En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Directive Eurovignette : son verdissement ne profitera qu'à l'Allemagne et à la France

Le verdissement de la directive Eurovignette coûtera plusieurs milliards d'euros à l'économie européenne, affirme l'Union internationale du transport routier (IRU) dans une étude publiée en pleine reprise des négociations sur ce texte.

Transport  |    |  Victor Roux-Goeken  |  Actu-Environnement.com
   
Directive Eurovignette : son verdissement ne profitera qu'à l'Allemagne et à la France
   
Internaliser les externalités négatives générées par les poids lourds - embouteillages, pollutions atmosphérique et sonore - coûtera de 5 à 414 milliards d'euros en fonction de l'année et des scénarios d'imposition, selon une étude réalisée par le cabinet d'études suisse ProgTrans pour le compte de l'Union internationale des transports routiers (IRU). Cumulée avec les redevances routières déjà acquittées par le secteur, cette mesure ''pèserait sur l'économie de l'UE à hauteur de 20 à 436 milliards d'euros'', assure l'étude publiée jeudi 9 septembre.

Proposé en juillet 2008 par la Commission européenne, le verdissement de la directive Eurovignette doit permettre de moduler les taxes de péages en fonction des heures de pointe, ainsi que de la pollution atmosphérique et sonore des poids lourds. Validée par le Parlement européen en mars 2009, la révision de cette directive est bloquée depuis son examen par le Conseil des ministres des transports le même mois. Un report d'entrée en vigueur de quatre années (2016 au lieu de 2012) avait alors été proposé.

Pays de transit et périphériques s'opposent

Depuis le début, les pays ''de transit'' et les pays ''périphériques'' s'opposent sur ce texte. Une fracture qui resurgit dans l'étude. Ainsi, du fait de leur position centrale sur le réseau routier européen, seules la France et l'Allemagne profiteraient de cette mesure, à hauteur de 43 milliards d'euros. Seize autres Etats membres, parmi lesquels l'Espagne et les Pays-Bas presque systématiquement, ''verraient leur revenu national fortement baisser''. Quant aux neuf restants, ''les conséquences différeraient (…), même si pour la plupart des scénarios et des années, ils enregistreraient de lourdes pertes du revenu national''.

''Le principal défaut de cette étude est de considérer que la demande de transport va être constante, voire en augmentation. Or, quand les transporteurs y sont économiquement incités, ils optimisent tout simplement le remplissage de leurs camions, analyse Michel Dubromel, responsable Transports et mobilité de France nature environnement (FNE). Ce phénomène est d'ores et déjà visible notamment en Autriche et en Allemagne, où de tels péages pour les poids lourds ont déjà été mis en place''.

Baisse des distances, pas du commerce

Ainsi, selon une étude de l'ONG européenne Transport&Environment, ''les augmentations de prix seront absorbées par des gains d'efficacité dans le secteur routier, par exemple par un planning amélioré des itinéraires, des facteurs de charge augmentés ou une réorganisation des localisations dans la chaîne de production et de distribution sur le long terme'', ainsi que par ''un passage à des modes concurrents (transfert modal)''.

''L'effet majeur est la diminution des distances parcourues par les camions et non une réduction du tonnage, ce qui signifie que la taxation routière ne porte pas atteinte au commerce'', conclut T&E.

L'Union internationale du transport routier (IRU) publie son étude au moment où un groupe du travail du Conseil de l'Union européenne planche à nouveau sur une proposition de texte. Le groupe de travail tirera ses conclusions le 22 septembre, discutées ensuite au Conseil des ministres européens des transports le 15 octobre prochain.

Réactions4 réactions à cet article

 
parti pris

Ce titre n'est-il pas un parti pris?
en tout cas cette façon de présenter les informations semble de moins en moins judicieuse.
c'est vrai de façon générale pour l'ensemble des actualités du site...

riva | 14 septembre 2010 à 10h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Demande précision

Bonjour,

Vous serait-il possible de préciser votre propos ? Je serais curieux d'en discuter avec vous.

Cordialement

David Ascher
Directeur de la publication

Ascher | 15 septembre 2010 à 12h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 
un peu court

pourquoi le verdissement de l'eurovignette ne profitera-t-il qu'à la France et l'Allemagne?

accurse | 17 septembre 2010 à 17h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Intox pure et grotesque

Cette étude est irresponsable: dangereuse (France/Allemagne contre le reste de l'Europe...) mais ausis truffée d'erreurs grossières:
- le chiffre de 436 milliards est ridicule: ce serait le coût si toutes les routes d'Europe de la La Laponie à la Creuse était embouteillée comme à Londres aux heures de pointes toute la journée

- les soi-disants bénéfices empochés par les seules Allemagne et France ignorent les gains considérables d'efficacité que constituerait un péage de congestion dans les pays et régions avec de la congestion (on en trouve dans presque tous les Etats)

Conclusion: votre association devrait le voir et dénoncer haut et fort le procédé

veliste | 25 septembre 2010 à 01h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager