En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Efsa renouvelle ses experts

L'agence européenne de sécurité sanitaire chargée notamment d'évaluer les pesticides, va renouveler son panel d'expert le 1er juillet prochain. La question des conflits d'intérêts reste posée. Les députés européens veulent changer les règles du jeu.

Risques  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com

L'agence européenne de sécurité sanitaire (Efsa) a sélectionné 170 nouveaux experts pour renouveler son panel, pour la première fois depuis 2008. 1.000 candidats ont postulé. Les lauréats commenceront leur travaux le 1er juillet prochain. Ils seront chargés de conseiller l'agence pour "protéger les consommateurs, les animaux et l'environnement dans l'Union européenne".  "Les experts scientifiques de haut calibre que nous avons nommés aujourd'hui proviennent de 24 pays différents et leurs spécialités respectives reflètent un large éventail de disciplines scientifiques. Plus d'un tiers des experts n'ont jamais été membre d'un groupe scientifique de l'Efsa auparavant", détaille Juliane Kleiner, coordinatrice scientifique en chef de l'agence.

Les conflits d'intérêt et le budget de l'agence en question

Dix-sept pourcent des experts retenus sont affiliés à des organismes nationaux d'évaluation des risques et 29% à d'autres instituts de recherche gouvernementaux ou publics. Quarante-quatre pourcent sont issus de diverses universités européennes. Le reste inclut des scientifiques indépendants ou encore retraités. "Les 170 candidates et candidats retenus ont été sélectionnés suite à un processus de sélection approfondi et un examen rigoureux de leurs déclarations d'intérêt", explique l'Agence. Les nouveaux experts sélectionnés pour ce panel se prononceront sur les OGM, la santé des plantes, les additifs alimentaires, etc. Ils ne seront pas consultés pour l'évaluation des risques des pesticides, qui est gérée par le personnel de l'Efsa et par des centaines d'experts désignés par les autorités (ministères, agences nationales, etc...) des 28 Etats membres de l'UE.

Reste que le poids de ses experts dans les décisions de l'Efsa fait l'objet de questionnement depuis plusieurs mois. L'influence des fabricants sur ces décisions ne fait plus aucun doute comme l'a démontré les Monsanto papers sur le sujet controversé de réautorisation du glyphosate.

Des députés européens membres de la commission spéciale chargée d'examiner la procédure d'autorisation des pesticides ont d'ailleurs commencé à travailler sur ce sujet. Après une rencontre avec l'Efsa, ils constatent que les procédures ne sont pas optimales car l'évaluation des conflits d'intérêt est réalisée entre pairs. "Il faudrait créer une entité autonome, formée de magistrats, pour évaluer le niveau de conflit d'intérêt des experts", estime Eric Andrieu, député européen français (S&D) et président de la Commission.

Les députés alertent également sur le budget alloué à l'agence. "Dans la situation actuelle, l'Efsa n'est tout simplement pas en mesure de procéder à ses propres évaluations de toutes les menaces possibles pour la santé humaine potentiellement causées par des substances toxiques, cancérigènes et nocives affectant les animaux et l'environnement", estime Eric Andrieu. La Commission européenne a prévu d'augmenter le budget actuel de l'Efsa de plus de 60 millions d'euros par an mais ces fonds supplémentaires sont affectés à de nouvelles tâches, alors que l'Efsa a d'abord besoin de plus de fonds pour ses activités de base, regrette la commission spéciale.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…