets nucléaires ou CO2 capté, quand il le sera, dans votre jardin.

krakatoe | 12 octobre 2012 à 10h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

De demander que soient misent en œuvre des ENR UTILES et EFFICASSES, est-trop ?
De refuser le saccage de nos rivages et de nos campagnes, cela implique-t-il que nous sommes obligatoirement "d'horribles pro-nucléaires" ?
Je connais particulièrement bien la baie de St Brieux, de cette ville jusqu'au Cap Fréhel, pour y avoir souventes fois navigué à la voile.
Et croyez-moi, de savoir cet endroit saccagé me met dans une fureur noire !!!
Quand à l'excuse des 17 km, laissez-moi rire !
Les éoliennes plantées à Longeville-sur-mer, qui ne font "que" 140 m de hauteur, ce voient comme le nez au milieu de la figure depuis la pointe des Baleines, sur l'Ile de Ré, à une distance de 20 km, comme en témoignent les photos que j'ai publiées sur Panoramio !!!
De plus, il faut savoir que Longeville-sur-Mer est une commune littorale (normalement) astreinte aux contraintes de la loi Littoral.
Alors, veuillez me le pardonner, mais c'est NON !!!
D'autres solution existent, moins polluantes, et plus efficaces.

Tireman | 12 octobre 2012 à 10h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Personne ne dit que les éoliennes ne se voient pas.
Je regrette que, encore une fois, de ne pas trouver d'arguments dans votre discours et qu'il faille croire votre ressenti sur parole.
Vous avez navigué dans la baie de St Brieuc. Fort bien.
Vous ne répondez pas à mon argumentation sur la surface relative occupée par ce projet de parc éolien.
Vous dites qu'on voit les éoliennes de l'ile de Ré, je ne vous contredit pas sur ce point. Par contre, "comme le nez au milieu de la figure", je pense que cette comparaison est hors de propos. Que vous soyez obnubilé par elles, et ne puissiez penser à rien d'autre, c'est possible en revanche. Mais pas universel.
Et comme tout argument, pour compléter votre propos, vous brandissez le terme "saccagé". Sans davantage argumenter.
Bon.
En attendant, vous prônez des ENR utiles et efficaces.
Utile et efficace : je traduis comme qui produisent de l'énergie en quantité non négligeable, prévisible et propre. Il y a l'hydraulique (et encore,on a noyé maintes vallées et fortement capté les cours d'eau pour cela), le photovoltaïque (beaucoup de surface par MW installé pour des centrales significatives, sur les toits, ok) et l'éolien.
Vous qui connaissez bien la côte, les TAC (turbines à combustion) en Bretagne notamment et qui assurent en conso de pointe, nécessitent moins de tourner lorsque les éoliennes les remplacent. Vous n'ignorez pas combien la Bretagne est fragile électriquement...

Pouvez vous détailler les ENR alternatives que vous prônez ?

krakatoe | 12 octobre 2012 à 19h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mais c’est bien sût, mon cher krakatoe.
Vous me dites :
« Que vous soyez obnubilé par elles, et ne puissiez penser à rien d'autre, c'est possible en revanche. »
En gros, vous me conseillez de regarder ailleurs ?
Et pourquoi pas, de m’équiper de cet appendice que l’on collait aux chevaux de labour qui portait le nom d’œillères ???
Notez que c’est une solution, je n’en disconviens pas.

Pour ce qui est des exposés techniques concernant l’inutilité et la nuisance des éoliennes, comme de l’exposé des solutions qui seraient possibles, veuillez taper « éoliennes » dans le moteur de recherche de ce site, et vous y trouverez toutes les interventions où j’ai déjà longuement développé à ce sujet.
Veuillez m’excuser si les « redites » me fatiguent, je préfère désormais agir sur le terrain, c’est plus efficace.

Je me contente ici de quelque post pour rappeler qu’il est des gens qui se refusent à admettre le saccage de nos paysages, ne vous en déplaise.

Cordialement.

Tireman | 15 octobre 2012 à 14h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Collectivité, propriétaire : votre site peut-il accueillir un projet EnR ? RES