En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Catastrophe AZF : un impact durable sur la santé mentale et sur l'audition

Dix ans après la catastrophe d'AZF, l'InVS estime que les impacts sanitaires sur la population de l'agglomération toulousaine sont encore importants. Une étude sur 3.006 volontaires révèle des troubles psychiques et de l'audition.

Risques  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com
   
Catastrophe AZF : un impact durable sur la santé mentale et sur l'audition
Le 21 septembre 2001, la détonation a été équivalente à un séisme de puissance de 3,4 (Richter).
© Marco Dufour
   

La catastrophe d'AZF a un impact durable sur la santé mentale et sur l'audition, estime l'Institut de veille sanitaire (InVS), qui a suivi pendant cinq ans 3.006 volontaires victimes de l'explosion (travailleurs, sauveteurs…). L'institut préconise donc la mise en place de dépistages des déficits auditifs dans la zone proche de l'explosion et le renforcement de ''la prise en charge psychologique et l'orientation vers des spécialistes en cas de risques psychiatriques de la population concernée par la catastrophe''.

 
Un coût chiffré à 34,4 M€ par la CPAM Les dépenses de soins, d'indemnités journalières dans le cadre d'arrêts de travail, de pensions d'invalidité ou de rentes d'accidents du travail des victimes d'AZF pris en charge par l'Assurance maladie représentaient plus de 34,4 millions d'euros à fin janvier 2009.
 
Aux lendemains de la catastrophe d'AZF, survenue le 21 septembre 2001, l'InVS a mis en place, avec la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM), tout un programme de surveillance pour évaluer les conséquences sanitaires de la catastrophe industrielle et les besoins de prise en charge de la population. Les résultats définitifs de l'évaluation des conséquences à moyen terme de l'explosion seront disponibles en 2012.

Mal-être, stress post traumatique et dépression

Selon l'étude, ''à court terme, les conséquences sanitaires des rejets toxiques dans l'environnement se sont révélées minimes. En revanche, les pertes auditives et les conséquences sur la santé mentale prédominaient dans les populations, enfants ou adultes, habitants ou travailleurs''.

Plusieurs mois après la catastrophe, des proportions élevées de symptômes de stress post-traumatique (symptômes de type anxieux comme des cauchemars ou une hyper irritabilité) et des symptômes dépressifs ont été observés. Selon l'Assurance maladie, qui a ouvert, de septembre 2001 à juillet 2011, 11.618 dossiers pour des assurés déclarés comme victimes de l'explosion AZF, (dont 7.827 au titre du risque maladie et 3.791 au titre d'un accident de travail), ''près de 5.000 personnes ont débuté un traitement psychotrope dans les jours ayant suivi l'explosion alors qu'elles n'en prenaient pas auparavant''. Quatre ans plus tard, 14 % des participants à la cohorte consommaient toujours des anxiolytiques et 10 % des médicaments antidépresseurs. ''Cette consommation de médicaments antidépresseurs est d'autant plus fréquente que les personnes étaient proches du lieu de l'explosion. Les hommes qui se trouvaient à moins de 1,7 kilomètre du site lors de l'explosion étant trois fois plus nombreux à en consommer que ceux qui étaient à plus de 5 kilomètres, ce qui confirme le lien entre les deux phénomènes''.

Plusieurs années après la catastrophe, de nombreux volontaires déclarent encore un mal-être. En 2007, 42 % des hommes et 60 % des femmes présentaient des syndromes dépressifs.

De nombreux troubles de l'audition

Cinq ans après la catastrophe, 31 % des hommes et 24 % des femmes déclarent souffrir d'acouphènes (bourdonnements ou des sifflements entendus dans une ou deux oreilles ou bien dans la tête en l'absence de toute source sonore dans le milieu environnant) et respectivement 26 et 35 % d'hyperacousie (dysfonctionnement de l'audition, caractérisé par une hypersensibilité de l'ouïe). Des proportions importantes : environ 10 à 17 % de la population générale souffrirait d'acouphènes et 2 % seulement souffrirait d'hyperacousie.

Réactions1 réaction à cet article

 

21 septembre serait un double anniversaire, dans un document (mars 2008) du Ministère chargé de l'Environnement DPPR/SEI/BARDI N° 14373, on parle d'une explosion dans une usine de fabrication d'engrais azotés le 21 septembre 1921 en Rhénanie-Allemagne... Illustration et the New York Times d'octobre 1921 présentent les images identiques à AZF Toulouses,il y a 90 ans...

triton | 20 septembre 2011 à 12h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager