En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Extension de la ferme des "1.000 vaches" : bientôt l'enquête publique ?

Agroécologie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Invité au congrès du syndicat agricole la Confédération paysanne à Saint-Jean-Pied-de-Port (Pyrénées-Atlantiques), le ministre de l'Agriculture a annoncé le 23 avril avoir demandé, à la préfecture de la Somme, qu'une enquête publique soit menée sur l'agrandissement de la ferme des "mille vaches" en Picardie.

"Il y avait eu une négociation sur le chiffre de 500 vaches avec le porteur du projet et les syndicats [agricoles]. Il veut dépasser les 500 à peine 7-8 mois, un an, après cette négociation, donc j'ai demandé à ce qu'il y ait enquête publique", a précisé Stéphane Le Foll à l'AFP. L'enquête porte sur un passage de 500 à 890 vaches, selon le ministre.

Cette ferme, située à Drucat dans la Somme, compte pour l'heure 500 vaches alors que le projet initial prévoyait 1.000 vaches, selon la Confédération paysanne opposée au projet. Le projet de méthanisation associé à la ferme avait été dimensionné sur la base de ces 1.000 vaches.

"Ce n'est pas un projet que je porte, mais légalement aujourd'hui, vous vous installez, vous investissez, vous produisez du lait, je ne peux pas l'interdire si on respecte les règles environnementales", a souligné Stéphane Le Foll.

Selon la Confédération paysanne, cette demande d'extension de la ferme par le promoteur aurait été déposée fin mars dernier. "C'est à partir de 900 [vaches] que l'enquête publique devient obligatoire. Avant, elle est optionnelle, à discrétion de la préfète", a indiqué le syndicat agricole le 16 avril, dans un communiqué. "Nous avons exigé que les citoyens soient consultés, ce sera chose faite selon le ministre de l'Agriculture et le sous-préfet". Mais pour s'agrandir, il faut aussi "pouvoir vendre son lait", ajoute la Confédération paysanne. Après le retrait de l'enseigne bio Biocoop puis du groupe alimentaire Senoble à l'automne dernier, c'est désormais la coopérative laitière Agrial "qui ne transforme plus le lait des 1000 vaches". Selon Le Figaro, depuis deux mois, Agrial revend directement ce lait à un autre transformateur.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager