En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Bisphénol A : l'Efsa adoptera son avis final en novembre, après consultation publique

Risques  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

En avril 2012, à la demande de la Commission européenne, l'Efsa a lancé une nouvelle évaluation sur le bisphénol A. Celle-ci devrait particulièrement étudier les risques pour les populations vulnérables.

L'agence annonce d'ores et déjà qu'elle ouvrira en juillet une consultation publique sur son projet d'avis scientifique. Elle repousse donc l'adoption finale de son avis à novembre 2013, alors qu'elle était initialement prévue pour mai.

A la suite de la publication de deux rapports de l'agence française de sécurité sanitaire (Anses) qui pointait du doigt des effets suspectés pour l'homme, même à de faibles niveaux d'exposition, l'Efsa avait estimé en décembre 2011 qu'il n'y avait pas lieu d'abaisser la dose journalière tolérable.

Des travaux français et européens attendus

Dans le cadre de sa nouvelle évaluation, l'Efsa a rencontré en octobre 2012 des experts des Etats membres afin d'échanger sur les différents travaux en cours, notamment ceux de l'Anses, attendus pour avril, et ceux du Comité scientifique de la Commission européenne sur la santé et les nouveaux risques émergents (SCENIHR) qui portent sur l'évaluation des risques pour la santé humaine de l'utilisation du BPA dans les dispositifs médicaux.
"En février 2012, après un examen plus approfondi des nouvelles études scientifiques, le groupe scientifique CEF a décidé d'entreprendre une réévaluation complète des risques liés à l'exposition au BPA par l'alimentation, en prenant également en considération la contribution des sources non alimentaires d'exposition au BPA", indique l'Efsa.

Pour rappel, la France a déposé en septembre 2012 auprès de l'Agence européenne des substances chimiques (Echa) une proposition de révision du classement du bisphénol A (BPA), en vue d'un classement plus sévère de cette substance en tant que toxique pour la reproduction pour l'homme.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager