Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

« Les plus hauts niveaux d'exigence de la RE 2020 sont atteignables en ayant recours à beaucoup plus de bois »

L'avenir de la construction en bois pourrait se jouer avec la nouvelle réglementation incendie. Dominique Cottineau, de l'UICB, se justifie, en rappelant les avantages environnementaux de ce matériau bio-sourcé parmi les plus courants.

Entretien  |  Bâtiment  |    |  Félix Gouty

Les acteurs de la construction en bois demeurent dans l'attente d'une réglementation « imminente » sur la sécurité incendie, soutenue par le Conseil supérieur de la construction et de l'efficacité énergétique (CSCEE), en amont des Jeux olympiques de Paris, en 2024. Selon Dominique Cottineau, délégué général de l'Union des industriels et constructeurs bois (UICB), cette étape reste cruciale pour mieux représenter l'usage du bois dans la construction. Car s'il reste très ancien, ce mode constructif bio-sourcé possède de nombreux avantages sur le plan environnemental. « Les plus hauts niveaux d'exigence qui ont été traduits et imposés par la RE 2020 sont réalisables et atteignables en ayant recours à beaucoup plus de bois que ce que l'on fait aujourd'hui », explique-t-il.

Grâce à des techniques relativement innovantes, comme la charpente en fermette industrielle, le bois lamellé croisé (CLT) ou son intégration à une mélange de matériaux, le bois peut participer à un modèle de construction moins carboné. « L'avantage du matériau, c'est que sa croissance de l'arbre permet de capter du carbone, a rappelé Dominique Cottineau, à l'occasion du salon Batimat 2022 (voir la vidéo). L'utilisation du bois permet de le stocker en assurant un renouvellement. Tout le bois qu'on utilise aujourd'hui dans le mode constructif français provient de forêts durablement gérées. Ça veut donc dire que lorsqu'un bois est utilisé, il est renouvelé. » #BATIMAT2022

Réactions2 réactions à cet article

 

le CSCEE ,l'UICB,bla , bla , bla , bla,j'ai demandé 2 devis pour une maison à structure en bois de120 m2, c'est 25 % plus cher qu'une maison en brique.Ils sont malins nos spécialistes ...spécialistes de la surfacturation .

Darwin | 07 novembre 2022 à 12h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Oui Darwin , c'est plus cher mais bien plus confortable, et même à énergie positive, étant donné que la chaleur est stockée plus longtemps dans des murs en bois que dans du parpaing, ou de la brique, même bien isolés. Donc la facture énergétique s'en ressent positivement. Mais c'est vrai que les constructeurs sont rares.Pour en revenir au bois d'arbres...il ne faut pas que cette filière transforme notre pays en plantations monogames comme elle a clairement l'intention de le faire avec l'appui de Macron.Non et non. Il faut laisser les friches se transformer naturellement en forêts. Sinon nous connaîtrons le pire du pire.

gaïa94 | 16 novembre 2022 à 19h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]