En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

200.000 travailleurs sont exposés au formaldéhyde en France

Selon un rapport d'expertise de l'InVS, plus de 200.000 salariés seraient exposés aux vapeurs de formaldéhyde en France à des niveaux qui dépassent souvent les valeurs limites recommandées, valeurs déjà supérieures à celles fixées dans d'autres pays.

Risques  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Le formaldéhyde également appelé méthanal ou aldéhyde formique est un gaz incolore fortement irritant et classé cancérogène pour l'homme depuis juin 2004 en France. Selon les résultats d'une enquête de l'INRS, sa consommation française a atteint 126.352 tonnes en 2005. Près de la moitié de ce tonnage est utilisée dans le secteur de la fabrication de résines qui servent par exemple à élaborer des vernis ou des colles. Les secteurs de la fabrication de produits agrochimiques et de la fabrication de produits chimiques à usage industriel consomment plus de 40% de la quantité annuelle, pour la production de désinfectants, antimycosiques et conservateurs. De très nombreux secteurs industriels sont donc concernés par l'utilisation de solution de formaldéhyde ou de résines : le tannage des cuirs, la fabrication des panneaux de bois, de colles et gélatine, de caoutchouc synthétique, de produits pharmaceutiques, de moules de fonderie, de colorants, de pigments, d'huiles essentielles, de parfums, de savons, de détergents, de peintures, d'engrais, d'aliments pour animaux…

Cette ubiquité rend difficiles les évaluations d'exposition. L'Institut national de Veille Sanitaire (InVS) estime toutefois dans un rapport d'expertise récemment réactualisé que plus de 200.000 personnes sont exposées au formaldéhyde régulièrement dans le cadre de leur travail. Les professions les plus exposées sont celles du secteur des activités de soins en relation avec les opérations de désinfection de salles et de stérilisation de matériel d'examen médical. L'InVS note toutefois une baisse significative des expositions au formaldéhyde depuis 1987 grâce à son remplacement dans les secteurs de l'industrie pharmaceutique, des huiles essentielles, de la photographie et de l'industrie du cuir. Les dérivés de l'acide benzoïque et notamment le benzoate de sodium sont utilisés comme produits de remplacement. Mais l'institut remarque avec crainte que les situations d'exposition, analysées en termes de dépassement des valeurs limites d'exposition professionnelles recommandées (VLEP) restent préoccupantes dans pratiquement tous les secteurs d'activités.
Ces VLEP fixées par le ministère du travail définissent les niveaux de concentration à ne pas dépasser dans l'air des lieux de travail. En moyenne, sur 8 heures de travail, la concentration de formaldéhyde dans l'air ne doit pas dépasser 0,5 ppm ou 0,61 mg/m3 (VME) et ne doit pas atteindre plus d'1 ppm ou 1,23 mg/m3 plus de quinze minutes consécutives (VLE). L'InVS rappelle que l'ensemble des résultats épidémiologiques permet de conclure à l'existence d'une relation de cause à effet entre exposition au formaldéhyde et cancer du nasopharynx. De plus, les valeurs limites d'exposition (VLE) actuellement recommandées aux USA (TLV-Stel) et en Allemagne (MAK) sont de 0,3 ppm soit largement inférieures à celles de la France et sont même actuellement revues à la baisse aux USA où de nouvelles valeurs sont proposées par l'institut américain pour la sûreté et la santé professionnelles : 0,016 ppm pour la VME et 0,1 ppm pour la VLE.

Le rapport d'expertise n'ayant pas pour sujet direct le respect des réglementations d'exposition, l'InVS n'a rédigé aucune préconisation mais souligne tout de même que l'exposition professionnelle au formaldéhyde reste un sujet d'importance pour la santé des populations de travailleurs en France.

Réactions1 réaction à cet article

 
un formaldéhyde, spécial enfant ?

Peut-on faire des études sur les conséquences de cette colle appliquée sur les blessures du crâne et du front des petits dans les services d'urgences hospitalière, produit d'origine étrangère qui évite les actes chirurgicaux et qui de toute évidence attaque et brûle la peau lorsqu'elle est appliquée à côté ?

pierre | 20 juillet 2007 à 14h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager