Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Paris s'essaie au compostage en milieu urbain

Déchets  |    |  Victor Roux-Goeken  |  Actu-Environnement.com
Plusieurs expérimentations sont en cours à Paris pour développer le compostage en milieu urbain. Deux solutions sont testées pour réduire la quantité de déchets ménagers, a indiqué jeudi 8 avril Arnaud Lange, responsable prospective déchets à la ville de Paris, au cours d'une matinée consacrée à la gestion des déchets organiques en milieu urbain organisée par l'Observatoire régionale des déchets d'Île-de-France (Ordif). Le lombricompostage, déjà mis en place chez des personnes volontaires, et le compostage en pied d'immeuble, en cours d'étude.

Le lombricompostage a permis, pour un investissement initial de 150 à 180 euros, d'économiser entre 70 et 80 kilogrammes de déchets par an, selon Arnaud Lange. ''On ne peut pas en faire un outil de masse, mais par contre c'est un bon outil pédagogique''. Les vers sont souvent élevés au rang d'animal domestique, relève-t-il, notamment parce que ce mode de traitement des déchets ménagers requiert la présence permanente d'une personne.

Le compostage en pied d'immeuble est aussi envisagé. La ville de Paris souhaite que le compost soit écoulé sur site, et que la démarche soit collective. ''On ne vise pas la quantité, mais la qualité. C'est aussi une porte d'entrée vers le changement d'autres comportements, par exemple le gaspillage alimentaire'', explique Arnaud Lange.

Les déchets verts sont aussi dans le collimateur de la ville. La taille et l'élagage des espaces verts parisiens génèrent 16.000 tonnes de bois par an, et 25.000 mètres cubes de bois pour le seul mois d'octobre, évalue Fabienne Giboudeaux adjointe au maire de Paris. Des plates-formes de micro-compostage ont été installées sur 15 aires. 30 sont en construction.

Reste à persuader les habitants de jouer le jeu, les élus d'arrondissement d'en installer, et les services des espaces verts à faire évoluer leur métier. Il faudra aussi trouver des débouchés. ''Si nous captions l'important gisement de la restauration par exemple, nous produirions plus de volume de compost que nécessaire'', estime Fabienne Giboudeaux.

Réactions1 réaction à cet article

 
VALORISATION DES DECHETS!

Toutes les actions tant individuelles que groupées sont positives mais restent toutefois limités.
Le projet européen de coopération d'expériences BIOGASMAX (sujet qui sera certainement un prochain article de la rédac d'ACTU)qui s'achève est particulièrement intéressant sur la valorisation tant qualitative que quantitative des déchets organiques par notamment la méthanisation-compostage,avec des techniques et procédés de qualités,que ce soit sur le plan local que national.

Vanmeulebroucke | 10 avril 2010 à 10h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Pronar MPB : cribles à tambour mobiles pour le recyclage multi-matériaux PRONAR