En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Jean-Louis Etienne s'envole au-dessus de l'Arctique

L'aventurier Jean-Louis Etienne s'envolera en avril pour une traversée du pôle Nord en ballon. Il profitera de cette expédition pour réaliser des mesures en continu (CO2 et champ magnétique) et attirer l'attention sur le recul de la banquise.

Gouvernance  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com
   
Jean-Louis Etienne s'envole au-dessus de l'Arctique
La rozière, ballon hélium mixte air chaud à bord duquel jean-Louis Etienne va embarquer
   
Après avoir atteint le pôle Nord en traîneau (1986), dérivé quatre mois sur la banquise à bord d'un bateau (2002), l'infatigable Jean-Louis Etienne s'apprête à survoler l'Arctique en ballon. Cette nouvelle expédition devrait durer une dizaine de jours. Car si le lieu de départ est connu (archipel de Spitzberg, Norvège), la date du lancement du ballon, la trajectoire effectuée, le jour et le lieu d'arrivée exacts sont suspendus au bon vouloir des vents ! Le ballon devrait décoller en avril et dériver au gré des vents sur plus de 3.500 km.

Cette aventure lie à la fois démarche scientifique et projet pédagogique. Le survol de l'Arctique permettra de recueillir quatre types de mesure. Les concentrations de gaz carbonique vont être mesurées en continu et devraient permettre à des scientifiques, via des modélisations, de déterminer les origines des concentrations observées. Jusque-là, ce type de mesure était effectué par avion, par satellite ou à partir de stations d'observation. Une sonde de mesure miniaturisée placée sous la nacelle transmettra les données à l'équipe du Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (CEA CNRS).
La quantité de particules acheminées par les courants atmosphériques sera également mesurée. Ces résultats seront mis à disposition des classes du projet Calisph'Air.
Un ozonomètre embarqué permettra d'évaluer l'ozone troposphérique, qui est à l'origine des épisodes de pollution pendant les périodes anticycloniques de fort ensoleillement.
Enfin, Jean-Louis Etienne mesurera le champ magnétique, ''véritable bouclier protecteur qui préserve la surface de la Terre des rayonnements cosmiques et électromagnétiqques déclenchés par les éruptions solaires''. Les scientifiques ont observé que depuis quelques années, le pôle magnétique se déplaçait vers l'est jusqu'à 60 à 80 km/an et une diminution de son intensité.

Outre cette démarche scientifique, Jean-Louis Etienne veut être porteur d'un message sur l'état de la planète... ''Quand on fréquente les régions polaires depuis des années comme je le fais, le réchauffement climatique n'est pas discutable. La glace fond, la banquise recule…''.
Un travail avec l'Education nationale et un programme à vocation européenne, Carboschools, devrait sensibiliser les plus jeunes aux effets des gaz à effet de serre sur le climat.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…