En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Eurovignette : le principe ''pollueur-payeur'' bientôt appliqué aux poids lourds

Les ministres européens des Transports ont voté en première lecture un accord politique visant à taxer les poids-lourds quant à la pollution et aux nuisances sonores qu'ils engendrent dans le cadre de la révision de la directive Eurovignette.

Transport  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Après plus de deux ans de discussions, les ministres des Transports de l'Union européenne ont trouvé ce vendredi  15 octobre, à Luxembourg, un accord politique visant à ''internaliser les coûts externes" causés par les poids lourds utilisant les infrastructures routières, tels que la pollution et la congestion, dans le cadre de la révision de la directive Eurovignette de 1999.

Proposé en juillet 2008 par la Commission européenne dans son paquet '' écologisation des transports'', le verdissement de la directive Eurovignette donne  le droit aux Etats membres de moduler les taxes de péages en fonction des heures de pointe, ainsi que de la pollution atmosphérique et sonore des poids lourds. Adoptée en première lecture par le Parlement européen en mars 2009, la révision de cette directive était jusqu'ici bloquée par les 27, la taxe de péage constituant le principal motif de désaccord des pays.

Aujourd'hui, le projet de directive semble être sorti de son immobilisme depuis la reprise du dossier en juillet dernier par la présidence belge de l'UE. Le 15 octobre, un compromis a été voté de justesse, en première lecture, par les ministres européens des Transports alors que l’Espagne et l’Italie notamment y étaient toujours opposées.

Le texte permet aux Etats membres qui le souhaitent d'imposer des frais de péage supplémentaires aux poids lourds pour la pollution et les nuisances sonores qu’ils génèrent. Si les péages actuels coûtent entre 15 et 25 centimes par kilomètre en moyenne pour les poids lourds, les pays membres pourront augmenter leurs tarifs de 4 centimes au kilomètre afin de tenir compte de ces nuisances et réorienter le fret vers des modes de transport moins polluants. En revanche, la taxe forfaitaire pour les embouteillages, proposée en 2008 par la Commission a été enterrée. Les Etats membres pourront finalement, en période de congestion, moduler les tarifs des péages en les majorant jusqu'à 175% aux heures de pointe mais seulement  durant 5 heures par jour.

Des exemptions

L’application non contraignante de cette nouvelle directive, initialement prévue en 2012, concerne les axes transeuropéens élargis aux autoroutes (soit 30.000 km). Il s’agit donc de propositions ''facultatives''. Par ailleurs, le texte ne sera pas étendu à tous les poids lourds de plus 3,5 tonnes, contrairement au vote du Parlement. Les camions compris entre 3,5 tonnes et 12 tonnes ''les moins polluants'' pourront notamment  bénéficier d'exemptions, selon le compromis.  Les véhicules conformes aux normes EURO V et EURO VI  sur les émissions des polluants atmosphériques (NOx, CO,..)  seront exemptés de la redevance ''pendant quatre ans  après que ces normes soient devenues applicables'', précise le Conseil des ministres. Ce qui implique que les véhicules de la classe d'émission EURO VI (en vigueur en 2014) seront exemptés jusqu'au 31 Décembre 2017. Tandis que les véhicules aux normes EURO V (effectives depuis octobre 2009)  le seront  jusqu'au 31 Décembre 2013, avant la mise en application des normes EURO VI.

Côté affectation des recettes : celles-ci générées par l’Eurovignette  ne devront pas obligatoirement servir à des projets liés au développement durable des transports, contrairement à ce que préconisaient la Commission européenne et les parlementaires.

Une position ''frileuse'' des ministres

Alors que le commissaire européen chargé des Transports, Siim Kallas a salué le vote des ministres, l'Union internationale du transport routier (IRU) l'a aussitôt dénoncé vendredi. '' Il est inadmissible que les ministres des Transports de l’UE alourdissent le fardeau fiscal du fret routier sans prévoir de solution pour réduire les externalités alors que ce dernier "ne représente que 10% des usagers de la route", a fustigé Alexanders Sakkers, Président du Comité de liaison de l’IRU auprès de l’UE pour le transport de marchandises.

