En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Bisphénol A : l'Inserm revient sur les risques pour la reproduction

Si l'expertise collective de l'Inserm souligne des effets du Bisphénol A observés sur la reproduction des rongeurs, aucune preuve de toxicité n'est à ce jour ''confirmée ou infirmée'' sur l'Homme, faute d'étude ''fiable et précise''.

Risques  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
   
Bisphénol A : l'Inserm revient sur les risques pour la reproduction
   
L'Institut national de la santé et de la recherche scientifique (Inserm) a publié le 3 juin les premiers résultats de son expertise collective sur les effets sur la reproduction du Bisphénol A (BPA). Cette substance chimique de synthèse entre dans la fabrication de plastiques (polycarbonate et polyépoxy) utilisés dans de nombreux récipients alimentaires, comme les biberons. Il est également présent dans d'autres objets courants : CD, lunettes ou encore boîtes de conserve, bouteilles réutilisables et amalgames dentaires. Il entre aussi dans la composition du PVC et de certains plastifiants, dans les papiers thermosensibles.

Le BPA est soupçonné d'être un perturbateur endocrinien, pouvant entraîner des troubles hormonaux. Or, plus d' 1 million de tonnes de BPA sont utilisées par an en Europe (1,15 million en 2006)… Rappelons que la principale source d'exposition résulte des contacts alimentaires. Le chauffage à haute température des récipients et ustensiles à base de BPA encourageant la migration de la substance dans les aliments ou la boisson.
Ce composé chimique, est, rappelle l'Inserm, actuellement classé en tant que substance reprotoxique de catégorie 3, c'est-à-dire jugée ''préoccupante pour la fertilité de l'espèce humaine'' en raison ''d'effets toxiques possibles''. La Dose Journalière Admissible (DJA) actuelle, fixée par les agences sanitaires, est de 50 µg/kg/j de BPA (microgramme par kilo et par jour), soit 2,5 mg par jour pour un individu de 50 kg.

Des effets confirmés ou infirmés chez l'animal

Les recherches menées sur la reproduction ne permettent toujours pas à ce jour d'avoir ''des certitudes'' sur la toxicité du BPA mais constituent ''des signaux d'alerte'' : telle est la conclusion du rapport de l'Inserm, après avoir analysé 300 études sur le sujet. Des ''signaux d'alerte'' qui ont notamment été relevés pour la première fois en février dernier par l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa). L'agence a d'ailleurs reconnu l'existence ''d'effets subtils'' du BPA chez des jeunes rats tout en restant prudente sur les conséquences pour la santé humaine ''pas clairement établies''. Les études de toxicité n'ayant ''jusqu'à ce jour pas objectivé de risque pour la santé aux doses auxquelles le consommateur est exposé''. En France, le niveau moyen d'exposition serait de 1 µg/kg de poids corporel par jour, soit 50 fois inférieur à la DJT (Dose Journalière Tolérable), a affirmé l'Afssa en avril.

Les principales études toxicologiques, analysées par l'Inserm, ont ainsi porté sur des rats ou souris. L'Institut souligne qu' ''une exposition au BPA chez l'animal induit des effets au niveau du développement des organes de la reproduction et de la fonction de la reproduction'', et que certains effets observés après une exposition in utero ''persistent à l'âge adulte''. Ainsi, chez la femelle, les études montrent des risques sur une puberté précoce, des altérations de l'utérus, du vagin et de l'ovaire. Chez le mâle, certaines études révèlent des effets sur l'appareil génital (diminution de la production de spermatozoïdes, hypotrophie testiculaire, hypertrophie prostatique…) et sur la fertilité (diminution de la taille des portées…). La période fœtale constitue également ''une période critique autour de laquelle une exposition au BPA pourrait favoriser l'apparition de lésions précancéreuses''. L'Inserm note en outre que certains effets sont transmis à la descendance des rongeurs. Le BPA peut alors générer ''des altérations de l'information génétique et perturber l'expression de gènes''.

Pas d'études fiables chez l'Homme

En revanche, trop peu d'études épidémiologiques ''fiables et précises'' n'ont encore évalué ''à court et à long terme'' les effets sur la reproduction humaine, estime l'Inserm. Toutefois, une étude menée en Chine entre 2004 et 2008 a montré, chez des travailleurs fabriquant des produits à base de BPA, que l'exposition au composé chimique (tout de même 50 fois plus élevée qu'en population générale) était associée à une augmentation des troubles de leur fonction sexuelle. Une autre étude menée chez des hommes consultant pour infertilité au Massachusetts, a aussi rapporté des niveaux élevés de BPA associés à une modification des taux d'hormones impliquées dans la reproduction.

Malgré ces rares études citées par l'Institut, il n'y a aucune preuve tangible aujourd'hui d'effets néfastes ''à long terme'' sur la fonction de reproduction humaine. Les experts de l'Inserm estiment que des recherches complémentaires doivent être menées pour évaluer les risques du BPA sur la fonction de reproduction. La confirmation ou l'infirmation chez l'Homme ''des effets à long terme observés chez l'animal'' impliquerait ''la réalisation d'études avec un suivi régulier des expositions chez la femme enceinte puis un suivi sanitaire de sa descendance, longues et lourdes méthodologiquement, auprès de populations de taille importante'', explique l'Inserm.
D'autant qu'il faudra encore de ''nombreuses années'', selon lui, avant d'avoir des certitudes sur la toxicité sur la reproduction humaine faute encore d'études fiables. Selon l'Inserm, des indicateurs permettant d'évaluer la fonction de reproduction devraient être définis chez l'Homme. L'Institut estime important d'étudier les modèles animaux ''les plus pertinents'' pour l'espèce humaine. Il faudrait aussi ''de nouveaux modèles d'études'' pour caractériser chez l'Homme ''les effets et les mécanismes d'actions du BPA et de ses éventuels produits de substitution''.

Pour le Réseau Environnement Santé (RES), ce nouveau rapport ''doit servir de support à l'Afssa afin de réduire d'un facteur minimum de 50.000 l'actuelle DJA''. Soit une norme fixée à 1 nanogramme par kilo et par jour, préconise-t-il. Selon André Cicolella, porte-parole du RES, ''cela revient de fait à interdire le BPA dans les plastiques alimentaires qui sont la source prédominante de contamination de l'homme, comme plusieurs états américains l'ont déjà décidé''.

Le ''principe de précaution'' sur les biberons contenant du BPA a d'ores et déjà été activé dans l'Hexagone. Après le Sénat, les députés ont voté début mai l'interdiction de les commercialiser dans la loi Grenelle 2 tandis que plusieurs communes (Nantes, Paris, Toulouse, Lille…) les ont déjà bannis des crèches. La fabrication des biberons contenant du BPA est également interdite pour des raisons sanitaires au Canada depuis 2008.

Réactions1 réaction à cet article

 
Du Bpa en veux tu, en voila

Je voulais préciser que le "principe de précaution" pour les biberons ne s'applique absolument pas pour les stérilisateur dis pour micro-ondes. Je viens de découvrir que le mien en contenais dans le couvercle (Polycarbonate)et pourtant il est d'une grande marque francaise.

Razorlove | 27 juin 2010 à 16h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager