En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Recyclage : les matières recyclées ne font toujours pas recette

Certaines matières recyclées peinent toujours à trouver des débouchés. La conjoncture actuelle ne favorise pas leur utilisation. La fédération du recyclage Federec entend bien se défendre mais qualifie 2015 d'année noire pour le recyclage.

Déchets  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Environnement & Technique N°364 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°364
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

"Doit-on parler d'année noire pour le recyclage ?", Jean-Philippe Carpentier hésite. Le président de la fédération du recyclage Federec veut faire preuve d'optimisme mais les chiffres de l'année 2015 parlent à sa place. Les 2.250 établissements français de recyclage ont traité environ 100 millions de tonnes de déchets l'année dernière. Un chiffre stable par rapport à 2014 mais qui a généré un chiffre d'affaires moindre : 8,3 milliards d'euros au lieu des 9,1 milliards d'euros en 2014. En cause ? Des déchets de plus faible valeur ajoutée. "On observe une baisse des volumes de ferrailles et de métaux qui se compense par une hausse des volumes de déchets du BTP", explique Jean-Philippe Carpentier. Cette baisse du chiffre d'affaires se conjugue avec une baisse des effectifs de 1,4% pour la première fois depuis quelques années : "Ca nous inquiète car le recyclage doit être pourvoyeur d'emplois".

Si les volumes à recycler stagnent globalement, les exutoires de matières recyclées se restreignent. "Nous sommes une mine à ciel ouvert qui produit sans discontinuer. Il faut évacuer les matières de nos sites mais les conditions économiques ne sont pas favorables". Les surcapacités chinoises d'acier "frais", le prix du pétrole, du charbon et du minerai de fer toujours bas, ainsi qu'une offre de bois qui excède la demande, continuent de peser sur l'utilisation de matières recyclées. A défaut de pouvoir argumenter cette année sur les bénéfices en termes d'emplois créés, Federec entend valoriser les gains environnementaux liés à l'utilisation de matières recyclées. De quoi encourager les industriels à ne pas prendre en compte uniquement le coût des matières pour orienter leur sourcing. Une étude complète réalisée avec l'Ademe sera présentée prochainement au salon Pollutec.

BTP et plastique : des volumes qui augmentent mais rapportent moins

En 2015, les adhérents de Federec ont pris en charge 39 millions de tonnes de déchets provenant de la démolition, de la réhabilitation et de la construction neuve de bâtiments. Un volume en hausse de 2,6% par rapport à 2014. La collecte progresse dans ce secteur malgré une activité en baisse globale de 3% selon la Fédération française du bâtiment. Reste à finaliser la sortie du statut de déchets des granulats pour ouvrir de nouveaux débouchés de recyclage. Les discussions sont en cours avec le ministère de l'Environnement.

Du côté des plastiques, les volumes collectés sont également en hausse : +1,8%. L'amélioration des gestes de tri et l'extension des consignes à de nouveaux emballages plastique expliquent cette progression. Mais les matières recyclées se vendent moins bien, concurrencées par la résine vierge. "Avec un pétrole qui est passé de 57$ le baril début janvier 2015 à 38$ le baril en fin d'année, les plasturgistes se retournent vers la matière vierge", explique Christophe Viant, président de Federec Plastiques. De plus, la Chine a mis en place des contraintes réglementaires plus fortes à ses frontières. Habitués à exporter des matières recyclées de moins bonne qualité, les recycleurs ont dû restreindre les envois vers l'Asie. Or, les capacités d'absorption en France sont limitées. "Notre priorité est d'évacuer les volumes mais les usines françaises sont saturées", selon Christophe Viant.

Les métaux ferreux, non ferreux et les papiers-cartons accusent le coup

La filière des métaux ferreux et non ferreux a collecté et traité moins de déchets en 2015 : -10% par rapport à 2014. La conjoncture apathique de l'activité industrielle française est en cause. Mais le facteur le plus prépondérant a été le fort recul des prix : -25% en moyenne. "Le niveau de prix a découragé les collecteurs à venir récupérer les déchets, voire certains détenteurs à les mettre sur le marché", explique Jean-Pierre Gaudin, président de Federec Metal. La filière note toutefois un point positif avec le recul des vols de métaux : -39% depuis 2014. "Mais les vols sont de plus en plus organisés et les préjudices toujours plus importants", nuance Patrick Kornberg, président de la branche.

En 2015, le tonnage des papiers-cartons traités a baissé de 2,3%. Les efforts de collecte ne suffisent plus à compenser la baisse de la consommation de papier graphique. Les usines de production ferment, ce qui restreint encore les capacités de recyclage françaises et pousse à l'export des matières recyclées. Le carton reste par contre très utilisé et se retrouve un peu plus dans la collecte (+2,2%). De même, les capacités de fabrication de carton pourraient repartir à la hausse grâce à plusieurs projets en France. La demande en fibres recyclées dans le secteur de l'emballage reste soutenue.

Réactions1 réaction à cet article

 

Tous les articles de 2016 concernant la gestion papier & carton m'intéressent.

Je vous remercie par avance pour votre dévouement.

Elise 01 | 06 décembre 2016 à 12h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager