En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Evaluation de l'exposition aux pesticides dans les sols : les nouvelles orientations de l'Efsa

Agroécologie  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com

L'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) vient de publier une nouvelle méthodologie pour évaluer les études qui mesurent le temps nécessaire à la dégradation effective de 50% d'un pesticide chimique et de ses produits de transformation dans le sol (valeur DegT50).

Ce document guide les utilisateurs sur la manière d'obtenir cette valeur lors de l'évaluation des risques conformément au règlement CE n° 1107/2009 du Parlement et du Conseil européens.

Cette méthodologie pourra également être appliquée à d'autres substances libérées dans le sol que les pesticides.

Réactions2 réactions à cet article

 

ce qu'il faudrait qu'ils mesurent se sont les conséquences de l'utilisation des pesticides sur la biodiversité du sol.

lio | 13 mai 2014 à 11h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Lio ils l'ont fait
« Nous avons mesuré tout ce qu'il se passait, en retenant deux indicateurs : la biomasse microbienne, et la population de
lombrics », nous confirme un technicien du CIVC. Bilan final : « Les lombrics sont davantage présents dans le sol en
viticulture durable que dans les vignes cultivées en bio », ajoute-t-il en pointant l'impact de l'usage du cuivre, « dont on connaît
l'effet néfaste ».
Ce résultat rejoint en cela une étude menée en Languedoc-Roussillon et dont les premiers résultats ont été dévoilés cet été : en
17 ans, la population de lombrics a diminué de 65 % dans les vignes cultivées en bio par rapport au conventionnel.

Le journal du jour
L'UNION L'ARDENNA du 22/10/2013

IFT (indicateur de fréquence de traitement)

IFT vigne = plus de 10 (12/14 pour beaucoup)
IFT céréales à paille = autour de 4
IFT mâïs= autour de 2
IFT colza= autour de 6

Vous vous rendez compte madame lio pleinne de vérité toutes faites, la vigne est une des cultures qui supporte le plus de traitements (mesuré par IFT) en conventionnel!!!
Pour info sur les dernières nouvelles (cachèes ,mais on ne se demande pas pourquoi)les passages multiples d'engins lourds n'aiderai pas non plus les lombrics mais le cuivre reste un réel problème à vite solutionner (surtout pour les producteurs bio).
L'oms veut que l'on ne dépasse pas 4kg/ha/ et nous restons à 6kg/ha ce qui est déjà pour certaine cultures bio certaines années insuffisant.

yann | 14 mai 2014 à 10h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…