De  son côté, si Nina Renshaw, directrice adjointe de l'ONG européenne Transport&Environment (T&E), s'est félicitée vendredi de l'accord, elle estime toutefois que ce dernier  ''est encore loin de permettre aux pays d'imputer le coût intégral des dommages que provoque le transport routier de marchandises, y compris la congestion et les changements climatiques''. ''Ne pas s'attaquer au problème de la congestion,  ne pas taxer les camions plus légers de 3,5 à 12 tonnes (…) sont quelques-unes des lacunes laissées par la directive approuvée'',  a-t-elle déploré.

La fédération France Nature Environnement (FNE) a pour sa part dénoncé ''une position frileuse'' des ministres sur ce nouveau texte. Pour Gérard Allard, spécialiste transport de marchandises à FNE, ''si cette révision venait à être adoptée en l’état, conformément à la proposition du Conseil des Ministres, elle induirait au grand maximum une hausse des péages de poids lourds de 4 centimes au kilomètre alors que les externalités réelles du transport routier peuvent être chiffrées à 8 fois plus''.

Toutefois, le projet de directive doit encore être soumis en seconde lecture au Parlement européen qui pourrait à nouveau durcir le texte… L'ONG T&E demande au Parlement de ne pas exempter les véhicules EURO V du champ d'application de la directive. FNE ''compte'' aussi  sur le Parlement européen ''pour qu’il modifie cet avis pris par le Conseil des Ministres et intègre de manière ambitieuse le coût du bruit, de la congestion et de la pollution dans la directive''.

Réactions4 réactions à cet article

 

Encore des grèves en vue par nos chères routiers français....

PPP | 19 octobre 2010 à 10h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La France a eu gain de cause sur son désaccord initial : les recettes pourront ainsi être utilisées comme bon lui semble.
Je ne comprend pas qu'un pays aussi puissant (économiquement ...) ne soit pas à même de prévoir à l'avance l'utilisation de ses recettes. A moins que cela traduise uniquement un manque de transparence.

chocard | 19 octobre 2010 à 13h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je trouve étonnant que l'on crée un événement sur la base d'une directive d'application non contraignante.
En effet, la « directive contraignante » 2008-50 du 21 mai 2008 concernant la qualité de l’air ambiant et un air pur pour l’Europe fixe des valeurs limites aux concentrations de polluants.

« valeur limite » : un niveau fixé sur la base des connaissances scientifiques, dans le but d’éviter, de prévenir ou de réduire les effets nocifs sur la santé humaine et/ou l’environnement dans son ensemble, à atteindre dans un délai donné et à ne pas dépasser une fois atteint ;

Est ce que la santé humaine est un objectif de deuxième ordre nullement contraignant ?
En effet les documents disponibles sur l'aménagement de la Croix de Villeroy (Essonne) indiquent que le nombre de personnes soumises à une pollution au delà des valeurs limites croitra significativement (quelques 500 personnes) et qu'aucune mesure ne sera prise pour y remédier.
----------------------------------------------------------
Très accessoirement j'ai mal à la tête quand je lis :

« un accord politique visant à ''internaliser les coûts externes" causés par les poids lourds utilisant les infrastructures routières, tels que la pollution et la congestion »

dois je comprendre :
coûts.... tels que la pollution et la congestion
poids lourds …. tels que la pollution et la congestion

J'hésite mais je sais aussi que
« ce qui se conçoit bien s'énonce clairement »


Respectueusement
Ergé

ergé | 20 octobre 2010 à 10h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est écrit: "non contraignante, et "les états qui le souhaient"
Gageons quer l'Unostra et la FNTR vont envoyer les camions sour les routes, et pas pour contester la réforme des retraites

oreeat | 21 octobre 2010 à 15h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager