En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Europacity : l'Etat demande à mieux maîtriser les enjeux environnementaux

Aménagement  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
Europacity : l'Etat demande à mieux maîtriser les enjeux environnementaux

Le promoteur du projet de complexe géant de loisirs et de commerces EuropaCity (Val-d'Oise) négocie actuellement une convention d'engagement avec l'Etat pour améliorer les aspects environnementaux et commerciaux du projet. Le 31 août, le promoteur Alliages et Territoires (coentreprise de Ceetrus (ex-Immochan) et du chinois Wanda) a confirmé à l'AFP ces informations révélées par le journal Le Monde.

Le ministère de la Cohésion des territoires a profité du renouvellement cette année de l'accord entre l'aménageur public Grand Paris Aménagement et le promoteur pour demander à ce dernier d'améliorer son projet sur les questions environnementales "afin de maîtriser l'empreinte carbone et la consommation du sol". "Cette attention accrue devrait signer la fin du projet de parc des neiges, l'un des éléments les plus énergivores et les plus contestés du programme", indique Le Monde. La mise en place d'une piste de ski artificielle est en effet fustigée par les écologistes. Grand Paris Aménagement demanderait aussi que la production et la consommation d'énergie d'EuropaCity, comme ses espaces de stationnement, "soient mutualisés à l'échelle de toute la ZAC." Le projet devrait aussi ouvrir avec un nombre limité de boutiques. Cette convention avec l'Etat "est en discussion sur les prochains mois pour améliorer ce qui peut l'être", a déclaré à l'AFP Benoît Chang, directeur général d'Alliages et Territoires.

Le projet contesté d'Europacity de 80 hectares et de 3,1 milliards d'euros est prévu pour 2024 dans le triangle de Gonesse. Le 19 juillet 2018, le commissaire enquêteur a émis un avis favorable sur l'utilité publique de l'opération projetée et sur les acquisitions foncières nécessaires à sa mise en œuvre. Son avis est intervenu après l'annulation de l'arrêté de création de la ZAC par le tribunal administratif le 6 mars dernier – et pour laquelle l'Etat avait fait appel le 4 mai. Selon Le Monde, l'arrêt de la cour administrative d'appel n'est pas attendu avant le second semestre 2019.

Les opposants au projet restent sceptiques aux annonces du promoteur. "Pour la énième fois, il est demandé aux promoteurs d'EuropaCity de ‘revoir la copie'", a souligné Bernard Loup, président du Collectif pour le Triangle de Gonesse, "mais, même revu à la baisse, un centre commercial nécessite d'immenses halls, des parkings, des espaces climatisés, des galeries marchandes, donc l'artificialisation des sols". Le collectif "Europas du Tout" a, lui, salué "un premier pas de l'Etat pour les commerçants" tout en réitérant sa demande d''abandon" du projet.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…